Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Guédelon une grande passion
  • Guédelon une grande passion
  • : Un père et deux de ses fils bénévole sur le chantier médiéval de Guédelon
  • Contact

Mes nouvelles

Pour voir ou revoir l'émission "ça manque pas d'air" de France 3 Bourgogne-Franche-Comté sur Guédelon, un clic sur le lien ci-dessous, et en haut à droite dans Retrouver les émissions par date: voir à lundi 20 avril 2009.

http://bourgogne-franche-comte.france3.fr/evenement/cmpda/

Com

Rechercher

Archives

22 octobre 2008 3 22 /10 /octobre /2008 15:19

Eh oui je suis revenu à Guédelon au bout de quinze jours, car l'occasion était trop belle, de voir et de vous faire voir la première partie de charpente posée sans les tuiles.
Celle-ci devrait être posée sur le toit de la chambre avant la fermeture du chantier dans quinze jours.

Auront-t'ils le temps ?

Réponse à la prochaine page.
























Maintenant il va falloir suivre, car c'est un peu complexe à retenir tous ces termes de charpente!!








































 

 





















Les 9 fermes* de la charpente posée depuis ma dernière visite les 4 & 5 octobre, vue de la façade du logis seigneurial.



* Ferme : Désigne globalement l'assemblage triangulaire d'une charpente.






























 Une autre vue de la charpente côté pignon Est.





























 

 

Charpente coté intérieur.


























 

 



Comme je vous l'avais expliqué lors de mon précédent reportage : "septembre 2008 le grand retour", les charpentes du XIIIème siècle ne comportent pas de panne faitière* qui solidarise entre elles les fermes.
Pour maintenir celles-ci entre elles, les charpentiers ont provisoirement clouées les 9 fermes à partir du pignon droit du logis.


* Panne faîtière: Pièce de bois assemblée dans la longueur au sommet de la charpente, servant à soutenir les chevrons.































 
Sur le bas de la toiture, les charpentiers ont commencé la pose de lattes de chêne fendu, qui ont deux fonctions : solidariser les fermes entre elles et maintenir les tuiles du toit.

 





























 

Photo de la pointe de la charpente, avec arbalétriers*, entrait*, poinçon*, et aisselier*.


* Arbalétrier :  Dans une charpente, désigne les pièces obliques correspondant aux versants du toit.

* Entrait : Dans une charpente, désigne la poutre horizontale d'une ferme reliée à la base des arbalétriers* pour maintenir l'écartement.

* Poinçon : Poteau vertical d'une ferme joignant le milieu de l'entrait à la rencontre des arbalétriers.

* Aisselier :  pièce de bois placée suivant un angle d'environ 45° sous l'entrait retroussé d'une ferme et rejoignant l'arbalétrier, afin de soulager l'assemblage à la jonction des deux pièces.






























Détail de la jonction entre le poinçon et l'entrait et de l'aisselier courbe entre l'entrait retroussé* et l'arbalétrier.


* Entrait retroussé : ne constitue pas la base du triangle de la ferme, mais est placé plus haut, sur les arbalétriers, pour permettre un passage sous combles.






























Conduit de la cheminée de la cuisine qui passe dans l'épaisseur du mur arrière du logis entre les deux sablières*

 
* Sablière: En charpente, pièce de bois placée horizontalement sur les murs d'un bâtiment.


 

 

























 

Sur la droite une des sablières* avec les trois gorges* décoratives façonnées par les charpentiers les 4 & 5 octobre 2008.

 
* Sablière: En charpente, pièce de bois placée horizontalement sur les murs d'un bâtiment ; elle est aussi appelée panne sablière.

* Gorge: Moulure concave.































Philipe termine la maçonnerie sur un des merlons* du chemin de ronde à l'arrière du logis.

Sur ces merlons les charpentiers vont poser une sablière qui supportera les coyaux* qui descendent de la charpente.

 
* Merlon : Sur un crénelage de château, les melons correspondent aux Parties plaines par opposition aux créneaux qui sont les parties vide.                                                                 

* Coyau :
Pièce de bois permettant de prolonger une toiture au-delà du pan de mur.






























Stéphane et Christophe posent un des coyaux au-dessus du chemin de ronde.
Les coyaux sont fixés sur les arbalétriers et sur les entraits.






























Les coyaux vont supporter la toiture qui protégera le chemin de ronde des intempéries.






























Dans la cour du château, une partie des tuiles du logis attendent d'être posées sur la charpente.

Seront-t'elles posées avant la fermeture du chantier dans quinze jours ?





En maçonnerie :




























  Une fois le problème du coffrage de la fenêtre géminée* du pignon Ouest résolu (voir la page du 10 octobre 2008), Fabrice peu continuer la construction de cette fenêtre.

 
* Géminé : qualifie deux ouvertures identiques, placées l'une à côté de l'autre, et réunies par une colonnette ou un pilier.






























En début de journée il manque encore quatre pierres pour que la façade de la fenêtre soit terminée.






























Sur cette photo Fabrice met en place une des deux clés de voûte de la fenêtre.






























Puis il l'ajuste.































Avec l'aide d'Axel, il vient de poser la deuxième clé de voûte.

 



























 

Maintenant il contrôle avec une règle, que tout soit OK.






























 Et pour terminer la fenêtre, les deux maçons remplissent les joints au mortier de chaux.

 





























  En fin de journée Fabrice contemple son travail.

Beau travail"Mec".



En façade du logis, d'autres maçons ont engagé une course contre la montre pour essayer de terminer avant la fin de la saison, la construction de deux fenêtres géminées* et la porte d'entrée de ce logis.

Bon courage!



Photo du jour :






















Philipe a trouvé un "bidule" du XXIème siècle qui sert à réveiller les ouvriers endormis ou plus sérieusement à communiquer avec un salarié secouriste pour le prévenir qu'il doit aller au chevet d'un visiteur blessé sur le chantier.

   

A bientôt pour la fermeture de Guédelon en l'an 1239 ou 2008 pour vous hommes du XXIème siècle !!

 

 

Retour à la page d'accueil: http://www.benevoleguedelon.com/

Repost 0
16 octobre 2008 4 16 /10 /octobre /2008 12:50

 

Enfin une bonne émission française sur le chantier médiéval de Guédelon, car pour l'instant les plus beaux reportages que j'ai vu sur le sujet, étaient étrangers, car comme d'habitude la France ne sait pas encourager ses inventeurs, ceci bien souvent sont obligés de revendre leurs idées à l'extérieur de notre pays, pour les voir évoluer.

Guédelon est un projet unique au monde, auto financé (donc sans subventions) par les 250.000 visiteurs annuels du chantier.

Cette idée folle de construire un château, donne depuis 10 ans, du travail à une cinquantaine de personnes, elle a permis aussi l'ouverture de la région au tourisme (premier site payant de l'Yonne et deuxième site payant de Bourgogne) avec l'ouverture de nombreuses chambres d'hôtes, divers musées et restaurants.

Donc vive les bonnes idées françaises qui créent du travail en France.


Le reportage des racines et des ailes a été tourné fin 2007.



 

 

 

 

 

 

 

 

 











 





Guédelon de nuit éclairé avec les gros moyens de l'émission des racines et des ailes, c'est grandiose.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 















Une des fenêtres du château en attente de pose, éclairé avec les moyens de Guédelon (des bougies pour chauffe-plat) c'est sympa aussi.


 

Quelques personnages vus dans le reportage :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 












 


Clément le tailleur de pierre.


 



 

 

 

 

 

 

 









 





 

 
Guillaume le maçon.

 

 

 

 

 

 

 

 

 















 

 

Jean Michel le bûcheron.

 

 



























Le trio des chefs Maryline, Michel et Florian.































Toute l'équipe fin 2007.

 

Par contre, je n'ai aucune photo de Lionel à vous présenter.

































La fenêtre en construction dans le reportage en 2007.































Petit morceau d'une des lattes du coffrage de construction de la fenêtre aperçue dans le reportage, qui va rester prisonnière de la maçonnerie pour l'éternité.































Les deux fenêtres terminées fin 2007.





La photo de l'année 2007 :





























Pascal au montage de la première fenêtre.


Ma plus belle photo prise en 2007, qui a fait le tour de France en ce mois d'octobre sur plusieurs programmes TV
.





































La preuve, la voici dans télé 7 jours.

 


A bientôt en novembre pour la fermeture du chantier.




Retour à la page d'accueil: http://www.benevoleguedelon.com/

Repost 0
11 octobre 2008 6 11 /10 /octobre /2008 19:04


Petit rappel à toutes et à tous:
Mercredi 15 octobre à 20h50 sur France 3, L'émission des Racines et des ailes sur le chantier médiéval de Guédelon.





 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Le samedi matin, Nicolas le charpentier teste la nacelle du tracteur Manitou, qui a été emmené à Guédelon pour la réalisation de photos en hauteur qui serviront à faire les affiches 2009.

Ce genre d'engin est très capricieux, car truffé de sécurités.

                                              







Le dimanche matin j'ai eu la grande chance de pouvoir monter dans la nacelle avec François Folcher, photographe professionnel et baroudeur, qui suit les travaux de Guédelon depuis ses débuts.

















































Une vue du tracteur prise de la nacelle à son maximum de 17 mètres de hauteur.

Impressionnant pour une première !









Le chantier au petit matin vu du parking.







































Deuxième poing de prise de vues, l'angle Sud Est du château.







Troisième et dernier point de vue sur le côté du logis.

Nous aurions du aller le dimanche en fin d'après-midi de l'autre côté du château, mais pour cause de pluie et de vent nous avons du annuler.





































La chambre du seigneur au premier étage de la tour maîtresse comme je ne l'avais jamais vue, avec à droite le départ de la cheminée et à gauche les cousièges* de la future fenêtre de la chambre.

 

*Coussiège :  siège en pierre pris dans le mur et placé dans l'embrasure d'une fenêtre.









Le logis coté Est.










































Détail du logis, avec au premier plan les charpentiers en plein travail sur le plancher provisoire au-dessus de la chambre d'amis, et au fond les maçons qui montent la fenêtre géminée* du pignon Ouest du logis.

Géminé : qualifie deux ouvertures identiques, placées l'une à côté de l'autre, et réunies par une colonnette ou un pilier.




Devant l'escalier du logis les tympans* des deux fenêtres à terminer en cette année 2008.


Tympan: Remplissage de pierres en plein cintre ou en arc brisé au-dessus d'un portail, ou d'une fenêtre, souvent utilisé pour présenter un bas-relief en façade des églises d'architecture romane ou gothique.













Laëtitia avec son véhicule écologique.










































Le village de la forêt, avec à droite la maison et le jardin médiéval de Dame Nature, et sur la gauche la loge des bûcherons. Plus loin se trouvent aussi les tuiliers et Bernard le vannier.





La maçonnerie :





Sur le pignon Est du logis Philippe bouche un trou de boulin*.


*Trou de boulin: Trou laissé dans la maçonnerie après la pose des boulins.













La pierre est trop grosse, il faut la casser en deux.
























Maintenant elle devrait rentrer.



















On bouche les derniers joints au mortier, et le travail sera terminé sur ce pignon.





































Levage avec la cage à écureuil d'une des pierres des fenêtres géminées.






Escalier provisoire qui permet de récupérer le chemin de ronde de la courtine* Nord.



*Courtine : partie de mur entre deux tours






































Ce chemin de ronde, va de la tour de la chapelle à la tour maîtresse en passant derrière le logis seigneurial.

 





La cuisson des tuiles :







Dimanche après-midi, Jean Michel le bûcheron donne des explications sur la cuisson des tuiles, commencée le vendredi, à la journaliste de France Bleue Auxerre.












Le vendredi et le samedi la cuisson se fait à petit feu, pour permettre au four et aux tuiles une montée en température en douceur.





































A chaque cuisson environ 2000 tuiles sont rangées dans le four, sur champs et sur plusieurs niveaux.




Dimanche matin le four est prêt, la cuisson peut démarrer avec un feu bien plus vif.

Cette cuisson va durer environ 16 heures, de 6h du matin à 22h, à une température de 900° à 1000°.

Une fois les tuiles cuites, elle vont être recouvertes de terre et rester 3 à 4 jours dans le four avant d'être défournées.

Pour couvrir tout le château, il faut environ 80.000 tuiles, mais les tuiliers vont en fabriquer 100 000, car ils pensent avoir environ 20% de perte.

Cette année 6000 tuiles étaient à cuire.
































Les tuiles commencent à cuire, leur couleur a changé.








Jean Michel, attise le feu et pousse les braises sous les tuiles.








































Le but de la manœuvre est de faire ressortir les flammes sur le haut du four pour faire cuire les tuiles hautes.





Quelques tuiles rougies par le feu.

Cette photo qui a été assez compliquée à prendre, car il faisait très chaud à cet endroit.











Petit feu du samedi !!









































Grand feu du dimanche.

 





Photo du jour :

Un jeune bâtisseur (bénévole) en punition, accroché sur le treuil à bras, qu'il à mal utilisé !!!













Photo du jour bis :

Trois jeunes visiteurs en train de construire un château bis.













A bientôt. 

                                                      
Retour à la page d'accueil: http://www.benevoleguedelon.com/
Repost 0
10 octobre 2008 5 10 /10 /octobre /2008 14:24

 

 

Je ne devais pas aller à Guédelon le week-end des 4 & 5 octobre, mais lorsque j'ai pris connaissance par courriel des travaux prévus pour ces deux jours, et de la venue d'une nacelle pour faire des photos en hauteur du chantier, je n'ai pas pu résister.

Je ne regrette vraiment pas d'avoir changé mon planning, je vais maintenant vous faire comprendre pourquoi.



















Tout d'abord les charpentiers, ont monté les quatre morceaux du carré de sablière (la base de la charpente) avec la cage à écureuil, sur leur lieu de pose: la chambre du logis seigneurial.

Sur cette photo, ils transportent un des deux entraits*de leur loge, jusqu'a l'arrière du château où est installée la cage à écureuil.

Longueur de la bête : 8 mètres pour un poids de plus de 200 kg.

http://qui.quen.grogne.free.fr/technique/entrait.php


*Entrait : Dans une charpente, désigne la poutre horizontale d'une ferme reliée à la base des arbalétriers* pour maintenir l'écartement.

* Arbalétrier :  Dans une charpente, désigne les pièces obliques correspondant aux versants du toit.







Après avoir posé l'entrait sur une paire de tréteaux, Greg attache solidement la corde de levage au centre de la pièce à lever, tout en protégeant les moulures décoratives.













Une fois l'entrait bien attaché, toute une équipe se met en action; une personne dans la cage à écureuil, une autre au frein, quatre personnes à la corde du bas pour éviter à la pièce de taper dans les murs et les derniers, à la réception sur l'échafaudage, en haut du mur Nord du château, plus un chef de manœuvres.

































Le levage se passe sans encombre sous le regard d'une centaine de visiteurs, de nombreuses personnes sont venues assister à ce beau spectacle après avoir été prévenues par la newsletter de Guédelon.

 Inscription aux news : sur la page d'accueil, en haut à droite  http://www.guedelon.fr






Une grande partie des travaux du samedi a été filmée par Reinhard Kungel venu pour quelques jours d'Allemagne avec sa femme Ingrid.

Depuis des années, ils suivent le chantier médiéval de Guédelon, et certains films de Reinhard ont été vus sur Arté.














La pièce est réceptionnée par l'équipe du haut.
















L'entrait va maintenant être entreposé sur le plancher provisoire au-dessus de la chambre du logis.













 

 




Ce plancher sert d'atelier provisoire de montage aux charpentiers.


 

 
































Les charpentiers ont aussi monté deux sablières*

 

* Sablière: En charpente, pièce de bois placée horizontalement sur les murs d'un bâtiment ; elle est aussi appelée panne sablière.









Arrivée d’une sablière.

















Discussion technique entre Florian Renucci, le chef du chantier et Frédéric Epau archéologue du bâti spécialisé en charpente du XIIIème siècle.







































Stéphane et Christophe, les charpentiers tracent au cordeau les trois gorges* décoratives qu'ils vont travailler à la gouge sur deux des pièces de la charpente.

*Gorge: Moulure concave.










Christophe travaille sous la caméra de Reinhard.

 
















Stéphane attaque lui aussi sa poutre.








































Une œuvre éphémère.










Une fois dégrossie à la gouge, la gorge est terminée avec un rabot arrondi.

















Les deux charpentiers ont façonné chacun une quinzaine de mètres de gorge en presque deux jours





































Finition des trois gorges.

 






Pendant que Stéphane et Christophe travaillaient leurs poutres, Greg et Nicolas préparaient la pose des sablières sur les murs de la chambre.






































Les
deux grandes sablières ont été raccordées aux petites sablières intégrées dans le pignon du logis.





La maçonnerie :



Sur le pignon opposé du lois seigneurial, les maçons posent la fenêtre géminée*.

Photo prise le matin.


*Géminé : qualifie deux ouvertures identiques, placées l'une à côté de l'autre, et réunies par une colonnette ou un pilier.










Sur cette photo prise le samedi après-midi, les maçons ont posé les deux derniers éléments du tympan* de la fenêtre.

 

*Tympan: Remplissage de pierres en plein cintre ou en arc brisé au-dessus d'un portail, ou d'une fenêtre, souvent utilisé pour présenter un bas-relief en façade des églises d'architecture romane ou gothique.
































Détail du tympan.






Pour les connaisseurs; qui se rendront compte qu'il y a un problème entre l'arc brisé de l'extérieur de la fenêtre et l'arc en plein cintre du coffrage intérieur, qu'ils ne s'inquiètent pas le coffrage interne va être refait pour remédier à ce problème.

 


































Diable je suis repéré, et ils n'ont pas l'air content les maçons !!








Mathias un des nouveaux maçons embauché cette année à Guédelon, construit une des deux fenêtres de la façade du logis, restant à terminer avant la fin de la saison.















Et Manu quant à lui monte le mur entre les deux fenêtres.

Mathias et Manu viennent tous deux d'Albi dans le Tarn, département légèrement plus chaud que le département de L' Yonne !!


































Les maçons sont eux aussi sous le regard de nombreux visiteurs.

Ces visiteurs empruntent la deuxième partie du chemin de ronde, côté tour de la chapelle, car à l'autre bout de celui-ci, côté latrines, l'échafaudage qui permet aux charpentiers de monter leurs pièces de bois, bloque le passage.

L'escalier de la façade est lui aussi fermé par l'échafaudage qui permet aux maçons de terminer la porte d'entrée à la Aula* du logis seigneurial.


* Aula : grande salle du château où le seigneur  recevait ses invités, tenait justice, et prenait ses repas.





Photo du jour :

Costaud Stéphane, il porte une sablière à lui tout seul !!






















Photo du jour bis : 

son chien Acétone est très surpris.















Cette page a mis du temps à paraître, mais il m'a fallu faire un tri parmi les 1300 photos prises ce week-end, j'ai fait fort, mais cela en valait la peine.


A bientôt pour la suite.                     

                                        
Retour à la page d'accueil: http://www.benevoleguedelon.com/

Repost 0
Published by christian D - dans Mes visites
commenter cet article
29 septembre 2008 1 29 /09 /septembre /2008 15:12
























Bernard le vannier de Guédelon avec Françoise sa compagne, à la journée des métiers et du savoir-faire à Saint Phal près de Troyes dans l'Aube.

Le dimanche 14 septembre nous avons passé une très bonne journée à cette fête chaleureuse et familiale, où des artisans de tous poils faisaient découvrir au public venu nombreux leur savoir-faire.

Quelques artisans présents : Boulanger, Maréchal Ferrant, forgeron, chapelière, fabriquant de charbon de bois, tuilier, etc..

De plus, les Papy du village avait ressorti les vieux outils de bûcheron et de paysan pour en expliquer le fonctionnement.






Les 20 & 21 septembre Guédelon était invité à la 23ème fête renaissance du Roi de l'Oiseau du Puy en Velay (43)

http://www.roideloiseau.com/





























Je fréquente pas mal de fête médiévale, surtout dans le Nord de la France, et j'ai trouver cette fête du Puy de très bonne qualité, j'ai adoré l'ambiance la nuit dans toute la ville haute qui a gardé de nombreux quartiers médiévaux tout autour de la cathédrale.

Avec des échoppes et des animations musicales à chaque coin de rue et sur chaque place de la vieille ville, en costume on se serait cru 600 ans en arrière.

La fête restant ouverte jusqu'à 24 heures pendant 3 jours les rues sont noir de monde tard dans la nuit et dans une ambiance bonne enfant.

Maintenant je compare la fête du Puy (Gratuite) à la fête des remparts de Dinan en Bretagne, qui a elle aussi un superbe potentiel de quartier ancien  mais n'en profite pas, car pour avoir accès aux animations il faut si l'on n'est pas costumé débourser 12€ par personne et parcourir la vielle ville de haut en bas pour se rendre dans les quatre enclaves où sont parquées les animations, le tout en passant par les quartiers médiévaux d'accès gratuit, où il n'y a aucune animation autre que celle des commerçants de la ville qui attendent le touriste avec le porte-monnaie grand ouvert.

http://fete-remparts-dinan.alloforum.com/


Quant à la fête de Provins malgré ses superbes remparts classés au patrimoine mondial de l'Unesco et ses vieux monuments elle est reconnue par beaucoup comme trop commerciale et pas assez festive malgré l'amélioration de ces dernières années.

Et pour finir la ville de Sedan qui ne dispose plus de quartier médiévaux, organise sa fête autour de son superbe château.

Je trouve que l'ambiance festive des douves du château de Sedan est beaucoup moins chaleureuse que les petites rues sinueuses du Puy en Velay.

Comme d'habitude ceci est mon avis personnel !
































Me voici en costume du dimanche.

En promenade de bon matin dans les rues du Puy, j'ai croisé un couple qui m'a demandé si je n'étais pas Saint Jaques de Compostelle ?

A leur grand étonnement je leur ai dit que je n'étais que le colporteur de mon Geoffroy seigneur de Guédelon, qui construit son château en Bourgogne !!!

Voici quelques noms que l'on m'a donné dans diverses fêtes médiévales : Moïse, Jacquou le Crocant, le berger, le pèlerin, etc...











Au petit matin, Yvon et Sonia à l'allumage du feu.














Mamo le tailleur de pierre à l'équarrissage* d'une poutre en chêne.


*Equarrissage : Action de donner à des pièces de bois, des surfaces parallèles entre elles.
















Yvon le cordier vedette de Guédelon au filage d'une cordelette en chanvre.





















Clément donne des cours de taille de pierre à une petite princesse.

















De nouveau, Clément qui taille un des morceaux du tympan de la fenêtre ouest du logis seigneurial.

















Sonia la femme de Clément, à la fabrication de tavaillons.*


*Tavaillon: tuiles de bois.

 







































Notre sympathique voisin de stand : Fabien le fauconnier de la compagnie hippogriffe, avec Ki-Lin un de ses aigles.

Il élève des chevaux frisons et divers rapaces pour faire avec eux un spectacle de grande qualité.






























Boubou le grand duc























 







Et encore Ki-Lin.  

Impressionnant le regard                                    http://www.hippogriffe.net/



A Bientôt

Retour à la page d'accueil: http://www.benevoleguedelon.com/

Repost 0
24 septembre 2008 3 24 /09 /septembre /2008 15:27

Bonjour à tous, me voici enfin de retour à Guédelon, après avoir parcouru plus de 6000 kms depuis début août sur les routes de France : entre les 15 jours de vacances dans le Var, les 4 jours en Vendée pour aller au Puy du Fou, la journée à Saint Phal (Aube) pour la fête des métiers et du savoir-faire et pour finir les deux jours au Puy en Velay au sud de  l'Auvergne pour la fête du Roi de l'Oiseau, je reviens à Guédelon un peu fatigué !!



Pendant mon absence les oeuvriers du chantier n'ont pas chômé.
En août les charpentiers ont posé les deux premières fermes* de la charpente du logis seigneurial.


*Ferme : Désigne globalement l'assemblage triangulaire d'une charpente.





Une fois les deux fermes en place, les maçons ont commencé le montage du pignon Est du logis (sur la droite), qui englobe ces deux fermes. 

Sur cette photo prise le vendredi 19 septembre la maçonnerie du pignon arrive au niveau de l'entrait.* Intermédiaire des fermes.

 



* Entrait : Dans une charpente, désigne la poutre horizontale d'une ferme reliée à la base des arbalétriers* pour maintenir l'écartement.
* Arbalétrier :  Dans une charpente, désigne les pièces obliques correspondant aux versants du toit.

 


Photo prise le 22 septembre :
Le pignon est presque terminé, les maçons attendent que les charpentiers leur installent un échafaudage dans les trois trous de boulin* en haut du pignon.

* Boulin: Pièce de bois horizontale fixée provisoirement dans la maçonnerie pour poser des échafaudages.













Pignon avec fermes incluses, maçonné jusqu'à l'entrait intermédiaire.













Contrairement au charpente moderne, les charpentes du XIIIème siècle ne comportent pas de panne faitière* pour maintenir entre elles toutes les fermes.
Ce sont des lattes de bois qui maintiennent les fermes entre elles.

 
*Panne faîtière: Pièce de bois assemblée dans la longueur au sommet de la charpente, servant à soutenir les chevrons.

































Lundi matin Nicolas le charpentier, pose l'échafaudage qui va permettre au maçon de terminer le premier pignon du logis.







Détail du pignon en construction avec les chaperons* de finition.

 

* Chaperon: pierres de couronnement des murs.






































V
ue de la Aula avec sur la droite le mur du chemin de ronde arrivera son niveau de finition et cheminée en construction.


* Aula : grande salle du château où le seigneur  recevait ses invités, tenait justice, et prenait ses repas.
































La Aula vue du coté opposé, en face le pignon en construction, en bas de la photo l'angle arrière du logis et sur la gauche le chemin de ronde en attente de sont dallage.

 




Lundi 22 septembre, un escalier provisoire a été installé sur le mur arrière du logis, il permettra aux visiteurs de continuer à visiter la aula pendant que les maçons construiront la porte d'entrée de cette pièce.
































V
ue de la chambre du seigneur au premier étage de la tour maîtresse.
En bas à droite de la photo les murs maçonnés ressèment sont enduits d'une couche de mortier pour les protéger des intempéries de l'hiver, car les maçons n'interviendront plus sur cette partie du château cette année.








À l'arrière du logis les fermes se prolongent pour protéger le chemin de ronde des intempéries.

 







E
n taille de pierre Eugène travaille sur le tympan* de la fenêtre du pignon Ouest du logis (Sur la gauche) celui-ci est plus complexe à tailler, car il dispose d'une ouverture en son centre.


 
* Tympan: Remplissage de pierres en plein cintre ou en arc brisé au-dessus d'un portail, ou d'une fenêtre, souvent utilisé pour présenter un bas-relief en façade des églises d'architecture romane ou gothique.







 





Florian le chef de chantier contrôle l'arrondie de l'ouverture du tympan.



 






























Exemple du tympan taillé par Eugène, les quatre pétales dessinées au crayon sont à creuser pour recevoir du vitrail à la fin du chantier.

























L
es charpentiers travaillent sur le carré d'entrait*, cette partie basse de la charpente doit être posée sur les murs de la chambre du logis la semaine prochaine, ensuite ils leur faudra poser les 9 fermes de la chambre, sur les 47 que comptera le logis seigneurial.
Par la suite, des lattes en chêne fendues seront clouées afin de pouvoir y poser des tuiles.

* Entrait : Dans une charpente, désigne la poutre horizontale d'une ferme reliée à la base des arbalétriers* pour maintenir l'écartement.

* Arbalétrier :  Dans une charpente, désigne les pièces obliques correspondant aux versants du toit.






Christophe notre charpentier Québéquois, travaille une mortaise de la charpente.









Photo du jour :

Marcel le chat du chantier, monte le garde sur la voiture d'un des salariés de Guédelon !!
































A bientôt

Repost 0
Published by christian D - dans Mes visites
commenter cet article
31 août 2008 7 31 /08 /août /2008 09:11




Un petit bonjour de Néoules un joli village du Var, à 50 km au nord de Toulon, proche de Brignoles.

Village typique avec son bistrot, sa place ombragée et ses fontaines.


Sur la photo Colette, la sympathique tante qui nous héberge pour quinze jours, Quentin, Léo le chien et moi en touriste.









Le plus dur ici, c'est qu'il fait soleil depuis 15 jours, peu de nuages, pas de pluie, un petit peu de mistrals.

La punition ultime c'est de se baigné dans la piscine avec une eau à 28° !!!







Les visites de nos vacances:


 

Le château médiéval de Forcalqueiret, du XIIe au XVe siècle, une des plus belle ruine du Var, construit sur un éperon rocheux à 435 m d'altitude, il ne possédait ni archères, ni mâchicoulis, ni créneaux.

Il ressemble plus à un palais qu'a un château fort.







Une des salles voûtées du château de 18 m de long sur 6 de largeur avec au fond une cheminée qui n'a pas été totalement restaurée et sur la gauche une fenêtre avec cousièges.













Intérieur de la citerne du château.

Les pierres de parement sont si bien ajustées que cette citerne contient toujours de l'eau et est encore étanche après plusieurs siècles d'existence.

 


 


 

 


Cette ruine est à voir, car il y a beaucoup d'autres pièces à découvrir, mais à ses risques et péril vu que la municipalité de Forcalqueiret n'organise plus de visite guidée et se dégage de toute responsabilité en cas d'accident.


Et maintenant "coup de gueule"

Ces ruines sont la propriété depuis 1978 de la commune de Forcalqueiret, après avoir été restauré pendant plusieurs années par une association de sauvegarde du patrimoine (A.S.E.R), est maintenant abandonner à son triste sort par la mairie.

Il est reconnu localement que le mairie de Forcalquieret n'a rien à faire de cette ruine, qui a pourtant un super potentiel avec plusieurs salles voutées, ou des activités auraient dû être organisées si la restauration du lieu s'était achevée.

Après plusieurs visites dans le Var, il est facile de constater que la majorité des touristes viennent ici pour la mer et le soleil et que ces visiteurs sont plus "Bob-tong" que culture et vieilles pierres, ce qui n'incite pas les  villes à faire des efforts pour leur patrimoine.

Certaines communes se plaignent d'un manque de touristes dans l'arrière-pays, mais ils ne font pas grand-chose pour mettre en valeur leurs richesses.

Pour découvrir quant même les beaux villages du sud, j'ai acheté deux livres sur la Provence médiévale : ce sont les itinéraires-découvertes des Bouches-du-Rhône et du Var, écrit par Alain Raynaud aux éditions de la Renaudie. www.editionsdelarenaudie.fr

Et malgré les bons conseils donnés par M Raynaud dans ces livres, il n'a pas toujours été facile de trouver les belles fontaines ou les ruelles médiévales, faute de panneau indicatif pour vous guidé sur place.

Habitants du sud-est de la France, si vous voulez plus de touristes dans votre arrière-pays mettez votre patrimoine en valeur et organisé nous des visites sérieuses.





Une petite visite sur l'ile de Porquerolles, un endroit très agréable, mais aussi trop fréquentée en cette saison.




Vendredi 22 aout en balade sur la fête médiévale de Brignoles avec Nathan mon neveu, qui habite la région.




Sur place je remarque une cage à écureuil qui ressemble à celle présente à Guédelon.

En discutent avec le tailleur de pierre en animation près de l'église de Brignoles, j'apprends que Pascal Waringo, le président de leur association est intervenu au début de l'aventure Guédelon comme conseiller pour la fabrication des cages à écureuil du site.

(Association : Les bâtisseurs médiévaux // 05.63.56.85.70 //






Sur une des places de la ville, je rencontre les krless: groupe de musiciens médiévaux venus de République Tchèque, qui nous ont fait un concert à Guédelon l'an dernier pour fêter les dix ans du chantier.


www.krless.cz

http://fr.youtube.com/watch?v=fqUo-b_D2_g&feature=related







 

Le dimanche 24 Direction Tarascon dans les Bouches-du-Rhône, pour visiter le superbe château du Roi René, élevé au XVe siècle lors de la guerre de Cent Ans.

  www.tarascon.org






En ce week-end d'août la ville de Tarascon, organise aussi ses médiévales pour fêter la Tarasque : Animal légendaire supposé habiter le Rhône.















Sur la médiévale, je croise la compagnie Entr'act de Montluçon dans l'Allier

Troupe très complète : Musique, théâtre, combat, et aussi échassiers.

( C'est la troupe que je préfère)

www.entractcompany.com












Quentin apprend, dans une des pièces du château, le maniement d'une hallebarde.
















Encore une connaissance : Grizzly qui confectionne ceintures, aumônières et divers autres accessoires en cuir et surtout il décore ses fabrications de dessin et de motifs en repoussant le cuir.

www.Grizzly-repoussage.org 








Pour changer du médiéval visite du village des tortues à Gonfaron.

C'est un parc animalier, en pleine nature ou des professionnelles et des bénévoles étudient, soignent et élèvent des tortues d'Hermann, pour les réintroduirent dans leur milieu naturel le Massif des Maures.

Ils s'occupent aussi de tortues plus exotiques, abandonnées dans la nature par les particuliers ou saisie par les douanes.






L'association milite pour que les tortues françaises restent dans la nature et non dans les jardins, et informe le public sur le trafic international d'objets fabriquer avec des tortues protéger, car en voie de disparition.


www.villagetortues.com/








Encore du médiéval avec la visite de l'abbaye cistercienne du Thoronet.

Brigitte une des guides du site, nous a interpréter un chant grégorien dans l'église, ou l'acoustique y est remarquable.

Le cloître de l'abbaye









La salle capitulaire, le seul endroit de l'abbaye ou les moines pouvaient se parler
















Le dortoir des moines : Pièce ou ils dormaient  sur des paillasses à même le sol et sans chauffage.


Confort cistercien !

 

 
L'abbaye du Thoronet un lieu à voir de préférence hors saison pour évité les "Bobs- Tong" indisciplinés et très bruyants.

www.monuments-nationaux.fr







Nous avons passé une petite journée au Marineland D'Antibes 

  Beau travail de dressage sur les animaux du parc, les orques sont impressionnent, par contre nous avons été déçus par le rapport qualité-prix pour 35€ par personne, nous n'avons pas trouvé à nous occuper toute la journée.

A comparer avec le Puy du fou ou pur 26€ une journée est trop courte pour voir tous les spectacles du parc

De plus vu l'affluence du parc l'été, les spectacles sont simplifiés au dire de notre famille qui est venu sur place hors saison.

Je veux bien que ce parc ait d'énormes frais de fonctionnement, mais je n'aime pas être pris pour un "gogo" parce que je suis un touriste de passage.  



Je suis allé aussi visiter un endroit surprenant : le château la Font du Broc

Un lieu qui a été construit de toutes pièces en quelques dizaines d'années par le propriétaire avec un mélange de vieux matériaux et de modernisme.

il a fait construire une bâtisse gigantesque comportant un jardin à la française, un cloître aux colonnes de marbre de Carrare, une salle de réception de 400 m2, la plus grande du Var, etc. ..





Il y a surtout la superbe cave cistercienne, construite en sept ans par des compagnons du devoir.

Cette impressionnante cave est à vingt mètres de profondeur et fait vingt mètres au carré, elle sert à entreposer les fut de chêne qui contiennent une partie de la production de vin du domaine.

















Détail de l'arc-formeret de la voute centrale de la cave, avec sa fenêtre géminée








 Si j'ai bien compté, les compagnons ont construit quinze croisées d'ogives pour faire cette cave et son escalier d'accès.


 

 



Sur cette vue le manège pour le dressage des chevaux.

 

www.chateau-fontdubroc.com/









La photo des vacances :



Voici un texte simple mais efficace, inscrit sur le fronton du cimetière de Néoules.

Quelle vérité !



Nous avons aussi fait quelques marcher provençaux, la foire de la figue de Solliès-Pont et bien d'autre chose. 

Maintenant les bagages sont fait, pour un retour en région Parisienne.


À bientôt


Retour à la page d'accueil: http://www.benevoleguedelon.com/
Repost 0
13 août 2008 3 13 /08 /août /2008 08:59







Pour ma dernière visite à Guédelon, avant de partir en vacances, j'étais accompagné de Quentin mon plus jeune fils et mon Chien Léo.

Sur cette photo ils sont dans la chambre d'amis du logis, ouverte au public récemment.


















Léo jeune bouledogue français de trois ans, à camouflé son pelage blanc en se roulant allègrement dans le sable de Guédelon.
Maintenant, il est couleur grès ferrugineux.








D
ans l'après-midi je croise Caroline sympathique guide à Guédelon, qui se prépare pour une nouvelle visite guidée du chantier.

Elle me propose de suivre sa visite, et j'accepte.

Ce fut une très bonne visite, pleine d'humour, malgré un groupe de visiteurs un peu mous.

 



 (Je suis obligé de faire quelques compliments sur Caroline, car elle est abonnée à la newsletter de mon blog !!)


En maçonnerie :

Les maçons ont commencé la pose de la corniche en calcaire, sur façade du logis seigneurial.

Cette corniche servira d'appui au départ du toit.
En bas à droite, dans l'angle du mur, les trous de boulin qui vont supporter l'échafaudage qui servira aux charpentiers.
Au premier plan les corbeaux décoratifs du bas du pignon* en construction.



*Mur pignon: mur latéral d'un édifice portant le profil de la toiture.





Vu du mur en construction, au-dessus de la première fenêtre géminée du logis, avec au fond les premiers éléments de corniche posés.
















Détail de la partie haute, en arc brisé de la deuxième fenêtre géminée  du logis.

 







Détail de construction :

Pour la solidité du mur, une pierre de parement sur trois rentre profondément dans le mur pour une bonne accroche entre les deux parements.






Dans la cour du château, près de la loge des tailleurs de pierre, divers éléments de corniche en attente de pose.

 









Vu de l'angle arrière du logis, avec sur la droite le chemin de ronde, allant de la chambre à la grande salle.

Grande salle du logis avec au fond, le mur de la chambre d'amis en cour de construction et sur la droite, la porte d'accès à la chambre.




































En descendant l'escalier du logis, un petit regard sur le dessous de l'échafaudage, soutenu par des boulins* et leurs jambettes de renfort.




* Boulin: Pièce de bois horizontale fixée provisoirement dans la maçonnerie pour poser des échafaudages.






E
n taille de pierre:



Mamo travaille sur un chaperon* en calcaire, qui ira sur le pignon du logis.

 

 

 *chaperon: couronnement de mur.












Les chaperons sont ces pierres blanches, qui vont coiffer les murs pignons du logis.













Les chaperons servent à la finition esthétique des murs pignons.
Ils permettent aussi le blocage des tuiles en bout de toiture.

Sur cette photo: l'espace visible entre la tuile et le chaperon, sera comblé par la charpente. 











Clément taille la partie haute du tympan*d'une des fenêtres géminées.

 



*Tympan:
Remplissage de pierres en plein cintre ou en arc brisé au-dessus d'un portail, ou d'une fenêtre, souvent utilisé pour présenter un bas-relief en façade des églises d'architecture romane ou gothique.









Christophe le charpentier livre après réparation, la superbe brouette Guédelon qui permet de déplacer les pierres taillées, à Mathieu le tailleur de pierre.

 


















Après avoir façonné des tuiles, Roger est maintenant à la corderie.













Photo du jour :

Marcel le chat fétiche du chantier fait sa sieste dans l'atelier du tuilier.

 

 






P
hoto du jour bis:

Léo mon chien fétiche, garde les latrines du chemin de ronde.

 

Et maintenant après cette visite du mois d'août, je prépare mes bagages et je pars avec femme, enfants et chien, prendre quelques jours de vacances dans le sud de la France.

Puis début septembre, je passe trois jours au Puy du fou en Vendée, et le 14 septembre je serais sur le stand Guédelon à Saint Phal (Aube) pour la journée des métiers et du savoir-faire.
 www.arpa-st-phal.com

Prochaine visite à Guédelon, le vendredi 19 septembre pour préparer la Fête renaissance du Roi de l'Oiseau, au Puy-en-Velay (Hte Loire), où je serais présent les 20 & 21 septembre avec des oeuvriers de Guédelon.
http://www.roideloiseau.com/ 


P
our finir, je passe un petit bonjour aux nombreux internautes de Rouen qui visite mon blog, suivi des Parisiens, des Dijonnais et des Montpelliérains pour le sud de la France.

Pour l'étranger les visiteurs les plus assidus sont nos amis du Canada, surtout de la province de Québec (surement de la famille ou des amies de Christophe le charpentier ?).
Le Canada est suivi par la Belgique, l'Allemagne et la Suisse.

Et non je ne suis pas un voyant qui regarde dans sa boule de cristal, d'où viennent les visiteurs de son blog, je me suis tout simplement inscrit à Google Analytics.

Google Analytics est un outil de statistiques très intéressant et très détaillé pour le suivi d'un blog ou d'un site internet.

Un grand merci à tous, pour votre soutien surtout à Cédric P.  Fan des débuts et aussi à Nicolas Gasseau le concepteur des superbes images de synthèse de Guédelon en 2025.

À bientôt.

 

Retour à la page d'accueil: http://www.benevoleguedelon.com/

Repost 0
Published by christian - dans Mes visites
commenter cet article
29 juillet 2008 2 29 /07 /juillet /2008 12:18







Philipe le barbu et Nicolas l'homme à la coiffe blanche sont en carrière, à la barre à mine ils dégagent un bloc de grès ferrugineux (la pierre de Guédelon)














Une fois le bloc dégagé, il est posé sur le chant.
Philipe à genoux tient le chasse-masse sur la pierre et Nicolas, avec la masse frappe le chasse-masse.











Après avoir « lu » le bloc pour déterminer et anticiper les zones de ruptures naturelles de la pierre, les carriers coup après coup tracent une saignée qui suit une des strates géologiques du bloc.



















L'onde de choc créée par les nombreux coups de masse, va ouvrir le bloc à l'endroit choisi par les carriers.













Le bloc est maintenant séparé en deux parties.



















Un des deux blocs est posé au sol pour être refendu.










Ne travaillant plus dans le sens des strates de la pierre, nos deux compagnons doivent, pour la fendre, créer une saignée sur les quatre faces du bloc.

 Première étape : Sur un des chants.















Deuxième étape : Sur une des deux faces.















La barre à mine sous la pierre permet d'avoir un point d'appui au niveau de la cassure à venir.














Dernière étape, après avoir fait une saignée tout autour du bloc, celui-ci se fend avec succès.














Les deux blocs obtenus vont maintenant être refendus en deux avec la même méthode.














Après en avoir terminé avec la première moitié du bloc d'origine, Philipe et Nicolas vont maintenant faire le même travail sur la deuxième partie.
















Encore le chasse-masse et la masse.
















Et toujours le même résultat : Encore un bloc ouvert en deux.
























Et après 1 heure de dur labeur : un bon coup à boire!









En ce moment, toute l'équipe des maçons travaille sur les murs de la chambre d'ami du logis.
Sur la photo, le mur côté chemin de ronde est arrivé à son niveau final.
La semaine prochaine les maçons vont débuter le pignon droit du logis, pour que les charpentiers puissent installer les premiers éléments de charpente avant la fin de saison.



























V
ue intérieure de la chambre, avec au premier plan la cheminée et au fond, la porte d'accès avec son arc plein cintre.




































Bonjour madame, et non la chambre d'ami n'est pas encore ouverte au public, il vous faudra revenir courant août.

 À bientôt.

 






L
a nouveauté de cette visite :

La sécurité du travail a imposé la mise en place au-dessus de chaque poste de travail des tailleurs de pierre, d'un système d'aspiration des poussières.
Pour l'instant un seul poste est équipé pour des essais, pas très esthétique, un peu bruyant, mais ça à l'air efficace pour la poussière.













































Petite affiche explicative sur le pourquoi de ce nouveau tuyau à côté de Mamo le tailleur de pierre.















En forêt Chantal a reçu le renfort d'Édith
Bâtisseuse* de longue date à Guédelon.

 

 

 *Bâtisseuse: Bénévole










 

La photo du jour:

À Guédelon les enfants désobéissants  sont transformés en poule, qui déambule  sur le chantier à la recherche de leurs parents.




















PS:

Suite à quelques mois de réflexions sur le bilan écologique de mes nombreux voyages à Guédelon, 400 km aller et retour dans la journée un samedi tous les quinze jours, et vu la hausse des carburants, j'ai pris la décision à partir du mois d'août prochain, de ne me rendre sur le chantier qu'une fois par mois et si possible le week-end complet.

Tout ceci aura comme avantage pour moi : moins de frais, beaucoup moins de fatigue, plus de présence à mon domicile pour les travaux d'entretien et la vie de famille et une meilleure conscience au niveau de mon bilan carbone comme il dise à la TV le soir !

Par contre l'inconvénient pour vous les fidèles lecteurs de ce blog, il y aura moins d'articles sur le blog.

 

En espérant que vous ne m'en tiendrez pas rigueur.



Retour à la page d'accueil: http://www.benevoleguedelon.com/

Repost 0
Published by christian D
commenter cet article
24 juillet 2008 4 24 /07 /juillet /2008 11:25

 

Départ le vendredi 18 juillet à l'aube avec Quentin mon plus jeune fils pour cinq jours de pré-vacances en Ille-et-Vilaine, dans la Manche, et dans le Calvados.

 

Première étape : Le château de Fougères (Ille-et-Vilaine)

Le château de Fougères est l'un des plus grands châteaux médiévaux d'Europe avec ses treize tours réunies par une courtine de 320 mètres conservé dans son intégrité, il constitue un exemple représentatif de l'évolution de ce type de forteresse du Xe au XVe siècle.


Dans l'ultime refuge du château, on trouve deux donjons.
À droite la tour des Gobelins du XIIIe siècle, de forme tronconique.

 Et à gauche la tour Mélusine du XIVe siècle, de forme cylindrique.
Les deux tours sont construites en pierres cornéennes (grès schisteux, pierre locale) et en granit pour les pierres taillées.





Deuxième étape :
Le Cathédral scope 

Place de la Cathédrale
BP 34
35 120 DOL DE BRETAGNE 
Tél. 02 99 48 35 30  // 
Office de tourisme du pays de Dol    


À deux pas du Mont-Saint-Michel, face à la cathédrale de Dol de Bretagne, le cathédral scope est un lieu ou l'on peut comprendre de façon ludique la construction et le symbolisme des cathédrales du moyen âge, à l'aide de maquettes, de textes, d'outils et de films.
Livret jeux pour les enfants

 On apprend sur place que :
En trois siècles, de 1050 à 1350, pour édifier 80 cathédrales, 500 grandes églises et les milliers de petites églises paroissiales, en France, on a extrait plus de pierres que l'ancienne Égypte en n'importe quelle période de son histoire.




Dernière étape de la journée: le camping municipal « le Chateaubriand à Dinan ».
Situé à 300 m du centre ville, c'est un petit camping de 49 places, sur un terrain ombragé, proche d'une route, donc un peu bruyant, les sanitaires sont un peu rustiques, mais c'est l'hébergement le moins cher et le plus proche du centre-ville et de la fête des remparts.

Prix pour deux jours et deux personnes avec voiture : 21€


 
Dinan, possède un patrimoine architectural merveilleusement préservé : son château musée (dont le donjon dit de "la Duchesse Anne" du XIVe siècle.

2 700 m de remparts du XIIIe au XVe siècle. Avec ses tours et ses portes, une basilique romano gothique, une cinquantaine de maisons à pans de bois, des hôtels Renaissance, un beffroi médiéval (la Tour de l'Horloge), des anciens couvents, une centaine d'hôtels particuliers du siècle des Lumières, et un très ancien port sur la Rance.

http://www.dinan-tourisme.com/index.php?&langue=fr

 


S
amedi 19 :
journée fête des remparts  //
 
http://www.fete-remparts-dinan.com/

Le matin j'enfile mon costume médiéval de pèlerin colporteur de Guédelon et nous partons avec Quentin pour la fête médiévale de Dinan organisée tous les deux ans.
Le thème de cette année était : au temps des bâtisseurs, un sujet que j'apprécie tout particulièrement.

Guédelon était invité cette année par les organisateurs, mais la fête des remparts étant en juillet, un mois de forte affluence, la direction n'as pas pu dépouiller le chantier de ces ouvriers pour les envoyer à Dinan.

Comme d'habitude nous avons passer une bonne journée à côtoyer les Vikings, les chevaliers, les musiciens, les bâtisseurs, les gueux et bien d'autres personnages.









Un des campements de chevaliers.















Vikings de la troupe Thorwald aventure en plein travail d'équarrissage d'un tronc de chêne pour en faire une pièce de bateaux vikings.

 http://thorvald.aventure.free.fr/









La superbe maquette de Laurent Pregaldiny, qui représente une synthèse de l'architecture militaire médiévale, en reprenant des morceaux de différents sites français(Castelnaud, Beynac, Fougères, Carcassonne...etc.) il à fait, après de très longues heures de travail le château idéal, du moyen âge.

 http://www.pregaldiny-maquette.com/





Après une journée bien remplie, un bon plat de moules frites et au lit.



D
imanche 20
 : Au matin, après avoir replié la tente, départ pour une longue journée, direction la Manche.


Un petit regard en passant sur le Mont-Saint-Michel, et direction le superbe château de Pirou qui est situé à une dizaine de kms au Nord-Ouest de Coutances.


Arrivés en début d'après-midi, nous avons fait une visite guidée avec Marion, une charmante guide bénévole, qui nous a tout expliqué sur le château et sa tapisserie. 

Réduit à l'état de ferme, le château fort de Pirou ne cessa de se délabrer durant le XIXe siècle et les deux premiers tiers du XXe siècle.

Depuis 1966, le Château fort de Pirou est en restauration. Sous l'égide de l'Abbé Marcel Lelégard († 1994), et de la Fondation Abbaye de La Lucerne qui poursuit la reconstruction du château.

En son état actuel, le château est construit sur une île au milieu d'un étang artificiel, il conserve dans sa partie la plus ancienne, des remparts du XIIe et du XIVe siècle. Pour y accéder, il faut franchir cinq portes fortifiées en tournant autour de la douve centrale.








Les toitures du logis en schiste du Cotentin.













La tapisserie de Pirou fait 58 mètres de long.
Elle a été réalisée par une infirmière, qui l'a débutée en 1977, à raison de 1 cm ½ par heure en moyenne de broderie et de trois heures  par jour après son travail ; celle-ci a été confectionnée en 16ans








La Tapisserie de la conquête de la Sicile par les Normands relate, non sans humour, la conquête de l'Italie du Sud et de la Sicile par les Normands du Cotentin. Cette broderie en laine sur toile de lin a été confectionnée dans l'esprit de la tapisserie de Bayeux.

http://www.chateau-pirou.org/





Une rencontre sympathique :

Après Pirou, départ pour la ville de Saint-Sauveur le Vicomte où se trouve notre nouveau camping.

En chemin, je vois sur le bord de la route, un auto-stoppeur vêtu avec un costume qui devait laisser songeur  les automobilistes qui sont passés près de lui pendant près de deux heures, par contre, reconnaissant la tenue d'un compagnon, je décide de le prendre à bord de mon véhicule.

C'est un compagnon allemand charpentier de marine avec sa tenue traditionnelle, il se rend sur Cherbourg pour trouver du travail.

Après 3 ans ½  d'études dans une école allemande de compagnon charpentier, il doit faire 3 ans de tour d'Allemagne ou d'Europe, d'entreprise en entreprise pour

parfaire son savoir faire. Il lui reste encore 6 mois de route à parcourir avant d'être confirmer compagnon.

           

N'allant pas jusqu'à Cherbourg, je lui propose d'aller d'abord au camping de Saint-Sauveur le Vicomte, pour retenir ma place et après avoir installé ma tente de camping, faire les 30 km qui restent pour le déposer à Cherbourg.




Pommeau de son bâton avec l'insigne de sa corporation de charpentier de marine.

(un bateau viking)











 

Après avoir déposé notre ami compagnon sur le port de Cherbourg, nous allons manger dans le restaurant préférer de Quentin : McDonald.

Il ne supportait plus les galettes et les moules frites.

À Cherbourg même les goélands vont au Mc do.












Et en plus ils vous réclament des frites














Après avoir bien festoyé à Cherbourg, retour au camping  de Saint-Sauveur le Vicomte, avec vue sur le château de la ville et sa tour maîtresse du XIVe siècle.

Petit camping ombragé et à petit prix : 19 € pour deux.

En plus, le couple de gardiens est très sympa, et ils entretiennent bien le site.

http://www.ville-saint-sauveur-le-vicomte.fr/





Lundi 21
suite du grand week-end.


Un petit tour à Sainte Mère Église, petite ville normande, où sont tombés dans la nuit du 5 au 6 juin 1944 des parachutistes américains de la 82ème Aiborne.

Voici une photo du clocher de l'église de Sainte Mère rendue mondialement célèbre grâce à  John Steele qui suite à des problèmes sur son parachute, n'a pu éviter ce clocher où il resta accroché deux heures, avant d'être détaché par un soldat allemand qui le fit prisonnier.

Il est mort en 1969, à l'âge de 57 ans, dans sa petite ville de Caroline du Nord et émit le souhait d'être enterré en Normandie... ce qui malheureusement ne fut pas réalisé.

http://www.sainte-mere-eglise.info/index.html







Avant de partir de Sainte Mère Église un petit tour sur le parking, pour déposer des plaquettes publicitaires de Guédelon, et oui partout où je passe, je ne peux m'empêcher de décorer les pare-brises des véhicules que je croise.


http://www.sainte-mere-eglise.info/index.html





Ensuite une visite sur la page D'Utah Beach,
où une partie des troupes américaines a débarqué le 6 juin 1944 à 6h30 du matin.

Cette borne est le point de départ de la voie de la liberté qui se termine à Bastogne
en Belgique.

Sa couronne de 48 étoiles représente les 48 états des États-Unis en 1944.
Les 4 rectangles de couleur rouge représentent les 4 tronçons de la Voie de la Liberté : Sainte-Mère-Eglise/Cherbourg ; Sainte-Mère-Eglise/Avranches ; Avranches/Metz ; Metz/Luxembourg/Bastogne.
En son centre, le flambeau de la liberté sortant de la mer, prend pour modèle celui de la statue de la Liberté à New-York.
Face blanche : kilométrage, numéro et directions. 

Ces bornes, hautes de 1m20 et d'un poids de 435 kg, jalonnent la Voie de La Liberté et sont semblables à la Borne "0". On en compte 1200 au total.





La plage D'Utah Beach par beau temps, des promeneurs, mais pas de baigneurs, pour cause : température 19° et un vent à décorner les bœufs.

Nous avons gardé notre polaire deux jours avec Quentin.

 

 





En fin d'après midi, j'avais rendez-vous avec Mme Michèle Lefol propriétaire du joli château de Crosville sur Douves.
Agricultrice, fille et petite fille d'agriculteurs, adolescente elle fait racheter ce château par ses parents qui le louent comme ferme. Et depuis 1985 ils ont transformé cette bâtisse en ruine, en un lieu accueillant

J'ai pris rendez-vous, car Michèle, à des journées bien remplies : La traite des vaches 2h00 deux fois par jour, le jardin médiéval, les gâteaux du salon de thé, les travaux du château, la préparation des réceptions, etc....


Malgré le peu de temps quelle a de disponible, elle a toujours un mot gentil pour les visiteurs du château, qui l'on vue dans la rediffusion d'un reportage TV passer récemment.

http://pagesperso-orange.fr/st-sauv/page/canton/crosvill3.htm



La grande salle pour les réceptions.
Avec sa cheminée monumentale, et son plafond peint du XVIIe siècle.















Le salon de thé confortable et chaleureux avec Quentin au fond qui joue avec sa Nintendo DS.

Ici le thé n'est pas en sachet et les pâtisseries sont faites par Michèle la propriétaire.












La boutique, avec des articles introuvables ailleurs.













Pour finir la chambre d'hôte.
La vie de château.

Le Château de Crosville sur Douves :
Un lieu à voir si vous passez dans la région.


http://www.chateaucrosville.com/infos.htm

 




Un autre lieu à voir dans le secteur : la boutique de la laiterie d'Isigny-sur-Mer
dans le Calvados.



En juillet et août, vous y trouverez des glaces aux bons laits de Normandie, goûteuses et pas chères par rapport au glacier classique.












La preuve : voici une photo d'Antony mon plus grand fils et Quentin prise en 2007, avec à droite la glace à 2€ et à gauche la maxi à 3€, à comparer avec la glace 3 boules à 3€80 dans la ville de Dinan le choix est vite fait.























Cela fait plus de 25 ans que je déguste les glaces d'Isigny à chaque passage dans la région.


www.isigny-ste-mere.com


Après cette dégustation retour au camping.



M
ardi 22
: Retour à la maison.

Mais avant le matin, visite de la batterie Allemande D'Azeville: 


Plus de 350 m de souterrains, 4 casemates pour canons de 105 mm et une dizaine de bâtiments annexes qui témoignent de la violence des combats et de ce que fut le Mur de l'Atlantique.

Ce sont ces différents ouvrages reliés entre eux que l'on peut découvrir en visite guidée.




http://www.normandie44lamemoire.com/fichesvilles/azeville.html



Et dans l'après midi le château de Crèvecœur en Auge.

Le Château de Crèvecœur, dont les origines remontent au XIème siècle, a gardé au fil du temps son aspect médiéval. Divisé en deux parties, la basse cour et la haute cour, le château est composé de bâtiments agricoles en pan de bois (ferme, colombier et grange), d'une chapelle romane, d'un jardin des Simples, d'une muraille et d'un logis seigneurial. C'est un exemple unique de petite seigneurie rurale du Moyen Age.

http://www.chateau-de-crevecoeur.com/  

 
Du 3 au 10 aout, 8 jour d'animations médiéval de très grande qualité.

http://www.chateau-de-crevecoeur.com/fr/index.php?page=medievales


A bientôt pourle retour à Guédelon.

 

             
Retour à la page d'accueil: http://www.benevoleguedelon.com/

Repost 0
Published by christian
commenter cet article