Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Guédelon une grande passion
  • : Un père et deux de ses fils bénévole sur le chantier médiéval de Guédelon
  • Contact

Mes nouvelles

Pour voir ou revoir l'émission "ça manque pas d'air" de France 3 Bourgogne-Franche-Comté sur Guédelon, un clic sur le lien ci-dessous, et en haut à droite dans Retrouver les émissions par date: voir à lundi 20 avril 2009.

http://bourgogne-franche-comte.france3.fr/evenement/cmpda/

Com

Rechercher

Archives

18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 21:08






























Les 14 et 15 mars avec Clément le tailleur de pierre, nous avons installé un stand Guédelon, au marché de l'histoire à Avignon.

Nous étions là  pour inciter les habitants du sud de la France à venir nous rendre une petite visite, mais cela va être très difficile, car énormément de gens nous ont répondu : que Guédelon c'est loin (560 km d'Avignon) et surtout le pire, Guédelon c'est dans le Nord, ici pour certain le Nord de la France (qui commence au-dessus de Lyon) cela doit ressembler à un autre pays, où  il n'y a rien à voir et où  il ne fait jamais beau temps.

Drôles d'idées !!!































Le lundi 16  avec Clément nous avons fait du tourisme.

 

Le matin visite d'Avignon et de son célèbre pont Saint Bénezet, plus connu sous le nom que lui donne la chanson « Sur le pont d'Avignon, on y danse, on y danse...  ».































Puis visite du Palais des Papes.































Palais des Papes de nuit.  

 www.avignon-tourisme.com
































L'après-midi, visite du château de Mornas, très belle forteresse sur son piton rocheux, au-dessus de l'autoroute A7 entre Bollène et Orange.

http://www.forteresse-de-mornas.com/
































Mardi 17 mars, le pont du Gard.

En tant que Gaulois, je suis resté en admiration devant cette œuvre monumentale, construite par nos très anciens adversaires les Romains.






























Détail du haut du pont.     

www.pontdugard.fr
































Avant le repas de midi, un petit arrêt à Uzès, au musée des bonbons Haribo, on y trouve une boutique diabolique pour les gourmands de tout poil.

Ma carte de crédit a du mal à s'en remettre.  

www.haribo.com
































Dans l'après-midi, visite d'un endroit surprenant : L'Abbaye troglodytique de Saint Roman, près de Beaucaire.

Une abbaye unique en Europe occidentale, avec une chapelle, un pressoir à vin, des cellules pour dormir, des citernes, etc...






























Et sur la terrasse, des dizaines de tombes, avec vue panoramique !  

www.abbaye-saint-roman.com
































Le mercredi 18 mars : visite à Roussillon du conservatoire des ocres et des pigments.

Et aussi du très joli sentier des ocres.

www.okhra.com
































Et pour finir : la très belle Abbaye de Sénanque, où est encore présente une communauté de six moines cisterciens.  

www.senanque.fr
































Image du séjour : un amandier en fleur



























Image du séjour bis:
Deux chats, en pleine sieste à d'Uzès .



Et pour finir mon séjour, qui a été très agréable : demain jeudi 19 mars visite d'une fabrique de bougies et de cierges à Graveson

www.bougies-sculptees.com

Et enfin à Salon de Provence une fabrique de savon de Marseille.

www.marius-fabre.fr



A très bientôt pour la première page Guédelon de la saison 2009 // 1240.

Partager cet article

Repost0
- dans Mes visites
4 mars 2009 3 04 /03 /mars /2009 07:19

Lors de mes séjours à Guédelon, j'ai deux points de chute agréables et à prix très abordable, tenus par deux couples sympathiques.



Le premier est une des chambres d'hôte de Murielle et Ludovic.

Ludo travaille à Guédelon et possède les hébergements les plus proches du chantier médiéval.
















 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans une ancienne ferme, à côté de son logis, il a installé au rez-de-chaussée un studio, comprenant: un coin couchage, un coin-cuisine et une grande salle de bain, équipée pour les personnes à mobilité réduite.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Au premier étage, un appartement avec une grande salle à manger, un coin-cuisine, deux chambres et une salle de bain.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Une des deux chambres.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au réveil, un petit déjeuner copieux vous attend.


Pour plus de renseignements :  http://www.giteduchaineau.fr/gites.html

 

 

 

 

Mon deuxième pied-à-terre :

La ferme du château à Saint Fargeau, tenu par Émilie et Arnaud, avec son gîte de groupe de 18 places, le moins cher de la région 12€ par nuit et par personne.


Pour les séjours en famille ou entre amis, pour les citadins en mal de campagne qui tous les ans prennent l'air au salon de l'agriculture de Paris !!! pour les enfants qui aiment voir les animaux de la ferme en liberté, C'est un lieu où  il vous faudra dormir lors de votre prochain week-end en visite à Guédelon.

Par contre, pour ceux qui n'aiment pas être réveillés au chant du coq, passez votre chemin.


Les photos qui suivent vont vous faire comprendre pourquoi.
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Vue de la cour de la ferme, d'une des fenêtres du gîte.






 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La salle à manger avec cheminée et coin salon.


 





























La cuisine, avec tout le nécessaire pour préparer un bon repas pour toute la famille.































Pour dormir : deux dortoirs de six personnes, avec douche et WC, et deux chambres de deux personnes, avec lit enfant si besoin.































Au rez-de-chaussée une reconstitution de l'ancienne cuisine des fermiers.































Le four à pain de la ferme, qui fonctionne encore très bien.































Dans la cour de la ferme, le jacuzzi pour cochons et canards seulement !!!








































Des petits amis, qui aiment beaucoup les caresses des visiteurs.































Maman poule et son poussin à la recherche de nourriture.































Une autre mère poule, qui protège ses petits sous son plumage.































Deux chevreaux tout mignons.































Une drôle de bête chevelue et cornue !!!































Un joli canard de barbarie.































Sous les fenêtres du gîte , à l'arrière de la ferme, un rassemblement de chevaux, de poneys et de vaches, à la recherche d'un bon coin d'herbe fraîche .































Le coq gaulois, qui vous réveille de bon matin par ses cocoricos.































Un superbe paon qui fait la roue pour sa femelle.































Et là encore les deux cochons, sortis de leur jacuzzi.































Une nouveauté de l'année 2008 à la ferme de Saint Fargeau : Une chambre d'hôte tout confort.






























Et là aussi un bon petit déjeuner à la Française, pour bien commencer sa journée.




Visiteur du matin !





















Suite des visiteurs du matin.

La ferme est vraiment un endroit magique, quand on aime les animaux.






























La ferme en activité en 1890.

http://www.ferme-du-chateau.com/  








En cette année 2009 je vais tester un petit hôtel de la région, qui a rouvert ses portes en 2008, et qui a l'air de proposer un bon rapport qualité prix.

 

http://www.hotel-restaurant-saint-fiacre.com/







Pour d'autres hébergements :

 

OT ST Fargeau : http://www.ccpf.fr/office.php

 

OT  Treigny : http://www.si-treigny.com/    

 

http://www.ot-puisaye-nivernaise.fr/

 

Et pour terminer cet article, une photo de la charpente de la chambre du logis seigneurial, posée fin 2008.


L'hiver touchant à sa fin, Guédelon va bientôt ouvrir ses portes (le 16 mars)
























A tous les lecteurs du sud de la France, qui en ont la possibilité :
n'oubliez pas de venir nous voir au premier marché de l'histoire à Avignon les 15 & 16 mars 2009.

http://www.marches-histoire.fr/


A bientôt.

Partager cet article

Repost0
- dans Mes visites
8 février 2009 7 08 /02 /février /2009 16:38




























 

L'idée folle, de la construction d'un château fort du XIIIe siècle, est née ici dans les tréfonds du château de Saint Fargeau*.

 

Petite histoire du château de Saint Fargeau : Au départ, Saint-Fargeau était un rendez-vous de chasse fortifié construit en l'an 980 par Héribert, évêque d'Auxerre, et fils naturel d'Hugues Capet. . Jacques Cœur en fut propriétaire au XVe siècle. Le château fut reconstruit en 1453 sur les bases de l'ancienne forteresse par  Antoine de Chabannes, après la disgrâce de Jacques Cœur.

500 ans plus tard, en 1979, Michel Guyot rachète le château en très mauvais état et entreprend de le restaurer.

 
* http://www.chateau-de-saint-fargeau.com 

 






























 

Après avoir passé de longues années à la restauration de son château, Michel Guyot, entreprend de déblayer le fond de la tour de la chapelle, qui s'était écroulée sur elle-même quelques siècles auparavant, Michel, y fait une superbe découverte.

En premier lieu, un escalier de pierre qui descend vers le bas de la tour, puis une ouverture en brique résultat des modifications du 15e siècle, qui mène à une chambre de tir, ensuite, un deuxième passage, qui a été percé à travers le mur du XIIIe siècle et qui aboutit dans une autre chambre de tir.

Sur cette photo la troisième ouverture, en bas à droite, est une archère du XIIIe siècle.































 

Vue du fond de la tour, les ouvertures qui mènent aux deux chambres de tir crées au XVe siècle.





























 


A l'intérieur de la 2ème chambre de tir :

A droite : le passage qui transperce le mur de la tour de la chapelle, en face : le mur du XIIIe siècle, en grès ferrugineux venu déjà à l'époque de la carrière de Guédelon et sur la gauche : le mur de chemisage en brique rajouté au XVe siècle (environ 3m d'épaisseur à la base)

 

(Antoine de Chabannes, comte de Dammartin, fit chemiser l'ancienne forteresse de grès ferrugineux d'un épais manteau de briques, pour la protéger des boulets de fer, qui n'existaient pas deux siècles plutôt.

Le grès résistait assez bien aux boulets de pierre tirés par les Mangonneaux* ou les trébuchets* du XIIIe siècle, mais très mal aux boulets de métal tiré par les canons à poudre du XVe siècle)

   

*Mangonneau : http://medieval.mrugala.net/Armes%20de%20siege/Mangonneau.htm

*Trébuchet : http://medieval.mrugala.net/Armes%20de%20siege/Trebuchet.htm

 Armes de siège: http://medieval.mrugala.net/Armes%20de%20siege/index.html







































 

Autre photo de la chambre de tir, où l'on distingue très bien le mur de protection en brique rajouter au XVe siècle sur le mur arrondi de la tour de la chapelle du XIIIe siècle.

 






























Dans une autre pièce du château de Saint Fargeau, les archéologues ont effectué un sondage dans le mur de briques pour retrouver derrière l'ancien mur de grès.






























 

Chaque tour du château de Saint Fargeau est munie, à sa base, de galeries de contre-mines, percées aux endroits stratégiques de canonnières pour le tir rasant. Elles servaient de défense, bien sûr, mais étaient destinées également à amortir l'effet de souffle provoqué par l'explosion des mines. Ces galeries admirablement conservées ont des voûtes parées de briquettes.

 

La qualité de mes photos n'est pas excellente, car tous ces endroits du château sont exigus et mal éclairés.













Après cette découverte, Michel Guyot n'eut plus qu'un souhait celui de voir se reconstruire son château, tel qu'il était au XIIIe siècle.

Aidé de quelques archéologues, il peaufine son idée à laquelle peu de personnes ne croient en ces années 90, où les projets porteurs sont plutôt les grands parcs d'attractions ( Disneyland, Parc Astérix, Futuroscope, etc.)

Avec le soutien de Maryline Martin directrice actuelle du chantier

et d'un groupe d'amis, il crée une association en 1997 afin de démarrer la fabuleuse et unique histoire du château de Guédelon.





Pour en savoir plus sur les débuts de Guédelon, voir le livre de Michel Guyot ci dessus:

 

http://www.amazon.fr/gp/product/2709628481?ie=UTF8&linkCode=as2&camp=1642&creative=6746&tag=noezacom-21&creativeASIN=2709628481






En 1997 le rêve se concrétise en Guédelon chantier médiéval*.




























L'association, après avoir acheté à 10 kms de Saint Fargeau une carrière abandonnée depuis plusieurs décennies, l'a fait nettoyer par les premiers salariés du chantier médiéval.

Au fond de la carrière, on peut apercevoir l'épave d'un autobus. 

 

* http://www.castlemaniac.com/chateau-medieval/guedelon.php





























Quelques mois plus tard, le terrain a été compacté et aplani afin de recevoir les tonnes de pierres de mortier et de bois qui vont constituer le seul château médiéval construit aux XXe et XXIe siècles.



























Michel Guyot, devant un rêve, qui commence à sortir de terre.


Pour répondre à la question que certains vont se poser et faire taire les mauvaises langues, je vais vous expliquer pourquoi en 1997 la base des murs du château était grise.

Eh non ce n'ait pas du ciment qui donne cette couleur grise au mortier !!!

Guédelon étant à ma connaissance en 1997 comme aujourd'hui le seul chantier d'archéologie expérimental au monde, où l'on bâtit un château comme au XIIIe siècle, les oeuvriers de la première heure n'avaient aucune expérience en mortier médiéval.

Ils ont donc monté les premiers murs avec de la chaux hydraulique* et du sable de rivière, mais ils se sont vite aperçus que la recette de leur mortier n'était pas la bonne.

Avec le comité scientifique*du chantier, ils ont passé quelques mois à chercher la bonne formule.

Il a tout d'abord fallu trouver un fournisseur de chaux aérienne, fabriquée à l'ancienne, ils ont trouvé, Mr Pinel*, un des derniers petits chaufourniers de France.

Ils se sont aussi rendu compte que s'ils voulaient des joints de la même couleur que la pierre utilisée pour construire le château, il fallait remplacer le sable blanc de rivière par la terre couleur rouille de la carrière de Guédelon.

Après des tests comparatifs entre le mortier du château XIIIe siècle de Ratilly* et le futur château de Guédelon séparé d'une poignée de kms l'un de l'autre, les archéologues ont conclu que les deux mortiers étaient comparables malgré 700 ans d'écart.

Avec ce nouveau mortier de chaux, ils ne restaient plus aux maçons qu'à rejointoyer les murs déjà montés, avant de poursuivre la construction.

 

* http://www.ecole-avignon.com/technique/types-chaux.htm

* http://fr.wikipedia.org/wiki/Guédelon 

* www.calci-chaux.com

 * http://www.passionchateaux.com/ch_ratilly.htm


























 

 

Les contours du futur château en 1997.

Au fond de la photo la motte castrale*, qui a été la première construction du site.

 

*Motte castrale :  ouvrage de défense médiéval composé d'un rehaussement important de terre, de forme circulaire, au sommet de laquelle est édifiée une tour de bois ayant fonction de donjon.

 La motte castrale est considérée comme le précurseur du château fort.
































Le château, 10 ans plus tard, belle évolution.





























Les bases du château vues d'un autre angle.

Vous vous demandez peut-être, pourquoi au début du chantier en 1997 la base des deux tours d'angle de la face du château était carrée.

La réponse est que l'architecte qui a dessiné les premiers plans s'était fait un petit plaisir en créant deux tours rondes avec base carrée, mais cela ne correspondait pas à l'architecture d'un petit château provincial.

Début 2000 les deux moignons de tours ont été cassés, puis les maçons ont reconstruit des bases de tour ronde.

On appelle cela de l'archéologie expérimentale.

* ( A voir en bas de page, gravure de Guédelon avec tour carré)
































Le même angle en 2007.




























Arrière du château de Guédelon en 1997.































Guédelon en 2007.




























Courtine Ouest 1997.
































Courtine* Ouest 2007.

 

*Courtine : partie de mur entre deux tours.  http://qui.quen.grogne.free.fr/technique/courtine.php




























Sur cette photo, on distingue très bien, posé sur le sol, de gros blocs de grès non taillés, qui délimitent le pourtour du château et servent aussi de fondation à celui-ci.





























Petit nettoyage du chantier avant l'ouverture au public le 1er mai 1998.


























 


En mai 1998 les premiers visiteurs du chantier.

Ils étaient courageux ces premiers visiteurs, car à l'époque il fallait le chercher le château sur des petites routes de campagne avec très peu de panneaux indicateurs, sans compter qu'ils y avaient peu de choses à voir sur ce chantier, un an après la pose de la première pierre.

A la grande surprise des créateurs du projet Guédelon, ils y aura 52.000 visiteurs en cette première année d'ouverture.

10 ans plus tard, ils seront 250.000 très bonnes progressions.

 

 

* (Gravure de Guédelon avec base de tours carrées, faite selon les premiers plans du château)



A bientôt

 

Retour à la page d'accueil: http://www.benevoleguedelon.com/

Partager cet article

Repost0
- dans Mes visites
27 janvier 2009 2 27 /01 /janvier /2009 15:16

Les fenêtres géminées* du logis seigneurial de Guédelon sont faites de calcaire, qui vient des carrières de Donzy dans le département de la Nièvre, à une trentaine de kms de Guédelon.

 

*Géminé : qualifie deux ouvertures identiques, placées l'une à côté de l'autre, et réunies par une colonnette ou un pilier.





























Contrairement au grès ferrugineux de la carrière de Guédelon, qui est extrait et travaillé manuellement; le calcaire venant d'une carrière moderne est quant à lui travaillé à la machine et donc livré sur le chantier en blocs proprement découpés.








































Ces blocs vont être redécoupés par les Carriers, avec une massette et  des coins, avant d'être livrés aux tailleurs de pierre.































Mamo travaille la face externe du meneau* d'une des 5 fenêtres du logis.

  

*Meneau : désigne l'élément vertical divisant une fenêtre.































Sur cette photo de la face interne du meneau, il reste encore à percer le trou de verrouillage de la fenêtre.








































Exemple du verrouillage, sur une fenêtre déjà posée.































Eugène termine avec son taillant, la moitié d'une pièce d'appui de la fenêtre.
































La pièce d'appui terminée, est entreposée en attendant d'être livrée aux maçons pour la pose.
































Mathieu termine un trilobe* de tympan*

 

 

* Tympan: Remplissage de pierres en plein cintre ou en arc brisé au-dessus d'un portail, ou d'une fenêtre, souvent utilisé pour présenter un bas-relief en façade des églises d'architecture romane ou gothique.

 

* Trilobe: Forme composée de trois cercles (trèfle).

































Trilobe* au début de sa fabrication.
































Trilobe terminé.

































Les tailleurs de pierres prennent ensuite ce superbe chariot pour transporter les pierres.
































Les deux trilobes sont rassemblés au sol pour un essai avant la pose.
































Clément termine le haut du tympan.































La pierre est délicatement déposer sur le chariot.
































Puis elle est posée sur les deux pierres trilobées.
































Le tympan trilobé est près lui aussi à être livré au maçon pour la pose.































Toutes les pierres terminées sont montées au premier étage du logis avec la cage à écureuil.
































Où elles sont réceptionnées par les maçons qui sont chargés de construire la fenêtre.































 

Les 57 pièces de la fenêtre, sont maintenant assemblés.




A bientôt

 

Retour à la page d'accueil: http://www.benevoleguedelon.com/

Partager cet article

Repost0
- dans Mes visites
31 décembre 2008 3 31 /12 /décembre /2008 09:32












































Logis seigneurial le 10.mars 2008, jour d'ouverture du chantier.





























Logis seigneurial le 22 novembre 2008, avec en plus : trois fenêtres une porte et une partie de toiture, beau changement en sept mois de travail.

 






























La aula* du logis le 22.mars, sous une fine pellicule de neige.
Photo prise du plancher du logis.

 *Aula : grande salle du château où le seigneur  recevait ses invités, tenait justice, et prenait ses repas.





























La aula le 4 novembre.
Photo prise du haut du mur ouest qui, n'existait pas en mars, comme la plupart des maçonneries que l'on peut voir sur cette photo.

 





























Pignon ouest le 4 mai, on peut encore apercevoir le plancher du logis.






























Le pignon ouest le18 octobre, le plancher du logis a disparu derrière une fenêtre.

 

 





































Cheminée de la cuisine le 22 mars.

Au-dessus de cette cheminée, pas encore de mur, on aperçoit la lumière du jour qui passe sous le plancher provisoire.







































La cheminée le 22 novembre.

Sur cette vue, plus de plancher provisoire, et les murs et la toiture de la chambre sont terminés.

 

 





























Logis côté pignon est le 5 avril.

On aperçoit sur la droite, le chemin de ronde de la courtine* nord.

*Courtine : partie de mur entre deux tours   //   http://qui.quen.grogne.free.fr/technique/courtine.php































Pignon est le 1er novembre.

Le pignon est apparu et le chemin de ronde a disparu derrière le mur naissant de la tour maîtresse.

 

 





























Latrines du chemin de ronde le 5 avril.






























Les mêmes latrines le 13juillet.

 

 




























Guédelon le 10 mars, week-end d'ouverture, sous la pluie.







 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Guédelon le 1er novembre, week-end de fermeture, sous la pluie.

 



Que cette année nouvelle vous apporte la santé, l'amour, l'accomplissement de vos vœux les plus chers.

 (peu être une visite du chantier médiéval en cette année 2009)

 


A bientôt                                          Retour à la page d'accueil: http://www.benevoleguedelon.com/

Partager cet article

Repost0
- dans Mes visites
23 novembre 2008 7 23 /11 /novembre /2008 18:43

 

Samedi 22 novembre, je suis retourné à Guédelon pour assister à une réunion du conseil d'administration de l'association des amis du chantier médiéval, ou nous devions faire le point sur les projets en cour et à venir, soutenus par notre association.

Avant et après la réunion, je suis allé prendre quelques photos, qui vont vous montrer Guédelon pendant la fermeture hivernale.

 

www.amisduchantiermedieval.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo du chantier prise en fin d'après-midi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

logis seigneurial dégagé de quelques échafaudages et des filets de protection.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur la façade du logis, seule la troisième fenêtre n'a pas pu être terminée pour la saison 2008.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Arc brisé de la porte d'entrée à la aula* avec un joli mélange de pierre calcaire et de grès ferrugineux.

 

*Aula : grande salle du château où le seigneur  recevait ses invités, tenait justice et prenait ses repas.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


La même porte côté intérieur, elle était en cour de montage dans mon article du 2 novembre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fenêtre de la chambre du logis, sans échafaudage.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Détail de la corniche sous toiture, en façade du logis.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Face arrière de la toiture du logis qui n'a pas été terminée faute de tuile disponible.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le pignon Est lui a été recouvert de ses derniers chaperons*

   

*chaperon: pierres de couronnement des murs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Pignon Est vu sur l'autre face.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le plancher provisoire de la chambre au-dessus de la cuisine du logis, a été démonter pour l'hiver ce qui va permettre aux solives* de sécher, maintenant que cette partie du bâtiment a été mise hors d'eau après la pose des tuiles.

 

*Solive : Pièce de bois reposant perpendiculairement sur les poutres maîtresses et supportant le plancher.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


La dépose du plancher, permet d'apercevoir provisoirement la charpente de la chambre à partir de la cuisine du logis.

 

 

 

Le chantier protégé pour l'hiver.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Le côté Ouest de la charpente posé cette année a été  recouvert de planches, qui isolent de la pluie et du vent les poutres du plancher de la chambre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Les ouvertures de porte sont elles aussi fermées par des planches.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Le sol de la chambre de la tour maîtresse a été recouvert d'un lit de chaux, afin d'empêcher l'eau de pluie de traverser la voûte de l'étage inférieur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Les maçonneries les plus fraiches et les plus fragiles du chantier ont elles aussi été recouvertes d'un lit de chaux qui les protège des rigueurs de l'hiver.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Photo insolite :

Une attaque de boulins*, à l'assaut des murs du logis.

 

* Boulin: Pièce de bois horizontale fixée provisoirement dans la maçonnerie pour poser des échafaudages.

 

 

 

 

Hommage à quelques un des bâtisseurs* présent le week-end de fermeture du chantier médiéval de Guédelon.

 

* Bâtisseur: nom qui désigne les anciens bénévoles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Jean Paul venu de Renne avec Olivier le forgeron.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Joël venu de l'Aisne en maçonnerie avec Pascal le Picard.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evelyne l'épouse de Joël, monte avec le cabestan* des pierres pour les maçons.

   

*Cabestan : Treuil à axe vertical.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Peer venu tout comme moi de Seine-et-Marne, monte du mortier aux maçons avec un treuil.

 

 

Photo du mois :

Le stand Guédelon au salon

Fous d'Histoire de Pontoise le 14, 15 & 16 novembre


www.Fous-Histoire.fr

http://www.marches-histoire.fr/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A bientôt

 

Retour à la page d'accueil: http://www.benevoleguedelon.com/

 

Partager cet article

Repost0
- dans Mes visites
5 novembre 2008 3 05 /11 /novembre /2008 19:07






























Samedi 1er novembre le chantier médiéval de Guédelon est sous la pluie une bonne partie de la journée; la chambre du seigneur, au premier étage de la tour maîtresse est transformée en piscine.































Mais par chance, des anges sont passés sur le chantier et miracle, le temps s'est amélioré, surtout le dimanche 2 novembre jour de fermeture au public du château pour l'hiver 2008 / 1239*.

 

 *Petit rappel Guédelon est un château fort du XIIIe Siècle
































Depuis ma dernière visite, voici le logis avec ces tuiles.

Cette seule partie de toiture déjà construite est recouverte de plus de 6000 tuiles.































Le même logis photographié côté Est.
(Côté village des bucherons).

 

Beau travail!




En Charpente :





























Sur la partie arrière du logis, Nicolas pose des tuiles.


Le chantier ferme le 2 novembre au public, mais les oeuvriers terminent de travailler le 7 novembre, car ils leur faut nettoyer et ranger le matériel, puis protéger les maçonneries pour l'hiver, avec des bâches et de la paille.
Cette dernière semaine de travail va permettre aux charpentiers de terminer la pose des tuiles sur le côté Nord du logis.































Le dimanche Nicolas, pose des tuiles faitières.
































Christophe bouche au mortier de chaux l'espace entre la sablière* et le mur Nord. 


* Sablière: En charpente, pièce de bois placée horizontalement sur les murs d'un bâtiment.
































Après la maçonnerie notre charpentier Québécois pose-lui aussi des tuiles.































Samedi les tuiles sous la pluie.
































Dimanche les tuiles  sous le soleil.
 

On peut constater sur cette photo que les tuiles de Guédelon ne sont pas fabriquées industriellement.































Les tuiles coté intérieur.































Tous les coyaux* du chemin de ronde ont été posés, les tuiles vont bientôt les recouvrir.


* Coyau :
Pièce de bois permettant de prolonger une toiture au-dela du pan d'un mur.
































Le dimanche après midi, les charpentiers sont en manquent de tuiles. Patrice le maçon, à la bonne idée de permettre au public présent de participer à la construction du chantier en montant quelques tuiles jusqu'au pied de la charpente du logis.































Et que ce soit les parents ou les enfants,

































les anciens ou les jeunes, tout le monde monte ses tuiles dans la joie et la bonne humeur.































A l'arrivée, sur le chemin de ronde, les visiteurs font la queue pour remettre leurs tuiles à Philippe.






En maçonnerie :




























Le samedi matin une équipe de maçon reprend son travail sur la porte d'entrée à la Aula* au premier étage du logis seigneurial, ils leurs restent à poser les clés qui vont terminer les deux arcs brisés* de cette porte.


*Aula : grande salle du château où le seigneur  recevait ses invités, tenait justice, et prenait ses repas.
































Sur cette photo les deux clés côté extérieur de l'arc ont été posées. On aperçoit encore le cintre en bois qui maintient la maçonnerie pendant sa construction.































Les clés coté intérieur de la porte ont besoins d'un petit réajustement, avant la pose.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 











Eugène le tailleur de pierre, arrive prestement et modifie les clés.
































Ce qui permet à Guillaume de les poser et de vérifier, leurs aplombs et leurs alignements.































Tout est bon, l'arc interne est terminé.






























 
Et l'arc externe aussi.

Encore du très beau travail.































Ils reste à Guillaume aidé de Pauline à remplir le vide entre les deux arcs avec des pierres semi-taillées.































Sur cette vue, la pierre centrale qui sert de clé de voûte est posé, les maçons vont maintenant remplir de mortier.

































Deuxième poste de travail pour les maçons : La fenêtre nº 4 du logis.































Pendant que Mathias pose des pierres de remplissage entre les deux arcs de la fenêtre, Fabrice lui, monte le mur de chaque coté cette même fenêtre.































Manu lui aussi apporte sa pierre à l'édifice.































Dans la cour du château un des Bâtisseurs* présent, aidé de Patrice emmène les deux clés de la fenêtre nº 4 côté extérieur aux maçons.

* Bâtisseur: nom qui désigne les anciens bénévoles































Mathias et Manu, les inséparables ajustent une des pierres de l'arc brisé de la fenêtre.






























Dimanche après-midi, la façade de la fenêtre est terminée.
































Photo de la fenêtre du pignon Ouest en construction lors de ma visite du 18 octobre.































La même fenêtre côté intérieur.




Photos du jour :





























Un trognon de pomme qui va surement finir dans les murs du château, et qui va faire parler les archéologues du futur !!!






























Marcel Monseigneur le chat de Guédelon au repos sur le coussiège* de la cuisine.


* Coussiège :
  siège en pierre pris dans le mur et placé dans l'embrasure d'une fenêtre.


A bientôt


PS : Ma prochaine visite à Guédelon se fera en mars 2009, mais ne vous inquiétez pas vous aurez des nouvelles du chantier tout l'hiver, car avec plus de 2.800 photos 2008 en réserve, j'ai de quoi écrire quelques articles.


Retour à la page d'accueil:
http://www.benevoleguedelon.com/

Partager cet article

Repost0
- dans Mes visites
22 octobre 2008 3 22 /10 /octobre /2008 15:19

Eh oui je suis revenu à Guédelon au bout de quinze jours, car l'occasion était trop belle, de voir et de vous faire voir la première partie de charpente posée sans les tuiles.
Celle-ci devrait être posée sur le toit de la chambre avant la fermeture du chantier dans quinze jours.

Auront-t'ils le temps ?

Réponse à la prochaine page.
























Maintenant il va falloir suivre, car c'est un peu complexe à retenir tous ces termes de charpente!!








































 

 





















Les 9 fermes* de la charpente posée depuis ma dernière visite les 4 & 5 octobre, vue de la façade du logis seigneurial.



* Ferme : Désigne globalement l'assemblage triangulaire d'une charpente.






























 Une autre vue de la charpente côté pignon Est.





























 

 

Charpente coté intérieur.


























 

 



Comme je vous l'avais expliqué lors de mon précédent reportage : "septembre 2008 le grand retour", les charpentes du XIIIème siècle ne comportent pas de panne faitière* qui solidarise entre elles les fermes.
Pour maintenir celles-ci entre elles, les charpentiers ont provisoirement clouées les 9 fermes à partir du pignon droit du logis.


* Panne faîtière: Pièce de bois assemblée dans la longueur au sommet de la charpente, servant à soutenir les chevrons.































 
Sur le bas de la toiture, les charpentiers ont commencé la pose de lattes de chêne fendu, qui ont deux fonctions : solidariser les fermes entre elles et maintenir les tuiles du toit.

 





























 

Photo de la pointe de la charpente, avec arbalétriers*, entrait*, poinçon*, et aisselier*.


* Arbalétrier :  Dans une charpente, désigne les pièces obliques correspondant aux versants du toit.

* Entrait : Dans une charpente, désigne la poutre horizontale d'une ferme reliée à la base des arbalétriers* pour maintenir l'écartement.

* Poinçon : Poteau vertical d'une ferme joignant le milieu de l'entrait à la rencontre des arbalétriers.

* Aisselier :  pièce de bois placée suivant un angle d'environ 45° sous l'entrait retroussé d'une ferme et rejoignant l'arbalétrier, afin de soulager l'assemblage à la jonction des deux pièces.






























Détail de la jonction entre le poinçon et l'entrait et de l'aisselier courbe entre l'entrait retroussé* et l'arbalétrier.


* Entrait retroussé : ne constitue pas la base du triangle de la ferme, mais est placé plus haut, sur les arbalétriers, pour permettre un passage sous combles.






























Conduit de la cheminée de la cuisine qui passe dans l'épaisseur du mur arrière du logis entre les deux sablières*

 
* Sablière: En charpente, pièce de bois placée horizontalement sur les murs d'un bâtiment.


 

 

























 

Sur la droite une des sablières* avec les trois gorges* décoratives façonnées par les charpentiers les 4 & 5 octobre 2008.

 
* Sablière: En charpente, pièce de bois placée horizontalement sur les murs d'un bâtiment ; elle est aussi appelée panne sablière.

* Gorge: Moulure concave.































Philipe termine la maçonnerie sur un des merlons* du chemin de ronde à l'arrière du logis.

Sur ces merlons les charpentiers vont poser une sablière qui supportera les coyaux* qui descendent de la charpente.

 
* Merlon : Sur un crénelage de château, les melons correspondent aux Parties plaines par opposition aux créneaux qui sont les parties vide.                                                                 

* Coyau :
Pièce de bois permettant de prolonger une toiture au-delà du pan de mur.






























Stéphane et Christophe posent un des coyaux au-dessus du chemin de ronde.
Les coyaux sont fixés sur les arbalétriers et sur les entraits.






























Les coyaux vont supporter la toiture qui protégera le chemin de ronde des intempéries.






























Dans la cour du château, une partie des tuiles du logis attendent d'être posées sur la charpente.

Seront-t'elles posées avant la fermeture du chantier dans quinze jours ?





En maçonnerie :




























  Une fois le problème du coffrage de la fenêtre géminée* du pignon Ouest résolu (voir la page du 10 octobre 2008), Fabrice peu continuer la construction de cette fenêtre.

 
* Géminé : qualifie deux ouvertures identiques, placées l'une à côté de l'autre, et réunies par une colonnette ou un pilier.






























En début de journée il manque encore quatre pierres pour que la façade de la fenêtre soit terminée.






























Sur cette photo Fabrice met en place une des deux clés de voûte de la fenêtre.






























Puis il l'ajuste.































Avec l'aide d'Axel, il vient de poser la deuxième clé de voûte.

 



























 

Maintenant il contrôle avec une règle, que tout soit OK.






























 Et pour terminer la fenêtre, les deux maçons remplissent les joints au mortier de chaux.

 





























  En fin de journée Fabrice contemple son travail.

Beau travail"Mec".



En façade du logis, d'autres maçons ont engagé une course contre la montre pour essayer de terminer avant la fin de la saison, la construction de deux fenêtres géminées* et la porte d'entrée de ce logis.

Bon courage!



Photo du jour :






















Philipe a trouvé un "bidule" du XXIème siècle qui sert à réveiller les ouvriers endormis ou plus sérieusement à communiquer avec un salarié secouriste pour le prévenir qu'il doit aller au chevet d'un visiteur blessé sur le chantier.

   

A bientôt pour la fermeture de Guédelon en l'an 1239 ou 2008 pour vous hommes du XXIème siècle !!

 

 

Retour à la page d'accueil: http://www.benevoleguedelon.com/

Partager cet article

Repost0
- dans Mes visites
16 octobre 2008 4 16 /10 /octobre /2008 12:50

 

Enfin une bonne émission française sur le chantier médiéval de Guédelon, car pour l'instant les plus beaux reportages que j'ai vu sur le sujet, étaient étrangers, car comme d'habitude la France ne sait pas encourager ses inventeurs, ceci bien souvent sont obligés de revendre leurs idées à l'extérieur de notre pays, pour les voir évoluer.

Guédelon est un projet unique au monde, auto financé (donc sans subventions) par les 250.000 visiteurs annuels du chantier.

Cette idée folle de construire un château, donne depuis 10 ans, du travail à une cinquantaine de personnes, elle a permis aussi l'ouverture de la région au tourisme (premier site payant de l'Yonne et deuxième site payant de Bourgogne) avec l'ouverture de nombreuses chambres d'hôtes, divers musées et restaurants.

Donc vive les bonnes idées françaises qui créent du travail en France.


Le reportage des racines et des ailes a été tourné fin 2007.



 

 

 

 

 

 

 

 

 











 





Guédelon de nuit éclairé avec les gros moyens de l'émission des racines et des ailes, c'est grandiose.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 















Une des fenêtres du château en attente de pose, éclairé avec les moyens de Guédelon (des bougies pour chauffe-plat) c'est sympa aussi.


 

Quelques personnages vus dans le reportage :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 












 


Clément le tailleur de pierre.


 



 

 

 

 

 

 

 









 





 

 
Guillaume le maçon.

 

 

 

 

 

 

 

 

 















 

 

Jean Michel le bûcheron.

 

 



























Le trio des chefs Maryline, Michel et Florian.































Toute l'équipe fin 2007.

 

Par contre, je n'ai aucune photo de Lionel à vous présenter.

































La fenêtre en construction dans le reportage en 2007.































Petit morceau d'une des lattes du coffrage de construction de la fenêtre aperçue dans le reportage, qui va rester prisonnière de la maçonnerie pour l'éternité.































Les deux fenêtres terminées fin 2007.





La photo de l'année 2007 :





























Pascal au montage de la première fenêtre.


Ma plus belle photo prise en 2007, qui a fait le tour de France en ce mois d'octobre sur plusieurs programmes TV
.





































La preuve, la voici dans télé 7 jours.

 


A bientôt en novembre pour la fermeture du chantier.




Retour à la page d'accueil: http://www.benevoleguedelon.com/

Partager cet article

Repost0
- dans Mes visites
11 octobre 2008 6 11 /10 /octobre /2008 19:04


Petit rappel à toutes et à tous:
Mercredi 15 octobre à 20h50 sur France 3, L'émission des Racines et des ailes sur le chantier médiéval de Guédelon.





 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Le samedi matin, Nicolas le charpentier teste la nacelle du tracteur Manitou, qui a été emmené à Guédelon pour la réalisation de photos en hauteur qui serviront à faire les affiches 2009.

Ce genre d'engin est très capricieux, car truffé de sécurités.

                                              







Le dimanche matin j'ai eu la grande chance de pouvoir monter dans la nacelle avec François Folcher, photographe professionnel et baroudeur, qui suit les travaux de Guédelon depuis ses débuts.

















































Une vue du tracteur prise de la nacelle à son maximum de 17 mètres de hauteur.

Impressionnant pour une première !









Le chantier au petit matin vu du parking.







































Deuxième poing de prise de vues, l'angle Sud Est du château.







Troisième et dernier point de vue sur le côté du logis.

Nous aurions du aller le dimanche en fin d'après-midi de l'autre côté du château, mais pour cause de pluie et de vent nous avons du annuler.





































La chambre du seigneur au premier étage de la tour maîtresse comme je ne l'avais jamais vue, avec à droite le départ de la cheminée et à gauche les cousièges* de la future fenêtre de la chambre.

 

*Coussiège :  siège en pierre pris dans le mur et placé dans l'embrasure d'une fenêtre.









Le logis coté Est.










































Détail du logis, avec au premier plan les charpentiers en plein travail sur le plancher provisoire au-dessus de la chambre d'amis, et au fond les maçons qui montent la fenêtre géminée* du pignon Ouest du logis.

Géminé : qualifie deux ouvertures identiques, placées l'une à côté de l'autre, et réunies par une colonnette ou un pilier.




Devant l'escalier du logis les tympans* des deux fenêtres à terminer en cette année 2008.


Tympan: Remplissage de pierres en plein cintre ou en arc brisé au-dessus d'un portail, ou d'une fenêtre, souvent utilisé pour présenter un bas-relief en façade des églises d'architecture romane ou gothique.













Laëtitia avec son véhicule écologique.










































Le village de la forêt, avec à droite la maison et le jardin médiéval de Dame Nature, et sur la gauche la loge des bûcherons. Plus loin se trouvent aussi les tuiliers et Bernard le vannier.





La maçonnerie :





Sur le pignon Est du logis Philippe bouche un trou de boulin*.


*Trou de boulin: Trou laissé dans la maçonnerie après la pose des boulins.













La pierre est trop grosse, il faut la casser en deux.
























Maintenant elle devrait rentrer.



















On bouche les derniers joints au mortier, et le travail sera terminé sur ce pignon.





































Levage avec la cage à écureuil d'une des pierres des fenêtres géminées.






Escalier provisoire qui permet de récupérer le chemin de ronde de la courtine* Nord.



*Courtine : partie de mur entre deux tours






































Ce chemin de ronde, va de la tour de la chapelle à la tour maîtresse en passant derrière le logis seigneurial.

 





La cuisson des tuiles :







Dimanche après-midi, Jean Michel le bûcheron donne des explications sur la cuisson des tuiles, commencée le vendredi, à la journaliste de France Bleue Auxerre.












Le vendredi et le samedi la cuisson se fait à petit feu, pour permettre au four et aux tuiles une montée en température en douceur.





































A chaque cuisson environ 2000 tuiles sont rangées dans le four, sur champs et sur plusieurs niveaux.




Dimanche matin le four est prêt, la cuisson peut démarrer avec un feu bien plus vif.

Cette cuisson va durer environ 16 heures, de 6h du matin à 22h, à une température de 900° à 1000°.

Une fois les tuiles cuites, elle vont être recouvertes de terre et rester 3 à 4 jours dans le four avant d'être défournées.

Pour couvrir tout le château, il faut environ 80.000 tuiles, mais les tuiliers vont en fabriquer 100 000, car ils pensent avoir environ 20% de perte.

Cette année 6000 tuiles étaient à cuire.
































Les tuiles commencent à cuire, leur couleur a changé.








Jean Michel, attise le feu et pousse les braises sous les tuiles.








































Le but de la manœuvre est de faire ressortir les flammes sur le haut du four pour faire cuire les tuiles hautes.





Quelques tuiles rougies par le feu.

Cette photo qui a été assez compliquée à prendre, car il faisait très chaud à cet endroit.











Petit feu du samedi !!









































Grand feu du dimanche.

 





Photo du jour :

Un jeune bâtisseur (bénévole) en punition, accroché sur le treuil à bras, qu'il à mal utilisé !!!













Photo du jour bis :

Trois jeunes visiteurs en train de construire un château bis.













A bientôt. 

                                                      
Retour à la page d'accueil: http://www.benevoleguedelon.com/

Partager cet article

Repost0
- dans Mes visites