Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Guédelon une grande passion
  • : Un père et deux de ses fils bénévole sur le chantier médiéval de Guédelon
  • Contact

Mes nouvelles

Pour voir ou revoir l'émission "ça manque pas d'air" de France 3 Bourgogne-Franche-Comté sur Guédelon, un clic sur le lien ci-dessous, et en haut à droite dans Retrouver les émissions par date: voir à lundi 20 avril 2009.

http://bourgogne-franche-comte.france3.fr/evenement/cmpda/

Com

Rechercher

Archives

17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 11:15

 

J’ai longtemps tardé à écrire cette nouvelle page, car il me fallait en premier lieu résoudre quelques soucis d’ordre personnel arrivés cet hiver.

Ces problèmes, pas encore totalement réglés, font qu’en cette année 2010, j’irai encore moins souvent sur mon chantier préféré, ce qui se traduira par moins de nouvelles fraiches sur l’évolution du château pour vous, mais bon ce sera toujours mieux que pas de nouvelles du tout !!!

 

0

En ce mois de mai 2010, une équipe de maçons continuent de monter une partie de la courtine* Est du château. 

*Courtine : partie de mur entre deux tours.     

 

 

 1-copie-1

Cette courtine Est, doit être maçonnée jusqu’à une hauteur de 6 m au-dessus du niveau de la cour, ce qui correspond à peu près, à la hauteur du garde-fou de l’échafaudage qui se trouve devant le mur.  

 

 

 2-copie-2

 Avant l’été prochain, une nouvelle cage à écureuil* va être installée sur la courtine Est, cette cage ne sera pas posée au sol comme les précédentes, mais installée en haut du mur.  

*La cage à écureuil, ou cage d’écureuil, est une roue en bois à tambour qui sert à mouvoir un treuil  ces engins de levage étaient déjà connus à l’époque romaine, la cage à écureuil  était la grue du Moyen Âge utilisé pour l’édification des grands édifices, cathédrale, fortification, pont, etc..  

 

 

 3-copie-1

Une deuxième équipe de maçons travaillent sur le mur de la chambre seigneuriale au premier étage de la tour maîtresse, après avoir maçonné l’an dernier les deux portes d’accès à cette pièce, une archère et une fenêtre en arc brisé, les maçons, en cette saison 2010 doivent terminer une deuxième archère, la cheminée et les latrines de la chambre, avant de pouvoir monter les murs et la voûte de cette pièce.

 

 

 5-copie-3.JPG

 La main du travailleur en action.  

 

 

 4-copie-1

En carrière, des stocks de pierres sont préparés par les carriers, afin de fournir les maçons    qui travaillent sur la tour maîtresse.  

 

 

 5-copie-2

 Ici, en attente de pose, le linteau* d’archère de la chambre seigneuriale.

 *Linteau : couvrement d’une ouverture composé d’une seule pièce de bois ou de pierre.

 

 

 8-copie-3.JPG

 Le même linteau en place quelques jours plus tard.  

 

 

 6-copie-2

Chez les tailleurs de pierre, on façonne les éléments de la cheminée de la chambre seigneuriale.

 

 

 7-copie-2

 

 

 

 8-copie-2

 Détail de la taille des pièces de la cheminée. 

 

 9-copie-2

 

 

 

 10-copie-2

 Encore des pièces de cheminée en attente de pose.

 

 

 14-copie-2.JPG

 La cheminée de la chambre seigneuriale en cours de montage.

 

 

 15-copie-2.JPG

 En tuilerie, la première cuisson de l’année se prépare, avec un empilage précis des tuiles dans le four.  

 

 

 16-copie-2.JPG

 Chez les bûcherons, on a repris l’équarrissage des troncs de chêne.

 

 

 11-copie-1

 En cette saison 2010, la cuisine du château reprend vie.

 

 

 12-copie-1

 Tous les feux sont allumés afin de faire cuire le pain et la viande de Monseigneur !

 

 

 13-copie-1

 Dame Françoise surveille la cuisson d’une belle pièce de viande.

 

 

 14-copie-1

 Pendant que Dame Françoise prépare la cuisine, Max le boulanger, façonne le pain.

 

  Photos de quelques objets qui embellissent la cuisine.

 

 15-copie-1

 Une superbe lampe à huile.

 

 

 16-copie-1

 Une très belle poterie médiévale.

 

 

 17-copie-1

 Une partie des légumes secs, qui servaient à l’alimentation des Français du XIIIe siècle.

 

  Photos du jour :

 

 24.JPG

 Les oies du chantier en balade. 

 

 

 25.JPG

 Quelques vieilles automobiles venues de la région d’Étretat en Haute-Normandie.

 

A bientôt.

 

Site officiel Guédelon : http://www.guedelon.fr/

Guédelon Official Website: http://www.guedelon.fr/en/

Guédelon Offizielle Webseite: http://www.guedelon.fr/de/

 

Retour à la page d’accueil: http://www.benevoleguedelon.com/    

Partager cet article

Repost0
Published by Christian.D - dans Mes visites
14 février 2010 7 14 /02 /février /2010 08:56


1.jpg
Logis et tour maîtresse côté courtine Est, en janvier 2009.

2-copie-1.JPG
Logis et tour maîtresse côté courtine Est, en novembre 2009.



5-copie-1
Logis seigneurial, en février 2009.

6-copie-1
Logis en novembre 2009, belle évolution.



7-copie-1
Toiture logis seigneurial, côté courtine Nord, en janvier 2009.

8-copie-1
Toiture logis, côté courtine Nord, en octobre  2009.



9-copie-1
Fenêtre de la chambre du logis seigneurial, en mai 2009.

10-copie-1
Fenêtre de la chambre du logis seigneurial, en novembre 2009.


A
bientôt !                                                                                                 



Site officiel Guédelon : http://www.guedelon.fr/

Guédelon Official Website: http://www.guedelon.fr/en/

Guédelon Offizielle Webseite: http://www.guedelon.fr/de/

Partager cet article

Repost0
Published by Christian.D - dans Mes visites
29 janvier 2010 5 29 /01 /janvier /2010 05:00

Après Guédelon sous la neige, voici maintenant Guédelon la nuit, les deux situations sont toutes aussi jolies à voir car elles sont rares.

Guédelon la  nuit est unique, mais aussi privé, cette vision nocturne, est réservée aux bâtisseurs de ce château, aux forçats du grès ferrugineux de l’argile et du bois.

Donc futurs visiteurs du chantier médiéval, inutile de venir à Guédelon avec votre lampe de poche, si vous voulez voir un château la nuit, éclairé à la bougie, rendez-vous plutôt au château de Vaux le Vicomte* (seine et marne), l’époque n’est pas la même, mais l’ambiance y est tout aussi envoûtante.

http://www.vaux-le-vicomte.com/nuit-des-muses-2009.php



1---1-.JPG

Voici le logis seigneurial, vu de l’extérieur du château.

1--2-.JPG




1--3-.JPG
Le logis vu de la cour du château.

1--4-.JPG




1--5-.JPG
La voûte à croisée d’ogives au rez-de-chaussée de la tour de la chapelle.


1--6-.JPG
La porte d’entrée au premier étage du logis, vu de l’intérieur.


1--7-.JPG
La couverture du chemin de ronde.


1--8-.JPG
Le passage entre le chemin de ronde à l’arrière du logis et la chambre seigneuriale, au premier étage de la tour maîtresse.


1--9-.JPG
La couverture de ce passage.


1--10-.JPG 
Les latrines du chemin de ronde.

Manque encore un peu d’intimité, faute d’une porte !!!

Et l’assise en calcaire massif est un tantinet fraîche !!!



1--11-.JPG
Une des deux portes de la chambre seigneuriale.


1--12-.JPG
L’escalier de la tour maîtresse.


1--13-.JPG

L’éclairage du château.



1--14-.JPG
Guédelon vu de la courtine nord, à l’arrière de la tour maîtresse.


1--15-.JPG


1--16-.JPG
L’imposante tour maîtresse, sous un ciel à la fois esthétique et aussi inquiétant.

Pour les lecteurs de mon blog qui ne sont pas toujours très attentifs, hé oui, il y en a, et j’ai les noms !!!

Je leur rappelle que Guédelon est fermé l’hiver et la nuit.

Donc, ne perdez surtout pas votre temps en téléphonant au chantier pour venir voir le château sous la neige ou au clair de lune !

( De toute façon, la neige a déjà fondu ! )

   

A bientôt

 

Site officiel Guédelon : http://www.guedelon.fr/

Guédelon Official Website: http://www.guedelon.fr/en/

Guédelon Offizielle Webseite: http://www.guedelon.fr/de/

Partager cet article

Repost0
Published by Christian.D - dans Mes visites
14 janvier 2010 4 14 /01 /janvier /2010 15:43


Je remercie bien chaleureusement tous ceux qui m’ont adressé leurs vœux, tous ceux qui vont le faire, tous ceux qui pensent qu'ils devraient   le faire, mais qui,  l’intention ne faisant pas tout, finiront par oublier de le faire et souhaite à tous une très bonne année 2010.


Pour bien démarrer l’année, je vais vous faire découvrir Guédelon recouvert de son joli manteau blanc.



1_edited.JPG 
Comme tous les ans à cette saison, je suis passé à Guédelon pour souhaiter la bonne année aux filles du bureau, qui elles ne sont pas en vacances! mais bon, c’est chacun son tour. Et pour la première fois, j’ai eu le grand bonheur de pouvoir découvrir le chantier sous 8 cm de neige, j’ai été dans l’obligation de parcourir ce superbe tapis vierge de toutes traces humaines afin de faire ces quelques photos, et de vous en faire profiter.


2_edited.JPG
J’ai débuté ma visite par un tour complet du château, afin d’y trouver quelques traces de vie !


3_edited.JPG 
Coté courtine* Ouest, personne !

 

 *Courtine : partie de mur entre deux tours.  



4_edited.JPG
Sur la toiture coté courtine Nord, personne !


5_edited.JPG
Autour des cheminées du logis même pas de trace du Père Noël !


6_edited.JPG
Devant la poterne, rien non plus !


7_edited.JPG
Dans la loge des tailleurs de pierre, pas âmes qui vivent !


8_edited.JPG
Seuls quelques blocs de calcaire taillés en 2009 attendaient avec impatience la réouverture du chantier, pour se faire réchauffer par les mains délicates des maçons du chantier, qui eux aussi ont disparu !


9_edited.JPG
J’ai dû leur expliquer qu’ils allaient devoir attendre encore quelques mois, seuls et dans le froid, car Guédelon n’ouvre ces portes que le 15 mars 2010.


10_edited.JPG
Après avoir discuté avec du calcaire ! j’ai repris mes recherches, toujours rien, pas même dans la cage à écureuil, qui est devenue la salle de fitness du chantier !


12_edited.JPG
Coté courtine Est, pas plus de vie !


13_edited.JPG
Courtine Sud non plus !


14_edited.JPG
Je me suis décidé à rentrer dans la cour du château, pour voir si quelque chose bougeait dans les logis ?


15_edited.JPG
J’ai eu un peu de mal à traverser le pont ou aucune trace humaine n’était visible !


16_edited.JPG
Dans la cour du château, ce n’était pas non plus la foule des grands jours !


17 edited
Sur le toit du logis, côté intérieur, personne !


18_edited.JPG 
Sur le perron du logis, en haut de l’escalier, pas un chat pour m’accueillir !
L’ambiance devenait glaciale !



19_edited.JPG 
Par contre, quelqu'un était venu dans la nuit pour peindre en blanc la main courante de l’escalier du logis ! Je ne sais pas si Florian le chef de chantier va apprécier la petite plaisanterie !


20_edited.JPG
Dans la chambre du seigneur, pas un touriste !


21_edited.JPG
Par contre, la fenêtre de la chambre était en beauté enveloppée d’une toge telle une Vestale romaine !


22_edited.JPG
Au niveau de la toiture, pas un charpentier au travail !


23_edited.JPG
Chez le cordier, toujours personne !


24_edited.JPG 
Et sur la table de pique-nique, pas une trace de repas fraichement pris sur la jolie nappe blanche!
Bien matelassée la nappe environ 8 cm d'épaisseur !



25_edited-copie-1.JPG 
La seule trace de présence humaine que j’ai pu trouver sur le chantier est celle-ci, et c’était mon empreinte de pied, laissée à Guédelon pour quelques jours seulement !

 

A bientôt

 

Site officiel Guédelon : http://www.guedelon.fr/

Guédelon Official Website: http://www.guedelon.fr/en/

Guédelon Offizielle Webseite: http://www.guedelon.fr/de/

Partager cet article

Repost0
Published by Christian.D - dans Mes visites
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 00:00


A Guédelon pas de scie à ruban électrique pour déligner des planches dans un tronc d’arbre, alors on utilise la technique du bois refendu.




 
Première étape, couper le tronc d’arbre de longueur au passe partout*

 

* La scie passe-partout est une scie à large lame avec une poignée à chaque extrémité destinée à abattre les arbres, ou à scier les billes de bois en différentes longueurs.

Elle est maniée par deux personnes.





Une fois la moitié du tronc coupé, il faut le retourner pour pouvoir couper l’autre face.




L’arbre étant retourné, les charpentiers scient la partie du tronc qui était au sol précédemment.



4
Le tronc est maintenant en deux parties, les charpentiers doivent le caler avant d’attaquer l’étape du fendage.



5-.JPG
Sur cette photo Greg, commence à refendre le tronc à l’aide de plusieurs coins métalliques.



6-.JPG
Détail du début de l’agonie de notre chêne !



7-.JPG
Le tronc commence à s’ouvrir, à une extrémité.



8
La fente va maintenant d’un bout à l’autre.



10-.JPG
A l’aide de pieds de biche, les charpentiers ouvrent maintenant le tronc en deux parties.



11-.JPG 
Le travail est terminé, le tronc est ouvert mais petit problème, il est inutilisable car son cœur est complètement "pourri".

 

Ce tronc ne servira donc pas pour confectionner la porte du chemin de ronde, mais ces photos me permettent de vous expliquer la technique utilisée pour faire des planches dans un tronc d’arbre.





N’étant pas présent à Guédelon au moment où les charpentiers ont refendu un nouvel arbre ni à l’étape de l’équarrissage à la doloire*, je n’ai donc pas d’images à vous proposer de cette partie du travail.

Je vous laisse donc imaginer !

 

*Doloire :Instrument coupant servant à équarrir les pièces de bois, le manche est décalé vers la droite pour dégager la main lors de son utilisation. Sert surtout au dégrossissage.



12-.JPG 
Par contre le jour de mon passage, les charpentiers travaillaient sur le montage de la porte du chemin de ronde.

 

Sur cette photo, Nicolas le charpentier équarrit le champ de la porte.




13-.JPG 
Détail des éléments d’assemblage, utilisés pour imbriquer les deux panneaux de la porte.
Un mélange de tourillons* et de tenons*

 

 

*Le tourillonnage consiste à créer un lien invisible entre deux pièces. Pour réaliser ce lien, on utilise un cylindre de bois qu'on appelle des tourillons et qu'il va s'agir d'insérer sur une partie de leur longueur dans chacune des pièces à assembler.

 

*Le tenon est la partie mâle d'une pièce de construction destinée à être enfoncée dans la partie femelle d'une autre pièce et qui tient les deux par emboîtement. La partie femelle est appelée la mortaise.





14-.JPG
Nicolas et Christophe assemblent les deux parties de la porte.



15-.JPG
Ils vérifient que les assemblages soit bien les uns en face des autres.



16-.JPG
Et maintenant, on tape avec des petits marteaux !



17-.JPG
Et l’on tape encore plus fort.



18-.JPG
Mais comme cela ne rentre pas entièrement, les charpentiers désassemblent les deux planches.



19-.JPG
Nicolas coupe les tourillons qui sont trop longs.



20-.JPG
Nicolas et Christophe, réassemble les deux plateaux.



21-.JPG
Cette fois-ci, la porte est bien assemblée.



22-.JPG
Nicolas redémonte la porte pour la dernière fois,



23-.JPG
afin de percer les tenons pour y faire passer les chevilles, qui verrouilleront les assemblages.



La suite du programme peut se faire grâce aux photos que m’a fournies Clément le tailleur de pierre.

25.JPG 
Quelques jours plus tard, la porte est assemblée, deux des charpentiers et Olivier le forgeron s’apprêtent à lui poser ses pentures*.

 

*Penture : Bande de fer clouée ou rivée transversalement sur une porte ou une fenêtre pour la soutenir sur le gond



26.JPG 
Les deux éléments de la penture qui prennent la porte en sandwich sont maintenus entre eux par des rivets* fabriqués par le forgeron, celui-ci les chauffent afin de pouvoir les mater*.

*Rivet : élément d'assemblage permanent, il se présente sous la forme d'une tige cylindrique munie à l'une de ses extrémités d'une "tête", l'autre extrémité sera aplatie et élargie par écrasement, pour solidariser les éléments qu'on veut riveter ensemble.

*Mater : écraser une pièce de métal au marteau ou par compression.




27.JPG
Le rivet étant à bonne température, il est passé au travers de la porte grâce à des trous que les charpentiers ont percés précédemment.



28.JPG
Olivier frappe le rivet encore chaud, afin de créer une deuxième tête, celle-ci va permettre d’enserrer définitivement les deux parties de la penture avec la porte.



29.JPG
Détail du matage d’un des rivets.



30.JPG
Le rivetage de cette penture est terminé.



31.JPG 
La porte est maintenant posée sur ces gonds*, Olivier termine le travail par la pose de la poignée.

 

*Gond :  Pièce métallique autour de laquelle pivote un battant de porte ou de fenêtre.  



32.JPG
Voici la porte terminée.

 

A bientôt !


Site officiel Guédelon : http://www.guedelon.fr/

Guédelon Official Website: http://www.guedelon.fr/en/

Guédelon Offizielle Webseite: http://www.guedelon.fr/de/

Partager cet article

Repost0
Published by Christian.D - dans Mes visites
11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 18:03



 
Vendredi 30 octobre, au milieu d’une brume d’automne, les salariés de Guédelon arrivent sur le chantier, l’ambiance est joyeuse, car les vacances approchent à grands pas. (Fermeture annuelle du 3 novembre 2009 au 15 mars 2010)

En carrière, une équipe composée de Quatre Français et d’un Américain installent une drôle de bête, celle-ci à trois pattes un grand cou et un seul et unique œil qui regarde tout !!!





Dans la cour du château, avant l’ouverture du site tout le monde est rassemblé pour écouter Scott l’Américain qui est venu de Boston pour tourner une fiction sur la construction des cathédrales, ce tournage se fait en partenariat entre Nova* (chaine Américaine) et Arté France. (sortie prévue fin 2010)

*   http://www.pbs.org/wgbh/nova/sciencenow/




Scott explique à  Laëtitia ce qu’elle doit faire au cours du tournage qui va bientôt démarrer.




Pendant plusieurs jours, la bête au long cou a parcouru le chantier de haut en bas, ici en carrière.




Là, dans la cour du château.




Je vous présente la tête de la bête !



 
Et voici maintenant son œil qui me surveille !!!

 

 


La nouvelle fenêtre.


  A mon arrivée le vendredi matin, Fabrice et Charles, un petit nouveau à Guédelon était en train de maçonner la fenêtre de la chambre seigneuriale au premier étage de la tour maîtresse.





Voici l’état de cette fenêtre à l’ouverture du chantier le vendredi 30 octobre.



 
Dans une brume persistante, les deux compères ajustent les pierres de grès ferrugineux qui remplissent l’ébrasement* de la fenêtre.

 

*Ebrasement : Dans la partie intérieur d’une fenêtre, d’une porte, d’une archère…désigne les côtés obliques du mur. L’ébrasement apporte plus de lumière dans une pièce.




Une fois les pierres en place, Fabrice vérifie leurs alignements.



 
Détail du coté de la fenêtre : à droite le linteau* externe, au milieu le remplissage de grès ferrugineux et à gauche les voussoirs* de calcaire, qui vont former l’arc brisé intérieur de cette fenêtre.

 

*Linteau : couvrement d’une ouverture composé d’une seule pièce de bois ou de pierre.

*Voussoir : pierre de taille en forme de coin formant l'appareillage d'un arc, d'une voûte ou d'une arcade.




Quelques temps plus tard, le remplissage a été maçonné, en alignement avec les voussoirs.




Fabrice et Charles installent un nouveau voussoir sans le mortier, cela permet de voir si tout va bien avant la pose définitive de cette pierre.



 
Petite discussion entre Fabrice, Charles et Mamo.
N’y aurait-il pas un petit problème ? 




Les maçons vérifient qu’il n’y a pas de problème d’alignement des pierres à l’aide d’un gabarit en bois.




Et maintenant Charles pose le lit de mortier qui va coller les voussoirs entre eux.




Le mortier en place, ils installent le voussoir.




Fabrice vérifie avec un fil à plomb que la pierre est bien posée.






















Pour que le voussoir ne glisse pas, Fabrice le cale avec des morceaux de bois.





Petite vérification de l’alignement de l’ensemble à la règle.




Fabrice retaille une petite pierre qui va permettre de boucher les trous derrière le dernier voussoir posé.




Et pour terminer: finition du joint de mortier.




Pendant ce temps , Charles retaille un bloc de remplissage pour l’ébrasement.




Photo de la fenêtre en milieu d’après-midi.




Une petite heure plus tard.



 
En fin d’après midi, Florian le chef de chantier passe voir le travail des maçons.
Et alors y’a-t-il un problème oui ou non ???




 
Nous allons voir cela tout de suite.

A eux trois ils posent provisoirement les deux derniers voussoirs avant la clé de l’arc brisé.





Florian contrôle maintenant avec un gabarit en bois que la clé va bien rentrer à son emplacement.




Eh non, il y avait bien un problème, la clé ne s’ajuste pas bien, il va falloir démonter les deux derniers voussoirs de gauche, pour les réajuster.



 
Nous sommes le vendredi soir, le chantier est fermé, et les maçons sont rentrés chez eux après avoir enlevé les deux voussoirs qui posaient problème et protéger la fenêtre pour la nuit, ils reprendront la pose de l’arc brisé le samedi matin.

En bas à la droite de la photo, on aperçoit la clé qui doit terminer l’arc brisé de la fenêtre.





Détail de cette clé.




Voici la fenêtre le matin du samedi 31 octobre avant la reprise du travail de Fabrice et de Charles.




Ce samedi, j’ai dû m’absenter pour assister à une réunion, et à mon retour sur le chantier en début d’après-midi, l’arc brisé était terminé, ceci est une vue de la fenêtre côté cour, au pied de la tour maîtresse.




Voici maintenant différentes vues de la superbe fenêtre de la chambre seigneuriale.














Encore une fois, c’est vraiment du très beau travail.



 
Avant la fermeture du chantier, les maçons doivent protéger le haut des murs avec un lit de mortier de chaux, afin d’éviter que les murs les plus récents ne soient endommagés par les rigueurs de l’hiver. Ici le mur qui entoure une des archères de la chambre de la tour maîtresse.




Le couloir d’accès à la chambre seigneuriale et à la latrine, à lui aussi été protégé avec une bonne épaisseur de mortier.



 
Voici une vue du logis de Guédelon quelques jours avant la fermeture annuelle du chantier.

Les tuiles ont été posées sur la partie de charpente mise en place en septembre de cette année.

 

 

Et maintenant, des nouvelles des autres métiers :


 
Nicolas le charpentier et Olivier le forgeron terminent l’installation de la première porte du château de Guédelon fabriquée avec des techniques d’assemblage du moyen âge.
Cette porte ferme le passage qui mène de la chambre de la tour maîtresse au chemin de ronde à l’arrière du logis seigneurial.





La poignée de la porte.




Une des pentures*, celle-ci passe à travers l’épaisseur de la porte afin d’être assemblée à une deuxième partie, les deux pièces de la penture prennent la porte en sandwich afin de maintenir ensemble les planches de bois, qui ne sont pas collées entre elles.
 

*Penture : Bande de fer clouée ou rivée transversalement sur une porte ou une fenêtre pour la soutenir sur le gong*

*Gong :  Pièce métallique autour de laquelle pivote un battant de porte ou de fenêtre




 La deuxième partie de la penture, à l’arrière de la porte.




A droite sur cette photo, sur l’établi du forgeron, la penture avant sa pose sur la porte.



 
La porte terminée.

 

Félicitations aux charpentiers et au forgeron pour ce superbe travail d’équipe.



 
Olivier le forgeron, après avoir terminé l’installation de la porte du chemin de ronde, forge maintenant une petite fibule*.

 

 

* Fibule : (du latin fibula signifiant attache) est une agrafe, généralement en métal, qui sert à fixer les extrémités d'un vêtement.




Après avoir taillé la pierre au Busworld de Courtrai, Hein a retrouvé son métier de Guide à Guédelon.




Bernard le vannier en compagnie des oies du chantier.




Photos du week-end :

 
Qu’est-ce donc ???

 

Un rasta égaré avec des fils électriques sur la tête, une pieuvre radioactive, un Martien égaré ???

Le mystère reste complet. 



 
Je vous présente maintenant Marie Isabelle, une Américaine, habitant à quelques km de Guédelon, celle-ci étant venue voir le chantier avant sa fermeture, m’a reconnu et ma abordé en me disant qu’elle était une grande fan de mon blog, j’étais ravi de voir que les lecteurs de benevoleguedelon  n’étaient pas tous comme moi des Gaulois hirsutes !!! mais qu’il y avait aussi de jolies filles très sympathiques. 

Marie collectionne et vend de très belles cartes postales anciennes sur internet, elle en possède plus de 400.000.

voici  l’adresse de son blog :

http://www.cpaphilblog.com/

 

Une heure avant d’avoir rencontré Marie, j’ai discuté avec un autre lecteur de mon blog, qui m’avait lui aussi reconnu, et j’ai appris à la fermeture du chantier qu’une troisième personne voulait me rencontrer, il va bientôt falloir que j’engage un garde du corps pour me protéger de mon fan-club qui augmente de jour en jour !!!

 

 

Comme tous les ans je serai présent du 20 au 22 novembre 2009 sur le stand Guédelon, pour le 4ème festival de Fous de Pontoise (95)

Marché organisé par : www.histoirevivante.com

Page festival : http://www.festival-spectacle-historique.com

Page marché : www.histoire-vivante.org/Marches/index.htm 

 

 

A bientôt.

 

 

Site officiel Guédelon : http://www.guedelon.fr/

Guédelon Official Website: http://www.guedelon.fr/en/

Guédelon Offizielle Webseite: http://www.guedelon.fr/de/

Partager cet article

Repost0
Published by Christian.D - dans Mes visites
28 octobre 2009 3 28 /10 /octobre /2009 16:30


Du 21 au 26 octobre 2009, Guédelon a été invité au Busworld, le plus grand et le plus ancien salon spécialisé dans le secteur des autocars* et des autobus*, cette manifestation s’est passé en Belgique, dans la ville de Courtrai ou Kortrijk en Flamand.

 

* Autocar  :  véhicule pour les voyages touristiques.

* Autobus :  véhicule pour aller au travail.


 
La présence de Guédelon dans ces lieux est du au fait qu’à chaque salon, les éditeurs de magazines spécialisés dans le tourisme en autocars décernent le ‹‹Grand Prix européen du tourisme en autocar›› à un site touristique unique en son genre.


Eh oui Guédelon est bien unique en son genre !!

http://www.busworld.org/





Voici le prix remis au chantier médiéval de Guédelon, l’œuvre d’un  artiste Belge nommer Bonduel.




Entre un constructeur de bus, et des fournisseurs de luminaires, de sièges et divers autres accessoires en plastique et en métal, le stand de Guédelon, constitué de paille, de pierre et de bois a surpris plus d’un visiteur du salon, car nous étions parmi les 389 exposants du Buswold 2009, venus de 29 pays différents, le seul site touristique.



 
Pour animer le stand il y avait « Hein » guide sur le chantier, ici à la taille de pierre.
La taille de pierre, a été modérément appréciée par notre voisin, les bus Fast et Otokar, car il n’était pas évident pour leurs commerciaux de faire des affaires avec en bruit de fond le tic tic de la broche métallique sur le calcaire. 




« Hein » parlant  : le Néerlandais (sa langue natale) l’Allemand, l’Anglais et bien sûr le Français, était tout à fait à sa place pour promouvoir Guédelon dans ce salon international, le voici en pleine discussion avec de futurs guides accompagnateurs de voyages organisés.



 
Clément le tailleur de pierre était lui aussi présent à Courtai, il est sur cette photo en train d’expliquer en Anglais le projet Guédelon à un Iranien.
Nous avons aussi rencontré en plus des ressortissants de toute l’Europe, des visiteurs brésiliens, chinois, russes, Irakiens, Israéliens, Africains du sud, etc.…




De temps en temps avec Clément ou « Hein », nous nous promenions dans les allées du salon et là,  je ne vous raconte pas la tête que faisait les costumes cravates du XXIème siècle en nous croisant nous  les oeuvriers du XIIIème siècle en biaude et chausses médiévales !!!



 
Un visiteur Français, a cru voir Robin des bois au volant de ce superbe autocar Van hool Astromega 927.
Hé non c’était Clément de Guédelon !



 
Pour ma part ne parlant que le Gaulois moderne !! je n’ai pas eu beaucoup de possibilité pour communiquer ma passion pour Guédelon au visiteur du salon, j’ai laissé cette mission à Clément et « Hein » en contrepartie je me suis occupé de l’intendance.
Le lecteur DVD de l’ordinateur du stand nous ayant lâché en cours de salon, j’ai du préparer un diaporama avec les milliers de photos du chantier présentés dans mon PC.



Voici quelques images du Buswold 2009



Du jamais vu pour moi, un bus avec une remorque pour passagers.




Un joli bus articulé, ressemblant à un tramway.




Autobus avec accès pour handicapés.




Le plus grand autocar du salon sans articulation : un Irizar conçu par un carrossier  espagnol, il mesure 15m de longueur.




Le plus beau des grands tourismes du salon : le Starliner de la marque Allemande Neoplan.




Le poste de pilotage du Starliner.




L’intérieur du véhicule avec plancher bois et sièges en cuir.




Superbe vue panoramique pour les passagers installés à l’avant de ce bus.




Sur les bases d’un fourgon Volkswagen, un minibus de luxe pour VIP fortuné.




A l’intérieur, ronce de noyer, sièges cuir et console de jeu.




Et aussi TV, hifi, mini-bar, etc.



  
Et maintenant une collection de divers sièges : Sièges couchette.




 Siège pour militaire avec bouclage de ceinture complexe.




Siège pour adolescents.




Siège en cuir.




Siège bois et plastique.




Pour changer un peu des sièges, voici maintenant un tableau de bord d’autocar pour touristes fortunés.



 
Un autre tableau de bord, légèrement plus simple pour voyageurs allant au boulot !
On appelle cela la lutte des classes !!!




Il y avait aussi des pare-brises énormes.




Des essuie-glaces pour les énormes pare-brises,




des boutons d’appel pour faire stopper le bus,




Des phares, des clignotants, des rétroviseurs,




des enjoliveurs, des poignées, des cendriers




Des consoles de jeux, des écrans de TV des lecteurs DVD,




des boites de vitesse, des moteurs,




et des fournisseurs de pont hydraulique, qui vous soulève un bus articulé en entier.



Passons maintenant au tourisme.

 
La Belgique est un pays vraiment très accueillant, car les organisateurs du Busworld en plus d’offrir à Guédelon un stand ont pris aussi en charge notre hébergement et quel hébergement un superbe hôtel à la campagne, calme, confortable, et avec des petits déjeuner très copieux.

www.hotelkasteelhofthooghe.be




L’hôtel se trouvant dans une région qui a énormément souffert de la guerre 1914 1918, dans le parc de celui-ci se trouve encore des bunkers et des tranchées où des hommes se sont entretués il y a presque un siècle.




Je vous présente une des tondeuses de l’hôtel Kasteelhof.




L’hôtel qui nous hébergeait était l’emplacement des anciennes écuries d’un château qui à été détruit pendant la Première Guerre mondiale, voici une photo du château prise en 1914.



A quelques km de notre hébergement se trouve la jolie ville d’Ypres ou Leper en Flamand.



Voici quelques photos de la halle aux draps qui date du XIIIème siècle, au Moyen-âge, Ypres était avec Bruges et Gand l'une des cités commerçantes les plus importantes de Flandres.













 
La cathédrale Saint Martin d'Ypres.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ypres



 
Le Mémorial de la Porte de Menin, est un monument dédié aux soldats britanniques et du Commonwealth tués au cours des batailles  du Saillant d’Ypres et disparus sans sépultures.

Ce monument a été inauguré en 1927

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Porte_de_Menin
 
Chaque soir à 20 heures, les clairons de la brigade locale des pompiers ferment la route qui passe sous le mémorial et jouent le « Last Post ». Cette cérémonie s’est poursuivie sans interruption depuis 1928 sauf pendant la dernière guerre.




 
Le samedi 17 octobre en nous rendant au restaurant nous sommes tombés par hasard sur cette superbe cérémonie.
Ce soir-là il y avait des centaines de personnes : des militaires Belges, Anglais, Écossais avec kilts et cornemuses, des habitants de la ville et des touristes.




Ce soir-là, de jeunes soldats, dans un très grand respect pour leurs ainés morts lors d’une guerre complètement absurde, ont déposé dans des escaliers de chaque côté du bâtiment des couronnes avec le blason de leur régiment ou de leur école militaire.




En voici un exemple avec un petit mot de souvenir.



 
Des civiles ont déposé des petites croix de bois avec pour certaines des petits messages manuscrits en souvenir de tous ces jeunes morts pour rien.

 

J’ai trouvé les Belges très respectueux, car cette petite croix qui a été mise sur ce bord de mur le samedi soir était toujours à la même place le mardi soir, en France il y a longtemps que tous ces objets auraient été détériorés.



 
Pendant la Première Guerre mondiale, Ypres fut l'un des secteurs les plus sanglants du front Ouest. Entre octobre 1914 et octobre 1918, sur 5 grands champs de bataille, on dénombra au total 500.000 morts. La vieille ville médiévale, jamais occupée par les troupes allemandes sauf une journée, s'est trouvée complètement anéantie du fait des combats

 

Sur les murs du Mémorial de la Porte de Menin sont inscrits les noms de 54.896 soldats morts dans le secteur d’Ypres et dont les corps n’ont jamais pu être retrouvés ni identifiés.

http://www.lastpost.be/en/index/index/slug/home




 
Photos des Tours du Broel, ou Broeltorens en flamand, ce sont les derniers vestiges de l’architecture militaire médiévale de la ville de Courtrai.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Courtrai

 

 

Pour terminer, voici un site à soutenir.


Dans la matinée du mercredi 21 octobre, après un bon petit déjeuner et l’achat de délicieux chocolats Belges pour ma petite famille, je suis reparti de Belgique direction la Gravelines, près de Dunkerque, pour visiter le chantier de construction du Jean-Bart, le Jean Bart est une reconstitution à l’échelle 1 d’un vaisseau du XVIIème siècle.



 
J’ai adoré ce lieu, car la philosophie de ce chantier est beaucoup plus proche de Guédelon que de l’Hermione*, ici le travail est fait par des personnes en réinsertion, aidées de bénévoles et encadrées par des charpentiers de marine professionnels.

L’association Tourville, présidé par M Christian Cardin l’inventeur de ce projet, fait vivre ce chantier en quasi auto financement.

L’Hermione, est un superbe bateau, qui vit en grande partie de fonds publics et qui est construit par des entreprises spécialisées dans la construction navale, donc pas de bénévoles ni de contact avec les charpentiers pour le public.

* L’Hermione est un autre voilier en cour de construction, qui reproduit la frégate Hermione, qui en 1780 permit à La Fayette de traverser  l’Atlantique pour rejoindre l’Amérique.

  


 
Ayant visité les deux chantiers de construction, et à titre personnel, je trouve le chantier du Jean Bart beaucoup plus humain à visiter, car ici la pédagogie de construction se fait à travers l’expérience d’une personne que la vie n’avait jusqu’ici pas aidée et qui après avoir adhéré bénévolement et par passion à la construction de ce bateau, se retrouve après des années de galères salarié en CDI d’une association qui fait vivre cette belle expérience.
Étant le seul visiteur du chantier en cette fin de matinée maussade, je tiens à remercier Yves mon guide pour n’avoir pas hésité à partir manger avec 45 min de retard afin de me transmettre toute sa passion.




Le Jean Bart sera un vaisseau de 57 mètres le long, armé de 84 canons, la quille qui est constituée de 4 pièces de chêne d’une section de 47 cm par 57 cm mesure à elle seule mesure 44 mètres.




 

Si la construction de ce navire vous passionne, n’hésitez pas à aller voir ce chantier ou à l’aider financièrement pour que cette belle aventure puisse continuer, soutenir l’association Tourville ne mettra pas d’argent dans la poche de gourmands actionnaires, mais permettra à des personnes au chômage de retrouver le monde du travail, et permettra aussi à l’association de pouvoir acheter de très gros chênes, quelquefois très tordus et surtout très chèrs.

http://www.tourville.asso.fr/



Photo du séjour :


Une très bonne spécialité Belge : Les moules frites.



A bientôt pour la dernière page sur la saison 2009 du chantier médiéval.

Retour à la page d’accueil: http://www.benevoleguedelon.com/

Partager cet article

Repost0
Published by Christian - dans Mes visites
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 13:45

Voici quelques nouvelles de Guédelon, suite à la visite imprévue de membres de ma famille habitant le sud de la France, venus nous voir et affronter le rude climat qui règne dans notre "Grand Nord " de France !!!. Nous avons décidé d’aller visiter le chantier médiéval, qu’ils ne connaissaient qu’a travers des reportages télé.
Ils n’ont pas été déçus de leur journée, chez eux la pluie n’est pas tombée depuis plusieurs mois et la terre est toute sèche, à Guédelon il a plu toute la matinée et les bottes étaient appréciées, et oui comme le dit Michel Galabru dans un film bien connu " C’est le Noooord" !!!




Trêve de plaisanterie et reprenons notre visite. La charpente posée, l’or de ma dernière visite commence à être recouverte des 15.000 tuiles que les tuiliers ont fabriqués cette année.





Dans l’après-midi, plus de pluie, mais un beau soleil dans un ciel très contrasté, qui permet de faire de belles photos.





Photos de la charpente, juste pour le plaisir des yeux.















Des tuiles sont en attente de pose.




 
La souche* de la cheminée de la cuisine.

 

* Souche : maçonnerie entourant un conduit de cheminée.




 
Une tuile faite par un bâtisseur* amoureux  !

 

* Bâtisseur: nom qui désigne les anciens bénévoles.





Une autre tuile légèrement déformée !





Laure, si tu lis mon blog, sache que la tuile que tu as fabriquée est en bon état et qu’elle va bientôt couvrir une toute petite partie du logis seigneurial de Guédelon.





Le pignon Ouest du logis à bien évolué depuis la dernière fois, mais ce poste de travail a été abandonné par les maçons pour quelques jours.




 
Des chaperons* ont déjà été posés sur le pignon.

 

*chaperon: pierres de couronnement des murs.




 
L’équipe de maçons du pignon Ouest travaille en ce moment sur le mur gouttereau*Nord du logis.

 

*Mur gouttereau : mur extérieur d’un édifice recevant la base du versant de la toiture.





 
Les maçons englobent les sablières dans la maçonnerie du mur gouttereau.

 

 

* Sablière: En charpente, pièce de bois placée horizontalement sur les murs d’un bâtiment ; elle est aussi appelée panne sablière.






Sur la tour maîtresse, Jean Paul le tailleur de pierre vient voir Fabrice poser la pierre qu’il a taillée quelques jours plus tôt.





Les charpentiers préparent la suite de la charpente.





Les bûcherons préparent des centaines de lattes de chêne refendues, qui serviront à retenir les tuiles sur le toit du logis.





Olivier le forgeron a forgé deux superbes  pentures, qui supporteront dans quelques mois une des portes du château.




Photos du jour :



Le monstre du Loch Ness de Guédelon !!!



A bientôt pour une page surprenante ?

 

Retour à la page d’accueil: http://www.benevoleguedelon.com/  

Partager cet article

Repost0
Published by Christian - dans Mes visites
2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 09:31




En cette fin septembre n’étant pas en grande forme, j’ai décidé de passer une journée non prévue à Guédelon pour y prendre un bon bol d’air et m’y ressourcer.

Ce fut une très bonne idée, car j’ai pu assister à une phase que j’avais ratée en 2008, celle de l’assemblage et de la mise en place des éléments de la charpente sur le logis seigneurial.

 

Pour vous aider à mieux comprendre les termes techniques des charpentiers, je remets en ligne ce petit dessin.

 

 



 

En début de matinée, sous un ciel couvert les charpentiers, après avoir installé un plancher provisoire au-dessus d’une partie de la Aula*ce sont lancés dans la pose d’une travée de la charpente du logis seigneurial.

Cette travée est composée de 8 fermes* dont deux fermes principales.

 

*Aula : grande salle du château où le seigneur  recevait ses invités, tenait justice, et prenait ses repas.

*Ferme : Désigne globalement l’assemblage triangulaire d’une charpente.




 

Les cinq charpentiers de Guédelon préparent le matériel pour installer la première ferme principale.

(Sont appelées ferme principale les fermes qui disposent d’un entrait*et d’un poinçon*)

 

*Entrait : Dans une charpente, désigne la poutre horizontale d’une ferme reliée à la base des arbalétriers* pour maintenir l’écartement.

*Arbalétrier :  Dans une charpente, désigne les pièces obliques correspondant aux versants du toit.

*Poinçon : Poteau vertical d'une ferme joignant le milieu de l'entrait à la rencontre des arbalétriers.




 

La ferme étant assemblée et le matériel de levage étant en place, les charpentiers font appel aux maçons pour les aider dans les manœuvres de montage.




 

Tout le monde est prêt, le levage de la première ferme peu débuter.




 

La progression continue.




 

A cette étape, les bras étant trop courts pour certains, il faut maintenant continuer la levée avec des perches de bois munies de crochets.




 

La ferme est presque en place.




 

Détail de l’assemblage à mi-bois du poinçon et de l’entrait retroussé.




 

Pour solidariser l’assemblage, Israël y enfonce une cheville de bois.




 

La première ferme posée, Christophe et Israël portent sur des tréteaux les pièces de bois qui vont constituer la deuxième ferme.

En premier lieu arrivent les deux arbalétriers* 

 

*Arbalétrier :  Dans une charpente, désigne les pièces obliques correspondant aux versants du toit.




 

Vient ensuite l’entrait retroussé*.

 

*Entrait retroussé : (ou faux entrait) Pièce de bois disposée parallèlement à l'entrait, nettement plus haut; la hauteur entre les deux permet un passage sous combles. Comme l'entrait, le faux entrait maintient l'écartement des arbalétriers; mais il ne travaille qu'en compression, alors que l'entrait sert de tirant.




 

Les deux frères assemblent l’entrait retroussé et les deux arbalétriers.




 

Pendant ce temps, Greg réajuste les sangles où sont fixées les poulies de tirage.




 

Détail du point d’ancrage des sangles et des poulies que permettent de lever les fermes.




 

Au bas de la deuxième ferme, Stéphane cheville les assemblages.




 

Toutes les pièces de la troisième ferme étant en place, Christophe perce les assemblages pour y mettre des chevilles. 




 

Christophe, travaille sous le regard bienveillant de ses collègues, ceux ci attendent que sonne l’heure du repas.




 

Photo du chantier à 14 h, juste avant la reprise du travail.

Pour l’instant tout est calme !




 

14h15 François Folcher* le photographe du chantier monte dans son perchoir pour y prendre des photos sous un autre angle.

 

*François Folcher : http://francois.folcher.free.fr/




 

Avant que la levée ne débute, je m’installe sous le perchoir de François, juste le temps de prendre cette image.




 

Avant d’assembler les pièces de la charpente, les tenons* sont graissés avec un morceau de graisse animale. 

 

*Tenon : est la partie mâle d'une pièce de construction destinée à être enfoncée dans la partie femelle d'une autre pièce et qui tient les deux par emboîtement. La partie femelle est appelée la mortaise. Un tel assemblage peut être chevillé à l'aide d'une cheville de bois.




Pour le levage d’une ferme, il faut deux personnes pour tirer les cordages, quatre autres pour surveiller que les tenons des arbalétriers rentrent bien dans les mortaises* et les cinq derniers qui poussent du bas vers le haut.

 

*Mortaise : Évidement de section généralement rectangulaire, pratiqué dans une pièce de bois, et qui reçoit le tenon d'une autre pièce.

L'assemblage à tenon et à mortaise est un des plus courants en menuiserie et dans la charpente traditionnelle.




 

Les arbalétriers étant trop écartés, pour gagner quelques centimètres, Nicolas les tire vers l’intérieur à l’aide d’une corde qu’il torsade.




 

Greg et Mathias guident le tenon pour qu’il rentre dans la mortaise.




 

Les perchistes de Guédelon en action.




 

Encore une fois tout s’est bien passé, sous l’objectif de François.




 

La toiture du logis seigneurial en cours d’après-midi, du coté courtine* Nord.

 

*Courtine : partie de mur entre deux tours. 




 

La même toiture côté Sud Est.




 

Assis sur l’entrait retroussé, Nicolas admire le paysage !




 

Nicolas contrôle maintenant l’écartement entre deux fermes.




Une fois l’écartement ajusté, Nicolas cloue une planche pour solidariser toutes les fermes entre elles, car comme je vous l’avais déjà dit dans un de mes articles en 2008, une charpente du XIIIe siècle ne possède pas de panne faitière*.

 

*Panne faîtière: Pièce de bois assemblée dans la longueur au sommet de la charpente, servant à soutenir les chevrons.

 

 

 

Greg fixe une jambette*

 

*Jambette : (ou contrefiche) est une pièce de bois oblique que l’on trouve dans la construction d’une charpente, elle est positionnée entre l’arbalétrier et l’entrait.

 

 

 

Elle est quand même magnifique cette charpente.

 

 

 

Israël et Stéphane ajustent L’aisselier*de la sixième et dernière ferme posée lors de cette belle journée de fin septembre.

 

*Aisselier :  pièce de bois placée suivant un angle d'environ 45° sous l'entrait retroussé d’une ferme et rejoignant l'arbalétrier, afin de soulager l'assemblage à la jonction des deux pièces.

 

 

 

Et pour la dernière fois, tout le monde est à son poste.

 

 

 

Première étape, on lève.

 

 

 

Deuxième étape, on pousse.

 

 

 

Troisième étape, on fixe.

C’est toujours pareil ce travail !

 

 

 

La fin de la journée de travail est proche, les charpentiers sont partis sauf Nicolas qui est encore sur son échelle.

 

 

 

Une dernière photo de la toiture avant mon départ de Guédelon.

Les charpentiers auront encore deux fermes à poser le lendemain. Une autre travée sera mise en place dans une quinzaine de jours.

Il restera encore deux travées à fabriquer et à poser en 2010, pour que la toiture du logis soit terminée.

 

 

 

Le logis le matin à l’ouverture du chantier.

 

 

 

Le même logis le soir à la fermeture.

 


 

 

Et pour finir, parlons un peu de maçonnerie.

Une équipe de maçons à repris le travail sur la fenêtre et une des archères de la chambre seigneuriale au premier étage de la tour maîtresse.

 


 

Une deuxième équipe travaille sur le pignon Ouest du logis.

 

 

 

Comme pour le pignon Est et le mur de refend*, deux fermes de la charpente sont prises à l’intérieur des maçonneries du pignon Ouest.

 

*Mur de refend : mur porteur situé à l'intérieur de la construction et reliant les façades ou les pignons entre eux.

 

 

 

Guillaume choisit une pierre qui doit s’ajuster entre l’entrait et le mur sur lequel celui-ci est posé.

 

 

 

Manu lui aussi travail sur le pignon.

 


Photos du jours:

 

 Il y a un petit problème les charpentiers, il me semble que votre charpente n’est pas de niveau, à moins peu être que ce soit ma photo !!!

 

 

 

Les amoureux québécois de Guédelon, Marie Ève et Israël sont en admiration devant la partie de charpente posée dans la journée.

 

 

A bientôt.

 

 

Retour à la page d’accueil: http://www.benevoleguedelon.com/    

Partager cet article

Repost0
Published by Christian - dans Mes visites
8 septembre 2009 2 08 /09 /septembre /2009 05:32



Depuis ma dernière visite, les maçons ont terminé le mur de refend*, à l’intérieur duquel se trouve le conduit de la cheminée de la chambre du logis seigneurial.

*Mur de refend :
mur porteur séparant deux pièces à l’intérieur d’un bâtiment.

 


Hé non la souche* de la nouvelle cheminée n’est pas de travers, c’est juste un effet optique !!!

* Souche :
maçonnerie entourant un conduit de cheminée.




N’est telle pas belle cette nouvelle souche, avec ses multiples teintes et toutes les marques d’outils encore fraiches, laisser les tailleurs de pierres.



Le Père Noël va être heureux le 25 décembre prochain, il  aura l’occasion après des siècles d’attente de visiter deux nouvelles cheminées de château fort !!!



Voici la cheminée de la chambre du logis débarrassée de ses échafaudages.




Le mur de refend terminé, la majorité des maçons travaillent sur le mur arrière du logis et sur le mur de crénelage de la courtine nord * du château. 

*Courtine :
partie de mur entre deux tours.  





Sur le mur de crénelage du chemin de ronde, deux nouveaux merlons* ont été maçonnés.

*Merlon :
Sur un crénelage de château, les merlons correspondent aux parties plaines par opposition aux créneaux qui sont les parties vide.





Pascal, aidé comme souvent d’une charmante bénévole travaille sur le mur arrière du logis.

Au premier plan on aperçoit un arc de décharge, celui-ci servira à soutenir une partie du poids du futur conduit de cheminée de la aula*. Cet arc de décharge* ne sera plus visible une fois la hotte de la cheminée construite par-dessus.


*Aula : grande salle du château où le seigneur  recevait ses invités, tenait justice, et prenait ses repas

*Arc de décharge : Assemblage de pierres en forme de demi-cintre ayant pour but de soutenir la maçonnerie au-dessus d'un linteau. La charge s'exerce non plus sur le milieu du linteau mais sur les extrémités de celui-ci, ce qui écarte le risque de rupture.




Philippe en pleine discution avec un papy tailleur de pierre à la retraite, celui-ci œuvrait en son temps sur des monuments historiques français.




En carrière pas de changement, ont casse toujours du caillou !




Chez les bucherons toujours pareil, ont équarri des troncs de chêne pour en faire des poutres que les charpentiers vont transformer en charpente.




Dans la cour du château Christophe le charpentier, aidé de Fabrice le maçon, démonte les boulins* qui supportaient la potence où se trouvait la poulie de renvoi de la cage à écureuil.

* Boulin:
Chevron ancré horizontalement dans les murs et destiné à recevoir les plateaux d’échafaudages. Il est soutenu par une jambette. Après démontage de l’échafaudage, la cavité apparente dans le mur est appelée trou de boulin.




Christophe le charpentier du 13e siècle avec l’équipement de sécurité du 21e siècle.



Dans leur loge, le reste de l’équipe des charpentiers tracent les sablières* qui supporteront la future charpente du logis.

* Sablière:
En charpente, pièce de bois placée horizontalement sur les murs d’un bâtiment ; elle est aussi appelée panne sablière.





Israël vérifie l’aplomb de sa pièce de bois avant de la tracer.




Des sablières ont déjà été mises en place sur le mur avant du logis seigneurial.
Celles que les charpentiers préparent sur les photos précédentes iront sur le mur arrière du logis.




Sur cette photo, au premier plan, détail de la ferme* intermédiaire noyée dans la maçonnerie du mur de refend du logis.
En arrière-plan sous les tuiles une des fermes principales.

*Ferme :
Désigne globalement l’assemblage triangulaire d’une charpente.





Dans la cour du château, la cage à écureuil a été  déplacée à l’angle du logis.
Ce nouvel emplacement permettra prochainement de monter les pièces de charpente au niveau de leurs lieux de pose.




Photo d’un homme heureux : Eugène le tailleur de pierre qui remplace provisoirement Yvon le cordier de Guédelon.




Dans la forêt, environ 6000 tuiles attendent que la charpente du logis soit mise en place afin de recouvrir celui-ci avant l’hiver.




Quelle est donc cette procession qui suit Laëtitia et son trombereau ?

 

Transporte-t-elle une sainte relique rapportée de croisade par Guilbert le seigneur de Guédelon ???



Hé non c’est tout simplement Mathias et Manu les deux complices d’Albi. Que le travail à Guédelon semble stressant !!!



Mais bon ce n’est pas le tout de se pavaner dans le tombereau de Laëtitia, il faut bosser de temps en temps les petits gars !!!



Photo du jour :


Les guerriers sont déjà à leurs postes derrière les créneaux de Guédelon, près à défendre durement ce chantier unique au monde.


 

A bientôt pour de nouvelles aventures.

 

Retour à la page d’accueil: http://www.benevoleguedelon.com/   

Partager cet article

Repost0
Published by Christian.D - dans Mes visites