Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Guédelon une grande passion
  • Guédelon une grande passion
  • : Un père et deux de ses fils bénévole sur le chantier médiéval de Guédelon
  • Contact

Mes nouvelles

Pour voir ou revoir l'émission "ça manque pas d'air" de France 3 Bourgogne-Franche-Comté sur Guédelon, un clic sur le lien ci-dessous, et en haut à droite dans Retrouver les émissions par date: voir à lundi 20 avril 2009.

http://bourgogne-franche-comte.france3.fr/evenement/cmpda/

Com

Rechercher

Archives

2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 09:31




En cette fin septembre n’étant pas en grande forme, j’ai décidé de passer une journée non prévue à Guédelon pour y prendre un bon bol d’air et m’y ressourcer.

Ce fut une très bonne idée, car j’ai pu assister à une phase que j’avais ratée en 2008, celle de l’assemblage et de la mise en place des éléments de la charpente sur le logis seigneurial.

 

Pour vous aider à mieux comprendre les termes techniques des charpentiers, je remets en ligne ce petit dessin.

 

 



 

En début de matinée, sous un ciel couvert les charpentiers, après avoir installé un plancher provisoire au-dessus d’une partie de la Aula*ce sont lancés dans la pose d’une travée de la charpente du logis seigneurial.

Cette travée est composée de 8 fermes* dont deux fermes principales.

 

*Aula : grande salle du château où le seigneur  recevait ses invités, tenait justice, et prenait ses repas.

*Ferme : Désigne globalement l’assemblage triangulaire d’une charpente.




 

Les cinq charpentiers de Guédelon préparent le matériel pour installer la première ferme principale.

(Sont appelées ferme principale les fermes qui disposent d’un entrait*et d’un poinçon*)

 

*Entrait : Dans une charpente, désigne la poutre horizontale d’une ferme reliée à la base des arbalétriers* pour maintenir l’écartement.

*Arbalétrier :  Dans une charpente, désigne les pièces obliques correspondant aux versants du toit.

*Poinçon : Poteau vertical d'une ferme joignant le milieu de l'entrait à la rencontre des arbalétriers.




 

La ferme étant assemblée et le matériel de levage étant en place, les charpentiers font appel aux maçons pour les aider dans les manœuvres de montage.




 

Tout le monde est prêt, le levage de la première ferme peu débuter.




 

La progression continue.




 

A cette étape, les bras étant trop courts pour certains, il faut maintenant continuer la levée avec des perches de bois munies de crochets.




 

La ferme est presque en place.




 

Détail de l’assemblage à mi-bois du poinçon et de l’entrait retroussé.




 

Pour solidariser l’assemblage, Israël y enfonce une cheville de bois.




 

La première ferme posée, Christophe et Israël portent sur des tréteaux les pièces de bois qui vont constituer la deuxième ferme.

En premier lieu arrivent les deux arbalétriers* 

 

*Arbalétrier :  Dans une charpente, désigne les pièces obliques correspondant aux versants du toit.




 

Vient ensuite l’entrait retroussé*.

 

*Entrait retroussé : (ou faux entrait) Pièce de bois disposée parallèlement à l'entrait, nettement plus haut; la hauteur entre les deux permet un passage sous combles. Comme l'entrait, le faux entrait maintient l'écartement des arbalétriers; mais il ne travaille qu'en compression, alors que l'entrait sert de tirant.




 

Les deux frères assemblent l’entrait retroussé et les deux arbalétriers.




 

Pendant ce temps, Greg réajuste les sangles où sont fixées les poulies de tirage.




 

Détail du point d’ancrage des sangles et des poulies que permettent de lever les fermes.




 

Au bas de la deuxième ferme, Stéphane cheville les assemblages.




 

Toutes les pièces de la troisième ferme étant en place, Christophe perce les assemblages pour y mettre des chevilles. 




 

Christophe, travaille sous le regard bienveillant de ses collègues, ceux ci attendent que sonne l’heure du repas.




 

Photo du chantier à 14 h, juste avant la reprise du travail.

Pour l’instant tout est calme !




 

14h15 François Folcher* le photographe du chantier monte dans son perchoir pour y prendre des photos sous un autre angle.

 

*François Folcher : http://francois.folcher.free.fr/




 

Avant que la levée ne débute, je m’installe sous le perchoir de François, juste le temps de prendre cette image.




 

Avant d’assembler les pièces de la charpente, les tenons* sont graissés avec un morceau de graisse animale. 

 

*Tenon : est la partie mâle d'une pièce de construction destinée à être enfoncée dans la partie femelle d'une autre pièce et qui tient les deux par emboîtement. La partie femelle est appelée la mortaise. Un tel assemblage peut être chevillé à l'aide d'une cheville de bois.




Pour le levage d’une ferme, il faut deux personnes pour tirer les cordages, quatre autres pour surveiller que les tenons des arbalétriers rentrent bien dans les mortaises* et les cinq derniers qui poussent du bas vers le haut.

 

*Mortaise : Évidement de section généralement rectangulaire, pratiqué dans une pièce de bois, et qui reçoit le tenon d'une autre pièce.

L'assemblage à tenon et à mortaise est un des plus courants en menuiserie et dans la charpente traditionnelle.




 

Les arbalétriers étant trop écartés, pour gagner quelques centimètres, Nicolas les tire vers l’intérieur à l’aide d’une corde qu’il torsade.




 

Greg et Mathias guident le tenon pour qu’il rentre dans la mortaise.




 

Les perchistes de Guédelon en action.




 

Encore une fois tout s’est bien passé, sous l’objectif de François.




 

La toiture du logis seigneurial en cours d’après-midi, du coté courtine* Nord.

 

*Courtine : partie de mur entre deux tours. 




 

La même toiture côté Sud Est.




 

Assis sur l’entrait retroussé, Nicolas admire le paysage !




 

Nicolas contrôle maintenant l’écartement entre deux fermes.




Une fois l’écartement ajusté, Nicolas cloue une planche pour solidariser toutes les fermes entre elles, car comme je vous l’avais déjà dit dans un de mes articles en 2008, une charpente du XIIIe siècle ne possède pas de panne faitière*.

 

*Panne faîtière: Pièce de bois assemblée dans la longueur au sommet de la charpente, servant à soutenir les chevrons.

 

 

 

Greg fixe une jambette*

 

*Jambette : (ou contrefiche) est une pièce de bois oblique que l’on trouve dans la construction d’une charpente, elle est positionnée entre l’arbalétrier et l’entrait.

 

 

 

Elle est quand même magnifique cette charpente.

 

 

 

Israël et Stéphane ajustent L’aisselier*de la sixième et dernière ferme posée lors de cette belle journée de fin septembre.

 

*Aisselier :  pièce de bois placée suivant un angle d'environ 45° sous l'entrait retroussé d’une ferme et rejoignant l'arbalétrier, afin de soulager l'assemblage à la jonction des deux pièces.

 

 

 

Et pour la dernière fois, tout le monde est à son poste.

 

 

 

Première étape, on lève.

 

 

 

Deuxième étape, on pousse.

 

 

 

Troisième étape, on fixe.

C’est toujours pareil ce travail !

 

 

 

La fin de la journée de travail est proche, les charpentiers sont partis sauf Nicolas qui est encore sur son échelle.

 

 

 

Une dernière photo de la toiture avant mon départ de Guédelon.

Les charpentiers auront encore deux fermes à poser le lendemain. Une autre travée sera mise en place dans une quinzaine de jours.

Il restera encore deux travées à fabriquer et à poser en 2010, pour que la toiture du logis soit terminée.

 

 

 

Le logis le matin à l’ouverture du chantier.

 

 

 

Le même logis le soir à la fermeture.

 


 

 

Et pour finir, parlons un peu de maçonnerie.

Une équipe de maçons à repris le travail sur la fenêtre et une des archères de la chambre seigneuriale au premier étage de la tour maîtresse.

 


 

Une deuxième équipe travaille sur le pignon Ouest du logis.

 

 

 

Comme pour le pignon Est et le mur de refend*, deux fermes de la charpente sont prises à l’intérieur des maçonneries du pignon Ouest.

 

*Mur de refend : mur porteur situé à l'intérieur de la construction et reliant les façades ou les pignons entre eux.

 

 

 

Guillaume choisit une pierre qui doit s’ajuster entre l’entrait et le mur sur lequel celui-ci est posé.

 

 

 

Manu lui aussi travail sur le pignon.

 


Photos du jours:

 

 Il y a un petit problème les charpentiers, il me semble que votre charpente n’est pas de niveau, à moins peu être que ce soit ma photo !!!

 

 

 

Les amoureux québécois de Guédelon, Marie Ève et Israël sont en admiration devant la partie de charpente posée dans la journée.

 

 

A bientôt.

 

 

Retour à la page d’accueil: http://www.benevoleguedelon.com/    

Repost 0
Published by Christian - dans Mes visites
commenter cet article
8 septembre 2009 2 08 /09 /septembre /2009 05:32



Depuis ma dernière visite, les maçons ont terminé le mur de refend*, à l’intérieur duquel se trouve le conduit de la cheminée de la chambre du logis seigneurial.

*Mur de refend :
mur porteur séparant deux pièces à l’intérieur d’un bâtiment.

 


Hé non la souche* de la nouvelle cheminée n’est pas de travers, c’est juste un effet optique !!!

* Souche :
maçonnerie entourant un conduit de cheminée.




N’est telle pas belle cette nouvelle souche, avec ses multiples teintes et toutes les marques d’outils encore fraiches, laisser les tailleurs de pierres.



Le Père Noël va être heureux le 25 décembre prochain, il  aura l’occasion après des siècles d’attente de visiter deux nouvelles cheminées de château fort !!!



Voici la cheminée de la chambre du logis débarrassée de ses échafaudages.




Le mur de refend terminé, la majorité des maçons travaillent sur le mur arrière du logis et sur le mur de crénelage de la courtine nord * du château. 

*Courtine :
partie de mur entre deux tours.  





Sur le mur de crénelage du chemin de ronde, deux nouveaux merlons* ont été maçonnés.

*Merlon :
Sur un crénelage de château, les merlons correspondent aux parties plaines par opposition aux créneaux qui sont les parties vide.





Pascal, aidé comme souvent d’une charmante bénévole travaille sur le mur arrière du logis.

Au premier plan on aperçoit un arc de décharge, celui-ci servira à soutenir une partie du poids du futur conduit de cheminée de la aula*. Cet arc de décharge* ne sera plus visible une fois la hotte de la cheminée construite par-dessus.


*Aula : grande salle du château où le seigneur  recevait ses invités, tenait justice, et prenait ses repas

*Arc de décharge : Assemblage de pierres en forme de demi-cintre ayant pour but de soutenir la maçonnerie au-dessus d'un linteau. La charge s'exerce non plus sur le milieu du linteau mais sur les extrémités de celui-ci, ce qui écarte le risque de rupture.




Philippe en pleine discution avec un papy tailleur de pierre à la retraite, celui-ci œuvrait en son temps sur des monuments historiques français.




En carrière pas de changement, ont casse toujours du caillou !




Chez les bucherons toujours pareil, ont équarri des troncs de chêne pour en faire des poutres que les charpentiers vont transformer en charpente.




Dans la cour du château Christophe le charpentier, aidé de Fabrice le maçon, démonte les boulins* qui supportaient la potence où se trouvait la poulie de renvoi de la cage à écureuil.

* Boulin:
Chevron ancré horizontalement dans les murs et destiné à recevoir les plateaux d’échafaudages. Il est soutenu par une jambette. Après démontage de l’échafaudage, la cavité apparente dans le mur est appelée trou de boulin.




Christophe le charpentier du 13e siècle avec l’équipement de sécurité du 21e siècle.



Dans leur loge, le reste de l’équipe des charpentiers tracent les sablières* qui supporteront la future charpente du logis.

* Sablière:
En charpente, pièce de bois placée horizontalement sur les murs d’un bâtiment ; elle est aussi appelée panne sablière.





Israël vérifie l’aplomb de sa pièce de bois avant de la tracer.




Des sablières ont déjà été mises en place sur le mur avant du logis seigneurial.
Celles que les charpentiers préparent sur les photos précédentes iront sur le mur arrière du logis.




Sur cette photo, au premier plan, détail de la ferme* intermédiaire noyée dans la maçonnerie du mur de refend du logis.
En arrière-plan sous les tuiles une des fermes principales.

*Ferme :
Désigne globalement l’assemblage triangulaire d’une charpente.





Dans la cour du château, la cage à écureuil a été  déplacée à l’angle du logis.
Ce nouvel emplacement permettra prochainement de monter les pièces de charpente au niveau de leurs lieux de pose.




Photo d’un homme heureux : Eugène le tailleur de pierre qui remplace provisoirement Yvon le cordier de Guédelon.




Dans la forêt, environ 6000 tuiles attendent que la charpente du logis soit mise en place afin de recouvrir celui-ci avant l’hiver.




Quelle est donc cette procession qui suit Laëtitia et son trombereau ?

 

Transporte-t-elle une sainte relique rapportée de croisade par Guilbert le seigneur de Guédelon ???



Hé non c’est tout simplement Mathias et Manu les deux complices d’Albi. Que le travail à Guédelon semble stressant !!!



Mais bon ce n’est pas le tout de se pavaner dans le tombereau de Laëtitia, il faut bosser de temps en temps les petits gars !!!



Photo du jour :


Les guerriers sont déjà à leurs postes derrière les créneaux de Guédelon, près à défendre durement ce chantier unique au monde.


 

A bientôt pour de nouvelles aventures.

 

Retour à la page d’accueil: http://www.benevoleguedelon.com/   
Repost 0
Published by Christian.D - dans Mes visites
commenter cet article
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 15:38

En attendant une nouvelle visite à Guédelon, voici un petit résumé de mes quinze jours de vacances.

Nous étions avec Solange ma femme et Quentin mon fils, à La Voute sur Loire : petit village de haute Loire, proche de la ville du  Puy en Velay, d’où nous partions chaque jour à la découverte de trois départements différents, avec des paysages grandioses, tous plus beaux les uns que les autres : La Haute-Loire, la Lozère et l’Ardèche.

Nous avons vu dans cette région de France des paysages sublimes, entretenus par des troupeaux de paisibles  ruminants, le tout agrémenté de charmants villages ruraux.


 

Visites en Haute-Loire :


Le Puy-en-Velay est la première ville de France d’où partent chaque année et depuis le XIe siècle, des milliers de pèlerins et de randonneurs afin de parcourir en plusieurs mois ou sur plusieurs années les célèbres chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Dans la ville, de nombreux gites hébergent les pèlerins avant leur départ.  

www.chemins-compostelle.com



La ville du Puy possède de très nombreuses et très jolies rues médiévales, qui montent à l’assaut de la cathédrale Notre-Dame-du-Puy. (Le Puy-en-Velay possède un des plus beau et des plus grand quartier médiéval que je connaisse avec celui de la ville de Sarlat en Dordogne)



Cathédrale Notre-Dame-du-Puy, édifiée aux XIe et XIIe siècles.



Statue Notre-Dame de France.



De nuit, la vieille ville du Puy est plus calme et bien plus belle.














A l’extérieur de la ville du Puy, la superbe chapelle Saint-Michel d’Aiguilhe.



Cette chapelle est perchée au sommet d’un piton rocheux d’une hauteur de 82m d’origine volcanique. On y accède par un escalier de 268 marches, taillé dans la roche.



Façade romane de la chapelle.

 

 

La ville du Puy en Velay c’est aussi : la dentelle, les lentilles, l’Hypocras, la distillerie Pagès et aussi sa célèbre fête renaissance du Roi de l’Oiseau (du 16 au 20 septembre 2009).

 

www.ot-lepuyenvelay.fr

www.ladentelledupuy.com   

www.hypocras-medieval.com

www.verveine.com

www.roideloiseau.com/





A quelques kilomètres du Puy-en-Velay, les restes de la forteresse de Polignac, construite à partir du Xe siècle par la famille de Polignac.



La forteresse elle aussi sur son piton rocheux, à plus de 700m au-dessus  de la plaine qui l’entoure.



Les restes du logis seigneurial et de la tour maitresse.



Du haut du donjon, une vue imprenable sur la ville du Puy en Velay.   http://www.chateau.polignac.free.fr/





A Saugues, dans une très ancienne maison, le musée de la fameuse Bête du Gévaudan.

Celle-ci, de 1764 à 1767 à tué plus d’une centaine de personnes, surtout des femmes et des enfants.

Quel courage !!!  

http://www.musee-bete-gevaudan.com/accueil.php



Une statue de la Bête, réalisée par un artiste de la tronçonneuse.



Toujours dans la ville de Saugues, la tour des Anglais. 
http://site.voila.fr/latourdesanglais





A ne pas manquer en Haute-Loire, le tout petit village de Chalencon, où le temps semble s’être arrêté.



Le donjon du château.



Le village de Chalencon compte environ 80 habitants en été et  une dizaine le reste du temps. C’est un endroit charmant pour y passer des vacances, mais c’est une autre histoire que d’y habiter toute l’année.



Voici maintenant quelques fenêtres du village, qui ont été très certainement construites avec des pierres récupérées sur les ruines du château, à une époque ou les châteaux abandonnés servaient de carrière de pierres à la population.











A Chalencon même les maisons abandonnées et en ruine sont belles.



Dans la vallée en contrebas du village, voici le Pont du Diable.   http://www.castlemaniac.com/chateaux-medievaux/chateau-Chalencon.php





Allègre, encore un charmant village du département qui ce voit de très loin avec les restes de son château des Tourzel.



Les restes du château sont surnommés par les habitants

«  La Potence* »

 

*La Potence ? Le mur qui reliait les deux demi-tours pleines de la façade sud s’est écroulé laissant un grand vide qui fait penser à un immense gibet ou à un portail géant. Miracle, le couronnement de mâchicoulis tréflés est resté en équilibre entre les deux tours!



Je vous l’avais bien dit qu’ils étaient beaux les paysages de la région, surtout pour ceux qui aiment la campagne ! 
http://fr.wikipedia.org/wiki/All%C3%A8gre





Pendant les vacances, il n’y a pas eu que des vieux villages et des châteaux en ruines, il y a eu aussi la visite de l’élevage d’agneaux de la famille Breuil à Thézenac, suivit d’un délicieux gouter à la ferme.



Mignon le petit !





Les fortifications reviennent très vite dans notre planning. Voici le château de Rochebaron, celui-ci se laisse découvrir après avoir crapahuté pendant un bon kilomètre à pied.



Voici le donjon qui a été restauré avec l’aide de l’association des Amis de Rochebaron.

Cette association a été crée en 1972  pour sauver les restes de cette forteresse.  

www.rochebaron.org



Les ruines de la façade du logis seigneurial.



Une des chèvres qui sert de tondeuse sur les terres du château. Mais là elle est au repos !!!





L’église romane de Saint Paulien. 
http://www.saint-paulien.com/PageAcceuil.aspx





Le château de Rochelambert, très bien meublé par ses propriétaires.

 
Proche de ce château, nous nous sommes amusés sur les Tyroliennes de l'accrobranche le Canopy, où l’accueil est très sympathique.

http://www.zoom43.fr/pros-haute-loire/canopy/page.html





Arlempdes, un des plus beaux villages de France, avec les ruines de son château médiéval toujours sur promontoire rocheux.

http://www.loire-sauvage.fr/passion-chateau-liste.php?id=PCUAUV043FS0000C



Visites en Lozère :


La toison d’or, un parc où sont présents divers animaux, qui nous fournissent de la laine.

Lapins angoras, chèvres cachemire, alpagas et lamas, moutons, etc.

Un lieu très agréable avec des petites enfants.

 www.toisondor.fr





A Sainte-Lucie, un parc animalier qui essaie de réhabiliter le loup, celui qui fait peur aux petits enfants depuis des siècles. Quel drôle d’idée !



Dans ce parc sont présents plus d’une centaine de loups venus de plusieurs contrées : du Canada, de Pologne, de Sibérie, de Mongolie et de l’Arctique.



Dans cet endroit, vous apprendrez que le loup n’attaque pas l’homme, car il en à très peur.

Hé oui !

http://www.loupsdugevaudan.com/



A Sainte-Lucie comme dans beaucoup de villages de la région un four à pain communal, avec sa toiture en lause*

 

*Lause : pierre plate, de schiste ou de calcaire, utilisée comme tuile.



Toujours dans le même village, devant ce magnifique paysage, un élevage de cerf.



Voici une image qui vous fait regretter les vacances.

 

 

Visites en Ardèche :


L’Auberge de Peyrebeille, plus connue de nos jours sous le nom de l’Auberge Rouge, un endroit accueillant au milieu de nul part, où au début du XIXe siècle les aubergistes assassinaient les riches clients de passage.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Auberge_de_Peyrebeille





Et pour terminer, visite du château de Ventadour à quelques kilomètres d’Aubenas.



Cette ancienne ruine a été rachetée en 1969 par Françoise et Pierre Pottier, deux personnages amoureux des vieilles pierres.



Depuis quarante ans, malgré de nombreux problèmes administratifs ou financiers, ils remontent pierre après pierre cette superbe forteresse avec l’aide de nombreux bénévoles de l’association R.e.m.p.a.r.t.

Florian le chef de chantier de Guédelon, a été bénévole sur ce chantier il y a quelques années.

http://www.rempart.com/



Les Pottier font partis des personnalités que je croise lors de mes visites et que j’admire, car avec courage et persévérance, ils s’attaquent à d’énormes projets, qu’ils arrivent à faire aboutir.

L’été, ils restaurent Ventadour et l’hiver, ils retournent dans l’Aisne, leur département d’origine où ils s’occupent de la restauration de diverses églises, abbayes ou forts militaire.

 

Ventadour, un projet à soutenir, physiquement ou financièrement si vous en avez la possibilité.

http://chateau.ventadour.free.fr/acceuil.htm




Photos insolites :


A Pradelle, face au musée vivant du cheval de trait, un gros chien monte la garde !!!

www.cheval-land.com





Sur une route de l’Ardèche, un convoi très spécial, une voiture suivie d’une dizaine d’ânes qui galopent pour aller je ne sais où !!!

 

 

A très bientôt pour des nouvelles fraiches sur Guédelon.

 

Retour à la page d'accueil:  http://www.benevoleguedelon.com/


Repost 0
Published by Christian.D
commenter cet article
14 août 2009 5 14 /08 /août /2009 14:58

Le week-end dernier à Guédelon, en plus d’Olivier et de Ryan, il y avait aussi présent deux groupes des scouts de France, l’un de Lyon (69) et l’autre d’Abbeville (80).

Ces scouts étant très et sympathiques, je leurs avais promis une page de blog sur leurs exploits, si le temps me le permettait avant mon départ en vacance.

Étant prêt à partir dans la nuit, je dispose maintenant de quelques minutes pour tenir ma promesse par contre, n’ayant pas des heures devant moi cette page sera surtout photographique.






















Une partie des scouts en attentent de travail le matin.





Les scouts en maçonnerie.





















































































































En taille de pierre






























A la fabrication de tuiles en terre et en bois.





















































































































A la pose des tavaillons.


















































































































Avant mon départ, une petite pose sur l’échafaudage du mur de refend.


Un petit coucou à Camille, Amandine, Clotilde Amélie, Thomas et tout les autres.





Photo du jour:


























Une superbe image en HD de Guédelon sur le téléviseur LCD 16/9 de dame nature !!!




A bientôt                                                              

Retour à la page d’accueil: http://www.benevoleguedelon.com/

  

Repost 0
Published by Christian.D - dans Mes visites
commenter cet article
11 août 2009 2 11 /08 /août /2009 14:15

Après avoir rencontré plusieurs personnes ces derniers mois qui souhaitaient venir à Guédelon pour participer à l’aventure, et qui me demandaient comment se passait l’accueil des bâtisseurs*, ce que l’on faisait sur le chantier, et surtout s’il était nécessaire d’avoir des connaissances dans les métiers de la construction, Je ne pouvais pas leurs répondre sérieusement en me basant sur mon expérience personnelle, car depuis plusieurs années, ma participation au chantier en tant que bâtisseur étant surtout externe : Blog, participation à des fêtes médiévales, salons en tout genre… 

Ne faisant plus que de la photo sur le site,  j’étais un peu déconnecté de la vie du vrai bâtisseur, celui qui transpire pour construire le seul et unique château fort XIII ème siècle bâtit avec 800 ans de retard !

Pour répondre aux interrogations et aux inquiétudes des futurs bâtisseurs du chantier médiéval de Guédelon, j’ai eu l’idée d’écrire cette nouvelle page.

 

* Bâtisseur: Synonyme de  bénévoles.



























Vendredi 7 aout au matin, je vois arriver deux petits nouveaux : Olivier le père et Ryan son fils, ceux-ci sont accueillis par Virginie, qui leur remet leurs cartes de bâtisseur et un petit cadeau de bienvenue.

 

Olivier et Ryan ne sont pas des bâtisseurs ordinaires, car tous deux sont venus directement du Texas pour passer une petite semaine à Guédelon.

Olivier est né en France, mais vit depuis de longues années aux Etats Unis où il est chercheur en biologie à Baylor College of Medicine, de Houston.

Son fils Ryan âgé de 17 ans est encore étudiant.

En venant à Guédelon, il désire apprendre à construire un château tout en améliorant son français.




























Avant l’ouverture du chantier, Olivier et Ryan, accompagnés d’autres bâtisseurs, sont pris en main pas Florian, le chef de chantier.

 

Celui-ci va leur désigner un poste de travail pour la journée.

 

Florian veille à ce que les bâtisseurs changent de poste de travail afin qu’ils puissent découvrir les différents métiers présents à Guédelon.




























Petite coutume d’accueil sur le chantier pour les nouveaux arrivants : Le gâchage du mortier.

 




























Après la gâchée, Olivier se retrouve dans le cellier, au rez-de-chaussée du logis pour charger de pierres le panier du treuil à bras : celles ci vont servir aux maçons du chemin de ronde.





























Le poids de charge du treuil ne doit pas dépasser les 100 kg
.




























Ryan, aidé d’un autre bâtisseur, tourne les bras du treuil afin de hisser les pierres sur le plancher de la Aula* au premier étage du logis seigneurial.

 

 *Aula : grande salle du château où le seigneur  recevait ses invités, tenait justice, et prenait ses repas.




























La charge étant arrivée, la trappe du plancher sous le treuil est refermée pour permettre de prendre les pierres en toute sécurité.




























Une fois que toutes les pierres ont été montées et entreposées au premier étage, Philipe et Ryan les emmènent une à une sur le chemin de ronde.

 

Ce n’est pas simple de construire un château !























Après une bonne matinée de travail, tout le monde se retrouve dans le réfectoire pour un repas bien mérité.




























En début d’après midi, le chantier du chemin de ronde de la courtine* nord est en pleine effervescence : finition du dallage, construction du mur externe avec merlons* et créneaux, et montage du mur gouttereau* du logis qui va permettre une fois achevé la pose de la charpente courant septembre.

 

 

*Courtine : partie de mur entre deux tours.

*Merlon : sur un crénelage de château, les merlons correspondent aux parties plaines par opposition aux créneaux qui sont les parties vide.

*Mur gouttereau : mur extérieur d’un édifice recevant la base du versant de la toiture.





























Ryan maçonne le mur du logis.




























Olivier travaille à la finition d’un trou de boulin* dans la cheminée de la Aula.

 

* Boulin: Chevron ancré horizontalement dans les murs et destiné à recevoir les plateaux d’échafaudages. Il est soutenu par une jambette. Après démontage de l’échafaudage, la cavité apparente dans le mur est appelée trou de boulin.




























Première position quelque peu acrobatique pour le grand Olivier qui a un peu de mal à rentrer dans la cheminée !




























Deuxième position, légèrement plus confortable.





























Mission accomplie, Olivier a enfin réussi à fixer son petit bout de pierre dans le trou de boulin.





























L’après-midi de travail se termine, tout le monde range l’outillage et nettoie le chantier.

 

Chantier nettoyé, sécurité assurée.

 




























Avant sont départ pour sa chambre d’hôte* à la maison Marthe, Olivier discute de sa journée avec Florian.

 

http://www.maisonmarthe.com/




























Samedi matin, Olivier change de poste et suit un cour accéléré de taille de pierre donné par Jean-Paul.





























Ensuite c’est parti pour deux jours de taille de pierre.





























En milieu d’après-midi, Olivier a terminé sa première pierre sous le contrôle de Jean-Paul.





























Jean-Paul choisit maintenant un nouveau bloc pour Olivier.





























Pour évites de se faire mal au dos en portant inutilement de lourdes charges, le bloc est roulé sur le sol.





























Puis il est monté sur le tas, à l’aide d’un bastaing.




























La pierre est maintenant installée pour être taillée par Olivier.





























Samedi matin Ryan a lui aussi changé de poste de travail, fini la maçonnerie il apprend maintenant la fabrication de tuile avec Bruno.




























Après avoir suivi les conseils du Tuilier, Ryan fabrique sa première tuile.






























Une fois l’argile bien tassée dans un gabarit en bois, il faut enlever l’excédent de matière à l’aide d’un grand racloir en métal.




























Ensuite la tuile est sortie du gabarit.





























Il faut ensuite créer un ergot qui permet à la tuile de tenir sur le toit.





























Et pour terminer, il faut vérifier que la face externe de la tuile  n’ait pas de gros défaut.

 

Ensuite le tuilier pose sa nouvelle pièce sur une clayette* en bois pour une période de séchage

Selon les conditions climatiques, le séchage va durer au minimum une semaine.


*Clayette : Rayon de rangement amovible et à claire-voie.





























Encore une petite coutume sur le chantier: laisser la trace de son passage pour la postérité sur sa première tuile.





























Pour son premier jour en tuilerie, Ryan a confectionné plus d’une centaine de tuiles tout en discutant avec le public, très étonné de voir un jeune Texan venir passer une semaine de ses vacances dans une petite forêt de Puisaye.

 

Eh oui, c’est cela la magie du chantier médiéval de Guédelon !




























Dimanche matin avant de reprendre la taille de pierre, Olivier fait un tour dans la forêt, pour découvrir les divers métiers qui sont pratiqué et peut être émettre un choix sur un nouveau poste de travail pour les jours suivants.




























Ryan lui aussi découvre un autre métier : la fabrication de tavaillons*

 

Thierry prodigue ses conseils à Julien (futur policier), Véronique, Thomas et Amélie (jeunes scouts de France)

 

*Tavaillon: Les tavaillons sont des tuiles de bois (Douglas ou Chêne à Guédelon) refendues dans le fil du bois et dont le mode de pose varie d’une région à l'autre.




























Dimanche matin, Ryan a souhaité retourner à la tuilerie, car pour lui c’est un super poste de travail ou il peu améliorer son français, en conversant avec un public nombreux, qui pose beaucoup de questions.

 

De plus en ce dimanche, il était accompagné de filles sympathiques, ce qui lui a fait chuter sa cadence de travail par rapport à la veille ou il était seul avec Bruno le tuilier : celui-ci étant largement moins sexy à mon goût, que la jeune Amandine des scouts de France d’Abbeville !

 

Voici terminé mon récit sur la vie des bâtisseurs à Guédelon, ce témoignage n’est qu’un exemple, car selon la présence des uns et des autres, l’accueil sur le chantier pourra être différent le jour de votre venue.




Évolution du chantier :


























Sur la courtine nord, une partie de l’échafaudage a été démonté, ce qui permet au public de découvrir la superbe souche* de la cheminée de la cuisine du logis.

 

Une partie du crénelage du chemin de ronde et la première latrine* sont terminés.

  

* Souche : maçonnerie entourant un conduit de cheminée.

*Latrines : toilettes médiévales.    




























Détail de la toiture arrière du logis seigneurial, avec la souche de la première cheminée du château en fonction.



























Voici maintenant une photo de la mignonne petite latrine du chemin de ronde, qui doit servir au personnel de garde du château.





























Les charpentiers ont assemblé un petit passage couvert qui permet un accès protégé entre la chambre de la tour maîtresse et le logis seigneurial, en passant par le chemin de ronde.




























Vue extérieur du passage.






























Détail de la charpente qui couvre le chemin de ronde face à la latrine.

 

Sur la gauche on aperçoit une poutre qui a été choisie cintrée afin de suivre la courbure de la tour maîtresse.

Encore du beau travail de charpente et merci aux bucherons qui leur fournissent le bois équarri*.

 

*Équarrissage : Action de rendre quarré des fûts.




























Partie du chemin de ronde recouverte par des coyaux* et des tuiles

 

*Coyau : Pièce de bois permettant de prolonger une toiture au-delà du pan d'un mur.




























Dans les hauteurs du logis, travaille une joyeuse équipe de maçons composée d’Axel, des deux complices Mathias et Manu et d’un scout venu de Lyon.





























Tout ce petit monde travaille à la finition du mur de refend* entre la chambre d’ami du logis et la Aula.

 

La complexité de ce mur est du au fait que le conduit de la cheminée passe au centre, dans l’épaisseur du mur.

 

*Mur de refend : mur porteur séparant deux pièces à l’intérieur d’un bâtiment.




























Pointe de la charpente en chêne de type chevrons formant-fermes* du logis.

 

 *Formant-fermes : type particulier de charpente




























Voici une jolie photo de Dame Mathilde* qui vient demander quelques clous à Olivier le forgeron sous le regard bienveillant d’Hervé, bâtisseur de longue date.

 

* http://scriptoriumdemathilde.over-blog.com/




























Olivier surveille le travail de Greg le charpentier qui lui confectionne un support pour sa meule d’affûtage.




























Détail d’une des pièces forgées par Olivier pour soutenir l’axe de sa meule.

 

C’est vraiment du beau travail !




























Dans la cuisine du château, Dame Françoise accompagnée de Dame Mathilde animent le lieu pour la grande joie du public, très curieux de connaître les secrets de la cuisine médiévale.





























Françoise a depuis peu trouvé une aide très appréciée auprès de Max, pâtissier, boulanger à la retraite, qui est passé lors d’une visite  récente sur le chantier.

 

De visiteur à Talmelier* en quelques minutes, c’est aussi cela la magie de Guédelon !

Il vient maintenant exercer son savoir-faire les jours où Françoise est présente.

 

*Le talmelier: serait l'ancien nom des boulangers français. Deux hypothèses quant à l'origine de ce mot : Le Talmelier dériverait de tamiser, ou bien de taler qui signifiait battre (idée de pétrissage) et mêler.



La photo du jour :


























Une belle image de la sieste des moutons.




 

Ma nouvelle page étant terminée, je m’en vais maintenant préparer mes bagages, car maintenant ce sont les vacances et oui chacun son tour !

Départ le week-end prochain pour quinze jours dans la région du Puy en Velay, j’ai entraperçu ce joli coin de France l’an dernier en allant à la fête du Roi de l’oiseau*.

Etant toute la journée sur le stand* Guédelon lors de cette fête, j’ai été frustré de ne pas avoir le temps de bien visiter la ville du Puy et de ses environs.

De retour à mon domicile, j’ai signalé à Solange ma femme, que j’avais trouvé notre lieu de villégiature pour l’été 2009, et chose promise, chose due nous y partons dans quelques jours.

Et à nous la ville médiévale du Puy avec sa superbe cathédrale, les nombreux châteaux, la bête du Gévaudan, la sordide Auberge Rouge, et les splendides paysages de la Haute Loire, du Cantal, de la Lozère, de l’Ardèche, etc.

Maintenant, je termine la lecture de mon livre préféré: le guide du Routard ! et je me sauve.

Je vous donnerai peut-être de mes nouvelles si je trouve une connexion internet !

 

* http://www.roideloiseau.com/

 

* http://www.benevoleguedelon.com/article-23249491.html

 

A bientôt pour de nouvelles aventures

 

Retour à la page d’accueil: http://www.benevoleguedelon.com/  
Repost 0
29 juin 2009 1 29 /06 /juin /2009 19:46

 

Cette année encore un superbe festival à Marle, dans l'Aisne avec pour thème les   1 000 ans du Moyen Âge.

En voici un résumé en quelques images.

























Village de tentes médiévales.


























Tente de très grand seigneur.



























Tente de petit seigneur.





















Tente du grand seigneur après avoir acheté des subprimes* à Bernard Madoff, on appelle cela la crise financière !!!

Mais bon on ne vas pas plaindre le grand seigneur, car sa tente est plus petite, mais il ne couche pas dehors contrairement au pauvre qui lui n'a plus de logis.

http://www.crise-financiere.com/subprimes.htm

 

Après ce petit coup de "gueule ", reprenons notre visite.



























Le mobilier du grand seigneur.


























Et celui du petit seigneur.



La dure vie de la noblesse médiévale.



Pendant que certains se préparent pour les joutes






























Les autres sont confortablement installés, et attendent le début du spectacle.































Les chevaliers sont prêts à s'affronter.


























Certains se combattent à cheval.





























Les autres à pied.





























Soldat de père en fils,


 





















Pour apprendre le maniement des armes dés le plus jeune âge.
























Une fois les leçons bien apprises, ont peut attaquer le château de son voisin.






















Après toutes ces réjouissances, le seigneur se lave, on a de l'hygiène au moyen âge.






















Après le bain, le jeu.



 



















Et après le jeu, le bavardage.


























Pendant que ces gentes dames et ces beaux messieurs discutent, les servantes préparent le repas.


























Collier de volatiles cuites au feu de bois pour mon seigneur.



Après la vie de ceux qui s'amusent, la vie des travailleurs.




















Le travailleur, à une tenue vestimentaire moins colorée et un carrosse moins confortable !



 



















Le fabricant de chapeaux de feutre.





















Le Vannier.






















Armelle, peintre sur tissu.

www.virgesarmes.com






















Véronique la potière

www.poteriedesgrandsbois.com




























Le Goupil musicien médiéval.

http://www.myspace.com/le_goupil



























Le bibelotier : fabrique des pièces et des médailles en étain.


























Le forgeron.


























Le fabricant d'armures.



























Le tricoteur de cotte de mailles.



Galerie de Pavois*

http://fr.wikipedia.org/wiki/Pavois





























































































































































































































































 













Et pour finir un superbe casque.




A bientôt.                                         

Retour à la page d'accueil:
http://www.benevoleguedelon.com/

Repost 0
24 juin 2009 3 24 /06 /juin /2009 09:35






















Depuis quelques jours, les maçons on reprit la construction de la courtine* Est du château.

Ce mur va permettre d'y installer une nouvelle cage à écureuil, celle-ci, une fois construite sera posée, non plus au sol, mais en haut du mur.

De plus, cette nouvelle cage aura une flèche pivotante.

 

*Courtine : partie de mur entre deux tours.

 





















Le samedi, une joyeuse équipe était à la construction de cette courtine, certains venaient de l'IME, François Eglen de Gagny en Ile de France et les autres du  CFA du bâtiment de Vanne, en Bretagne.

 

*IME : Institutes Médico-Éducatifs // http://dcalin.fr/ime.html

 

*Blog CFA de Vanne : http://animationcfabtp56.over-blog.fr/


























Sonia et Alexandre deux des jeunes de L'IME de Gagny sous le regard de Jean Charles leur éducateur.

Sur le chantier, il y avait aussi, Shazad, Moussa, Elton et une deuxième Sonia, accompagnée par deux éducatrices : Marie-Laure & Élodie.




























Les élèves de Vanne et de Gagny, sont sous les ordres de Pascal le Picard, celui-ci, leur fait vérifier que les pierres qu'ils ont posées sont bien alignées.































Ils travaillent bien les jeunes de l'IME, même les plus petits trous sont bouchés.

























Pascal a trouvé de l'aide auprès d'un jeune visiteur costaud, pour transporter son panier de mortier.

 

























Dans la loge des tuiliers, la suite de l'équipe de Gagny.
























Ici, un apprenti couvreur de Vanne, en aide à un élève de L'IME, pour démouler une tuile, qu'il vient de fabriquer.

 

C'est pour ces petites choses que je trouve que Guédelon est un chantier formidablement humain, car après n'avoir passé que quelques jours ensemble et malgré les différences existant entre les uns et les autres, une bonne complicité s'est crée entre tous ces jeunes et les oeuvriers du chantier.

Et tout cela, entre des personnes qui ne se connaissaient pas avant de venir et qui ne se reverront peux être plus jamais de leur vie. 

Je trouve que l'aventure Guédelon est de plus en plus enrichissante que ce soit pour les salariés du chantier ou pour les bénévoles, qui viennent y changer de vie pour quelques jours.
























Chez les bucherons, à la fabrication de tavaillons*, des élèves de Bretagne, cela tombe bien, car ils apprennent le métier de couvreur.

 

*Tavaillon: tuiles en bois.























Et pour finir un des professeurs du CFA de Vanne avec un de ses élèves sur la couverture de la loge du vannier.

 



 

 

 

 

 

  














La tour maitresse, qui monte de plus en plus vers le ciel.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 









Au premier étage de la tour maitresse, dans la future chambre du seigneur, une deuxième équipe de maçons, monte la porte du petit couloir qui permettra de redescendre au rez-de-chaussée de la tour sur la droite ou d'aller aux latrines de la chambre sur la gauche.



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Cintre en bois, qui soutient les pierres de la voûte du petit couloir de la chambre.















 

 

 

 






Couloir de la chambre, vu du côté gauche, avec la porte qui mènera aux latrines (Latrines : la partie rectangulaire en bas à gauche de la porte)




















Mathias et Guillaume sur la voûte du couloir de la chambre.

 

Au passage, un petit bonjour à Josiane, la Maman de Mathias, fidèle lectrice de ce blog.



 



























De l'autre côté de la chambre, le linteau de la porte qui mène au chemin de ronde a été posée.





























Dans le logis, une dernière équipe de maçons, Manu et Axel, continue de monter le mur de refend, qui sépare la chambre du logis de la Aula*.

 

*Aula : grande salle du château où le seigneur  recevait ses invités, tenait justice, et prenait ses repas.



























Le mur de refend, vu du coté chambre, avec sa cheminée.



























Le conduit de la cheminée de la chambre qui monte à l'intérieur du mur de refend.

























































Contrairement au pignon Est du logis construit l'an dernier qui contient dans son épaisseur deux fermes* complètes, le mur de refend ayant en son centre le conduit de la cheminée, les charpentiers ne peuvent inclure dans la maçonnerie qu'un petit morceau de Ferme.

 

*Ferme : Désigne globalement l'assemblage triangulaire d'une charpente.


























Manu, ajuste une pierre sur le mur de refend du logis.

 


























A l'arrière du toit du logis, la souche de la cheminée de la cuisine commence à sortir.

 
























La même souche côté intérieur du bâtiment.


























Vue de la grande salle du logis seigneurial sur la gauche et sur la droite, la partie du chemin de ronde accessible au public du chantier.




 















La cheminée de la Aula, avec le linteau que vous avez vu monter par les charpentiers lors de mon dernier article.

 
Cette année 2009 est la grande année des cheminées.

 



























Le linteau de cette cheminée, ma l'air bien d'aplomb.

























Détail sur le bel assemblage à l'angle des poutres de façade et de côté de la cheminée.

 


 

 














En carrière dans sa loge Mamo, retravaille une belle pierre, car, il a eu quelques soucis avec le premier modèle.


 















La preuve en image, un coup malheureux sur une pierre presque terminée.

C'est un tantinet rageant.

























Dans la forêt, la cuisson des tuiles du week-end du 19 & 20 juin, s'est bien passée, en voilà une partie des résultats.

Sur 4800 tuiles environs 1000 ne sont pas assez cuites, elle ont donc été remises dans le four pour une prochaine cuisson.

Le nouveau four cuit plus vite que l'ancien 12 heures au lieu de 16 auparavant, mais il consomme plus de bois 7 stères avant, plus de 10 maintenant.


Pour perfectionner ce nouveau four, les maçons devront rallonger l'alandier, pour permettre une meilleure diffusion de la chaleur sous le four.





























Du côté de la maison de Dame Nature, le sympathique couple Québécois de Guédelon, Marie Eve & Israël se retrouvent pour une petite discussion.





























Chantal et Marie Eve en pleine séance de teinture, de vêtement et de laine.


Pendant ce petit travail, Chantal a appris à Marie Eve la signification du verbe touiller.

Des deux côtés de l'Atlantique, nous avons chacun des termes assez exotiques.

























Dans la grande marmite, une biaude* est en coloration avec du bois de Campêche et dans la petite, de la laine avec des feuilles de cerise.


* Biaude : Chemise




























La teinture est terminée, voici la biaude colorée au bois de Campêche qui donne une couleur violacée
































Celle-ci a été teintée avec des déchets de cerise comprenant  les queues et les noyaux, cela donne un rose très pâle.


























































Et la laine avec les feuilles de cerise donne une couleur pistache.


La teinture est vraiment un boulot très complexe avec des résultats assez inattendus.




Encore des preuves que Guédelon est un site formidablement humain.


























Marie Eve s'amuse avec l'oie fétiche de la forêt.




























Notre oie après les jeux avec Marie Eve, prend un bon repas en compagnie d'une belle poule!!!





























Puis fait une bonne sieste au milieu du public.




























La corderie garder par choupette la jolie boule de poil qui a été offerte à  Roger le Bucheron.



Quelques photos insolites :



























9h30 arrivée de Clément  du XXI ème siècle sur son beau destrier noir, 15 min plus tard, il sera transformé en Clément le tailleur de pierre du XIII ème siècle.































Qui donc ce cache derrière ce maillet ?


Et oui pour ceux qui ne l'auraient pas reconnu, c'est bien Israël le charpentier !!!



























Sur la fenêtre du pignon Ouest, de jolis rideaux aux couleurs ciel nuageux ont été installés !!!






























Une image que l'on ne verra plus le mois prochain :

Voir le ciel à travers la fenêtre de la chambre du logis, de l'extérieur.

Une fois le conduit de la cheminée de la cuisine terminé et les tuiles posées, plus de ciel bleu!



























Guédelon ou la tour de Pise !!!



La photo du week-end :






























Certains visiteurs du chantier garent vraiment leurs véhicules n'importent comment !!!



Et pour finir, juste pour rire :  Le Muppet Show à Guédelon.

 

Dans la chambre du logis, quatre papys ruraux sont restés dix petites minutes à se poser une question existentielle !

Les deux anneaux décoratifs de l'entrait* de la charpente, étaient-ils taillés dans la masse ou rajoutés par la suite.

L'un disait, s'ils sont rajoutés, comment les amener au milieu alors que les extrémités de l'entrait sont plus grosses que le centre ?

Un autre lui répond : ils ont du les faire en plusieurs morceaux et les coller. (A ne pas confondre le Menuisier et le Charpentier)

Un troisième rajoute regarder, c'est tailler dans la masse, car ici la poutre est fendue et là l'anneau est fendu lui aussi au même endroit.

Réponse d'un autre papy, oui mais regardez à cet endroit la poutre est aussi fendue, mais pas l'anneau ?

Étant derrière eux de ma petite voix j'ai essayé de leur dire que ces décorations étaient taillées dans la masse, mais ils ne m'ont pas entendu, peut- être un problème de concentration sur le sujet ardu, ou un problème de réglage de leurs prothèses auditives !!!

En ressortant de la chambre sans avoir la réponse à leur question, un des compères a dit à la cantonade que Guédelon était construit selon les plans de l'ancien château en ruines !!!

 

"A ma brave dame, la vie n'est pas toujours facile"

 

*Entrait : Dans une charpente, désigne la poutre horizontale d'une ferme reliée à la base des arbalétriers* pour maintenir l'écartement.












 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour ceux qui en ont la possibilité, ne pas oublier le prochain week-end le super festival d'histoire de Marle dans le département de l'Aisne.


http://www.museedestempsbarbares.fr



Pour répondre au deuxième commentaire de Jonathan le montagnard :

 

J'avais une autre question, mais d'un tout autre sujet :
je m'intéresse depuis très longtemps à la vannerie et je confectionne même des paniers (voir mon blog page 18). On voit d'ailleurs sur la photo deux types de paniers : panier rustique (milieu) et paniers à fond plat (gauche et droite).
Or à Guédelon, le vannier ne fait que des paniers à fond plat, est-ce parce qu'au moyen âge la technique des paniers rustiques n'existait pas ou bien suite au chargement de la chaux, sable, etc. il est plus sollicité à réaliser des paniers à fond plat ?

Si la technique des paniers rustiques n'existait pas au moyen âge, à quelle époque a-t-elle été découverte ?



La réponse est très simple : le panier rustique est beaucoup plus compliqué à confectionner donc plus long à faire, donc moins rentable, en moyenne une manne* pour le mortier dure 3 mois.

 

*Manne : grand panier dans lequel on transportait des marchandises.

 

 

A bientôt                                           Retour à la page d'accueil: http://www.benevoleguedelon.com/
Repost 0
17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 10:07



























Cette année encore Guédelon avait sa place réservée, sous la tour César de Provins, où nous avons participé aux 26ème médiévales de cette belle ville inscrite au Patrimoine Mondial de l'UNESCO.

Pendant deux jours nous avons eu un grand succès auprès des visiteurs de la fête, énormément d'échange intéressant avec le public encore très nombreux en 2009, et pour les personnes venues à Guédelon il y a quelques années, un grand étonnement, sur l'évolution rapide du chantier.

Et pour couronner le tout cette année pas de pluie, c'était très agréable.

























































Suite à des désistements de dernière minute, nous n'étions que trois personnes pour animer notre grand stand, dur dur !!!

 

Les personnes présentes étaient : Sonia la motarde.

























































Moi-même le Gaulois.





























Et Clément le tailleur de pierre.




























Sonia était à la fabrication de tuiles en bois.

























































Comme d'habitude j'étais à la promotion du chantier, distribution de plaquettes et discussion avec les visiteurs.





























Cette échoppe était mon poste de garde.





























Quant à Clément il était partout : au bûcheronnage,





























à l'atelier taille de pierre, pour les petits et les grands.





























ou encore en discussion avec les visiteurs.





























Nous avons eu ce week-end la visite de quelques salariés de Guédelon en congé.

Les deux seigneurs sur cette photo sont Ted, guide et Julien ancien guide du chantier.




























Sont venus aussi Yvon le cordier, Pascal le maçon, Julie la guide et aussi Mathias et Manu les deux compères d'Albi dans le sud de la France.




























Après notre installation, nous avons fait la connaissance d'un jeune couple très sympa.

Jennifer & Loïc, tous deux tombés sous le charme de notre chantier, surtout Loïc qui était en admiration devant les photos de la charpente de Guédelon, étant lui-même compagnon charpentier.

Après une longue discussion le vendredi soir, un verre d'hypocras à la main, ils sont revenus le samedi midi pour manger avec nous des grillades autour du feu.

Le dimanche Loïc a revêtu une biaude*pour faire quelques tavaillons*.

 

* Biaude : Chemise de toile.

*Tavaillon:  Tuiles en bois





























Sur le campement, il y avait aussi mon chien Léo, très en forme sur cette photo le vendredi soir.




























Mais comme nous trois, complètement éteint le dimanche en fin d'après-midi.

























































Le dimanche matin, des templiers à l'attaque de la forteresse des Comtes de Champagne, la tour César*.

 

*Tour César: C'est le seul donjon octogonal à base carrée connu, qui a probablement été construit sous le règne de Henri le Libéral (1152-1183).





























Après la prise de la tour, ils ont défilé dans la ville au son d'un tambour et d'une grosse caisse ?

Drôles d'instruments pour leur époque.



























Ils avaient en leur possession le fameux Trésor des Templiers !!!





 

Et maintenant voici quelques nouvelles de Guédelon.

Le vendredi 12 juin au matin je suis allé sur le chantier pour préparer avec Clément les éléments à emmener pour les médiévales de Provins.

Avant le chargement de tout notre barda, j'ai pu réaliser quelques photos.

 

Comme tout les vendredi matin, réunion de chantier, pour savoir où en sont les différents postes de travail.



























Avant la reprise du travail, Florian le chef de chantier participe à une photo de groupe.

Dans ce groupe des maçons formateurs de l'AFPA* venus de toute la France et pour la première fois décidé à passer une semaine à Guédelon afin d'apprendre le savoir-faire emmagasiné par les oeuvriers du chantier, ces douze dernières années.

Ce savoir-faire, ils pourront le retransmettre à leurs prochains stagiaires, futurs maçons du bâti ancien.

 

Pendant la réunion  chantier, certains de ces professeurs ont signalé qu'ils étaient très réticents à cette formation, pensant que Guédelon était le Disneyland du moyen-âge.

Ils sont tous repartis enchantés et surtout prêts à revenir au plus vite.

 

Belle récompense pour Guédelon ,ce projet fou, auquel peu de gens croyaient à ces débuts, d'avoir la reconnaissance pour son savoir-faire de maçons du patrimoine, d'écobâtisseurs et d'archéologues.

Michel Guilot et Maryline Martin peuvent être fiers de leur création.

 

*AFPA :  Association nationale pour la formation professionnelle des adultes
http://www.afpa.fr




























Premier travail du matin pour les charpentiers et les maçons, monter de la cour du château au premier étage du logis seigneurial la lourde poutre de la cheminée de la grande salle.




























La poutre est arrivée à bon port, les maçons ont quelques finitions à faire avant de poser celle-ci sur les deux consoles de calcaire que l'on aperçoit sur cette photo.




























Dans la salle du logis Florian en pleine discussion technique avec Anne Baud Archéologue et Maître de conférence à l'université de Lyon 2 et qui fait partie du comité scientifique de Guédelon.




























En forêt le four de la tuilerie est terminé, et une première cuisson vient de démarrer pour environ 16 heures de cuisson.


























Ce nouveau four est plus solide que les anciens, plus grand, il peut accueillir

4 800 tuiles à chaque cuisson, il est aussi plus accessible au public qui peut monter à l'arrière du four pour voir la cuisson au plus près.




























Voici ce que peut voir le public sur la plate forme derrière le four.





























Détail du rangement des tuiles dans le four, beau travail de patience pour les tuiliers.





Photo du jour :



























Manu peut être en formation de moine ?






Pour répondre au commentaire de Jonathan PROVOT le Savoyard :

Pourquoi n'ont-ils pas fait des quadrilobées sur toutes les fenêtres géminées ?

http://jprovot.skyblog.com

 

Il y a plusieurs réponses à cette question.

La première : c'est qu'à la moitié du XIIIème siècle les tympans de fenêtre géminée ouverte par des quadrilobes en sont à leur début, elles sont certes plus esthétiques, mais aussi plus chères à fabriquer, donc pas encore accessibles à tout le monde.

Le seigneur de Guédelon étant un petit seigneur de province sans grand moyen, il n'a pas jugé bon de faire cette dépense superflue, qui aurait été d'ouvrir toutes les fenêtres de la grande salle de son futur logis par des quadrilobes.

La deuxième : est que les quatre fenêtres géminées à tympan plein sont sur la façade sud du logis, donc bien ensoleillées, avec un soleil très haut dans le ciel, de ce fait, les ouvertures quadrilobes n'auraient pas apporté beaucoup plus de lumière dans le logis.

Il a donc été décidé de ne faire un quadrilobe que sur la fenêtre du pignon Ouest, car symboliquement cette ouverture est côté chapelle, et surtout côté du soleil couchant ce qui va permettre de faire rentrer une belle lumière en fin d'après-midi dans la grande salle du logis.

En espérant que la réponse aura été clair pour tout le monde.



Pour information le modèle de fenêtres géminées de Guédelon a été copié sur les fenêtres des  châteaux de Thiers-sur-Thève et de celui de Crépy-en-Valois dans le département de l'Oise, bâtiments construits au XIIIème siècle.

http://thiers-sur-theve.fr/Onglets/Decouvrir_Thiers-sur-Theve__Histoire.html

 

 

A très bientôt.                            Retour à la page d'accueil: http://www.benevoleguedelon.com/

Repost 0
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 15:52


Enfin me voici de retour, pour vous conter la suite des aventures.

 

Le vendredi de l'Ascension, le chantier médiéval de Guédelon a battu son record d'affluence.

4 000 personnes sont venus ou revenus voir l'équipe de fous furieux ! qui construisent un château fort comme au Moyen Âge.

Le lendemain fut un peu plus calme, il est venu encore 3 000 visiteurs


























Vendredi et samedi, il y avait du monde partout.

En haut du grand degré*,qui mène au logis seigneurial.

 

*Grand degré : escalier extérieur ostentatoire, permettant l'accès à la salle principale du logis située au premier étage.





Devant le logis pour voir la cage à écureuil en action.































Devant la taverne, pour le repas du midi.




Et maintenant voici quelques nouvelles de la construction.



La façade du logis est maintenant terminée, et l'échafaudage a été rehaussé, il servira aux charpentiers lors de l'installation des prochaines fermes*.

  

*Ferme : Désigne globalement l'assemblage triangulaire d'une charpente.




 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 







Photo de la façade du logis coté intérieur.

Dans quelques mois sur ce mur bien plat les charpentiers viendront installer la suite de la charpente.




 A l'arrière du château, le dallage du chemin de ronde a bien progressé.

Ce chemin de ronde devrait être terminé en septembre.
































Pascal le Picard, continue la construction du mur arrière du logis




Une autre équipe de maçons monte le mur de refend, qui va séparer la chambre du logis et la aula*

C'est dans l'épaisseur de ce mur que se trouvera le conduit de la cheminée de la chambre.

  

*Aula : grande salle du château où le seigneur  recevait ses invités, tenait justice, et prenait ses repas.
































Philipe retaille une pierre avant de la poser.





 Une vue sympa de la charpente posée en 2008.





Dans la forêt, il y avait beaucoup d'activité en ce beau week-end ensoleillé.
























Guillaume et Manu étaient sur les finitions du four de la tuilerie.






Ce four est beaucoup plus grand que l'ancien, il pourra contenir environ 3 000 tuiles et le foyer sera plus facile à charger.

De plus, le public aura un accès plus facile à la plate forme qui fait le tour du four, pour assister à la cuisson des tuiles.
























En attendant que son four soit terminé, Bruno le tuilier continu inlassablement la confection des 100.000 tuiles

qu'il va falloir pour couvrir le château.

 

(80.000 tuiles de couverture + 20.000 tuiles en perte)






Pendant que ses collègues charpentiers continuaient la fabrication des fermes de la charpente du logis, Grégory équarrissait la poutre de la cheminée de la aula.
































Le samedi entre deux visites guidées, Julie la guide, carde la laine au coté de Chantal qui la file, tout en papotant.





Le dimanche Chantal essaie une nouvelle recette pour teinter sa laine.
































Voici un échantillon de toutes les teintes déjà obtenu par Chantal.



Bernard le vannier étant parti en visite guidée, une bâtisseuse* belge le remplace, à la confection de panier. 

 

* Bâtisseur: nom qui désigne les bénévoles du chantier.


























En ce long week-end, Guédelon a connu deux nouvelles animations.

 

Pour la première fois, et durant quatre jours Françoise bâtisseuse de longue date à Guédelon, a animé la cuisine du château, en confectionnant divers plats médiévaux pour le bonheur des nombreux visiteurs présents.

Petits et grands étant curieux de connaître le secret de ces recettes et des ingrédients utilisés.




Dans la cheminée de la cuisine, un aide-cuisinier prépare le four pour la cuisson des pâtés, des pains et des gâteaux que Françoise a préparés.



























Il y a aussi les poulets qui cuisent dans l'âtre*.

 

*âtre : Foyer de cheminée.





Pour le plaisir des yeux, voici deux photos de l'intérieur du four à pain.
































Je ne suis pas un pyromane, mais je trouve le feu très esthétique à regarder.







Dans la forêt une foule attend l'ouverture des portes de la motte castrale*.

Pourquoi ?


* Motte castrale : ouvrage de défense médiéval.































Pour assister à une séance de théâtre : Nicolette & Erasmus un superbe spectacle très pédagogique de 45 mn où les acteurs nous narrent les inventions du moyen âge que nous utilisons encore de nos jours.







Les prochaines représentations :


En juin : les dimanches 7 & 14.

En juillet : dimanche12, lundi 13, mardi 14, samedi 18 et dimanche 19.

En aout : samedi 8, dimanche 9, samedi 15, et dimanche 16.


Séance :14h30 & 16h00


Les billets sont en vente le jour de la représentation à Guédelon.







Photos insolites du week-end.




























Manu sur le parking, cherche-t'il une place pour garer sa brouette ? !!!






Passage de l'autobus du chantier pour oeuvrier fatigué !































Les cochons de Guédelon, qui se prélassent dans un bain de boue.





Et après une bonne sieste.





Les photos du jour :





























Samedi matin sont arrivées sur le parking du chantier de superbes voitures de collection, appartenant aux membres de l'association AAVE* de Strasbourg


*AAVE : Amicale Alsacienne de Voiture d'Epoque.





Une belle Delahaye.
































Et dans l'après-midi, le passage du rallye des Ford A. (Circuit en Bourgogne)

 

Ford des années 1930.

 

www.club-obsolete-ford-France.com





Une photo de l'art de vivre à la française :

Un membre du club obsolète prépare le pot de l'amitié sur le plateau arrière de la voiture-balai, ceci afin de terminer la visite de Guédelon dans de bonnes conditions.

 

Dans les verres, du vin blanc, du jus de pomme, du champomy ???




 
















































Pour terminer, un petit coucou aux deux sympathiques guides du château* des Andelys qui se sont occupés de notre groupe lors de la sortie annuelle des amis du chantier médiéval le samedi 16 mai.

 

http://www.amisduchantiermedieval.com/

 

http://les-andelys.com/chateau-gaillard/gaillard.htm

 

*(Château Gaillard)


 


Un autre bonjour à André, lecteur assidu de mon blog croisé ce week-end dans la boutique de Guédelon avec sa petite famille.

 

 

 
 

Comme l'année dernière Guédelon sera présent pendant les deux jours des médiévales de Provins les 13 et 14 juin 2009.

A bientôt pour les personnes qui pourront venir nous rendre une petite visite sur notre stand sous la tour César.

 

http://www.provins-medieval.com/



                                                                                            Retour à la page d'accueil: http://www.benevoleguedelon.com/

Repost 0
5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 09:16

 

Dimanche dernier, je suis allé au festival du Grangousier* (*père de Gargantua).

Celui-ci était un salon de la cuisine historique, organisé par l'association Virges Armes dans l'enceinte du vieux château de la ville de Château-Thierry (département de l'Aisne)


http://news.virgesarmes.com/index.php/
         




























 

La Porte Saint-Jean, entrée aux ruines du château.































Une fois dans la basse cour de l'édifice, après avoir payé son entrée à la manifestation, chaque visiteur recevait un  "Kit Dégustation biodégradable" composé d'une petite assiette en feuille de palmier, d'une cuillère en bois, d'un gobelet en cellulose et d'une serviette en papier.

Une fois son  kit en main, il ne nous restait plus qu'à découvrir les différents campements, où nous pouvions goûter plein de bonnes choses de diverses périodes historiques.




Période nº 1 :


La Préhistoire avec ses cuissons sans récipient.

Nous pouvions déguster de la viande cuite sur une pierre plate, ou du poisson en broche.(Pas d'image pour la période)
































Période nº 2 :


L'Antiquité, avec dégustation et présentation de spécialités romaines : Pâtisseries, condiments, épices.































Période nº 3 :


Le moyen Âge avec soupe mérovingienne (VI et VIIème siècles), fouaces et soupe à l'épeautre (X et X1ème siècles).

Et aussi, pâté, brouet, hypocras, pain d'épices... (XIV et XVème siècles).

 

Sur cette photo dégustation de rissoles salées et sucrées XVème siècle.
































Autre période:


Le XVIIIème siècle avec de la soupe amérindienne.


























Et pour terminer, le XXème siècle :

Avec le campement du poilu et sa soupe lentilles saucisse.

Le bivouac du soldat américain avec Bacon, corned-beef et café.
































Et aussi la cuisine de Campagne US en 1944

avec chili con carne et Cookies ou l'ordinaire et les rations de combat des troupes aéroportées américaines de 1942 - 1945.

































Autre dégustation, les Raffinements culinaires du Japon Féodal avec les cérémonies du thé ou du saké.

































Nous avons aussi pu voir un talmelier* faire son pain.


Le talmelier du XVème siècle commence par pétrir sa pâte sous le regard d'un gentilhomme du XVIIIème siècle !

 

 

*Le talmelier: serait l'ancien nom des boulangers français. Deux hypothèses quant à l'origine de ce mot talmelier dériverait de tamiser, ou bien de taler qui signifiait battre (idée de pétrissage) et mêler.
































Puis Monsieur façonne les boules de pain pendant que Madame confectionne des tresses.






Détail du travail de la femme du talmelier.






























Ensuite il retire les braises du four composé d'un mélange d'argile et de paille.
































Puis il nettoie la sole du four avec un torchon mouillé.































Il teste maintenant la chaleur du four avec de la farine.

Celle-ci une fois projetée sur la sole du four doit brunir doucement, si elle brûle et noirci, le four est trop chaud.

Et voilà pas besoin de thermomètre !































Maintenant que le four est chaud, l'homme de l'art enfourne ses pains de froment.






























Ensuite, il referme le four, et attend environ 40 minutes.
































Et pour finir, il défourne son pain, avant de le faire gouter au public.
































Sur le site, il y avait aussi un potier, avec son tour à bâton.

Travail très physique.































Autre rencontre très sympathique avec Vincent archéologue et tailleur de silex depuis 15 ans.

Il a passé la matinée à confectionner un couteau en obsidienne*.

Je suis resté plusieurs heures dans la journée à le regarder faire, c'est vraiment un travail impressionnant.

 

 

* L'obsidienne est une roche volcanique vitreuse et riche en silice.
De couleur grise, vert foncé, rouge ou noire, elle est issue d'une
lave acide (type rhyolite). La vitrification en masse est rendue possible par le fort degré de polymérisation de la lave (voir Liens externes). Ce phénomène n'a rien à voir avec les bordures figées de quelques millimètres à quelques centimètres observées sur des laves basiques (filons, pillows lavas) pour lesquelles la vitrification est due à un refroidissement rapide de la lave (contact avec un encaissant froid ou avec de l'eau). Son nom viendrait de Obsius, un personnage de la Rome antique qui signala en premier la présence de cette roche en Éthiopie.


http://fr.wikipedia.org/wiki/Obsidienne































La lame du couteau vient d'un éclat de ce morceau d'obsidienne trouvé en Arménie.































Voici le couteau terminé avec son manche en bois de cerf fixé avec de la colle de nerf.

Ce genre de couteau était encore fabriqué à l'âge du bronze






























L'après-midi, Vincent taille une autre pièce, une pointe de lance en silex.

 

http://pagesperso-orange.fr/crearcheo    




Quelques images insolites :































Un parachutiste américain de la 101ème Airborne (1944)

Dégustant un breuvage au village de l'an mil !































Soupe mérovingienne pour les  poilus de la guerre 1914 - 1918.































Discussion entre un Prussien et la Marine Américaine de 1944.






























Un autre poilu 1914 - 1918 avec Tobrouk, son bouledogue français.
































Des Écossais dans la cour du château.
































Et deux drôles de dames Lisbeth & Lisbeth en promenade sur le site.

 

http://www.gestuaire.com   



Quelques photos sans texte pour le plaisir des yeux.

































































































































































































































































Pour les personnes intéressées ne pas oublier le 4ème festival d'histoire vivante

les 27 & 28 juin 2009 à Marle (Dép. 02) Thème de l'année : 1000 ans de Moyen Âge.

http://www.museedestempsbarbares.fr/fr/fetes-archeologiques/index.html

 

A revoir ma page sur Marle 2008.

http://www.benevoleguedelon.com/article-20861246.html 

   
 

A bientôt.

 

Retour à la page d'accueil: http://www.benevoleguedelon.com/
Repost 0